Insuffisance rénale et infarctus

L’insuffisance rénale chronique au même titre que le diabète doit être ajoutée à la liste des malades à haut risque d’infarctus du myocarde.
The Lancet (Dr Tonelli, Université Alberta), repris par le Figaro.

Rappel:
L’insuffisance rénale chronique ou IRC ( ne pas confondre avec IRC: Insuffisance respiratoire chronique) est l’usure des reins soit par la vieillesse ou par une malade comme le diabète ou l’hypertension.
Les 2 reins ayant comme fonction de réguler l’excès d’eau dans le corps et d’éliminer des déchets comme l’urée, la créatinine et d’autres substances acides.
Les conséquences sont donc l’accumulation d’eau (œdèmes des membres inférieurs) et d’urée et créatinine dans le sang.
Si rien n’est fait dans sa forme ultime, le sang devient acide et les organes nobles se gorgent d’eau (Poumons : OAP, cerveau : convulsions). C’est la crise « urémique » historique.
Mais heureusement elle n’est plus rencontrée car le malade est soigné avant, dans un premier temps par un régime et des médicaments qui augmentent l’élimination d’eau (diurétique comme le lasilix) puis par rein artificiel ou hémodialyse.

http://www.formationambulancier.fr/1_cours/113_maladies/1139_maladie_02_nephro.htm

Infarctus du myocarde

C’est la non oxygénation d’une partie du myocarde ou muscle cardiaque (myo=muscle, carde= cœur, cardiaque, cardiologie, cardiologue…).
Ce muscle n’est pas oxygéné par le sang qui passe dans les ventricules mais par des artères coronaires qui serpentent sur la face externe du cœur.

http://www.formationambulancier.fr/01-cours/m0/0013-ana-circu-aorte.html#coronaire
Elles sont minuscules et des dépôts de gras (cholestérol) les rétrécissent encore plus. Elles peuvent se boucher et de plus il n’y a pas de déviation possible par une autre artère. Dans la zone non vascularisée, les cellules vont souffrir puis mourir. (On parle d’infarctus, d’ischémie, de nécrose)(Attention dans infarctus le r est après le a et non pas avant « infractus » !).
Petite comparaison pour comprendre : Mettez un garrot au bout du doigt, très rapidement il devient bleu et vous avez très mal. On parle d’ischémie. Si vous levez le garrot tout revient à peu près normal. Si vous laissez le garrot, demain même si vous le retirer le doigt restera bleu, friable « infarci » comme de la farce (tomate farcie!! ,d’où le mot infarctus) puis cicatrisa avec un doigt raide.
Donc douleur d’ischémie pour le malade .

En phase aigue 2 risques majeurs :
-  et si c’est une artère principale qui est bouchée, la pompe est hors d’usage : chute de la tension (collapsus ou choc cardiogénique) et accumulation de sang en amont (OAP).Décès en quelques heures
- un infarctus minime peut entraîner une mort subite par fibrillation ventriculaire (car au niveau de la zone ischémiée passe un fil électrique, d’où le court-circuit).
Donc il faut déboucher en urgence et surveiller le rythme cardiaque avec un défibrillateur à portée de main (d’où l’appel au 15).

Si rien n’est fait et si le malade n’est pas mort pendant la phase aigue une partie du cœur ne fonctionnera plus définitivement (insuffisance cardiaque) jusqu’au prochain infarctus.

http://www.formationambulancier.fr/1_cours/103_homme%20malade/103_maladies_007_coeur.htm

À propos de admin

Médecin anesthésiste-réanimateur, CH Montfermeil,93. Ancien directeur médical de l'institut de formation ambulancier de l'Est parisien, 93330 Neuilly/M
Ce contenu a été publié dans Module 1, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>