precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Module 8 : Règles et valeurs professionnelles

L'hôpital

Les principaux lieux d'hospitalisation sont le C.H.U. (Centre Hospitalier Universitaire) ou Centre hospitalier régiona l(C.H.R.)qui fait référence (soins spécialisés) et le Centre Hospitalier Général (C.H.G.). Certaines cliniques privées participent au service public (urgences). L'hospitalisation se fait en court/moyen/long séjour et de plus en plus en hôpital de jour/ambulatoire.Tôt ou tard lors d'une admission des pièces justificatives seront demandées comme identité, carte vitale, mutuelle...


 

Lieux d'hospitalisation

La loi

Ils assurent, outre l'hébergement, les examens de diagnostic, la surveillance et le traitement des malades, des blessés et des femmes enceintes, comme le rappelle la loi n°91-748 du 31/7/91.
Ils ont (surtout les établissements publics) aussi des missions de santé publique comme les urgences.
La création ou l'extension d'un établissement ne peuvent se faire que dans le cadre des besoins définis par les schémas régionaux d'organisation des soins (S.R.O.S).
Les Agences Régionales de Santé (A.R.S.) s'occupent de la répartition des besoins.
La Direction générale de l'offre de soins (DGOS), ex -Direction des Hôpitaux (D.R.H.) au Ministère de la Santé étudie le fonctionnement des établissements et est à l'origine des lois sur le soin.
Les nouvelles lois ont pour but de réformer le mode de fonctionnement des hôpitaux et surtout de regrouper les moyens car tous les établissements ne peuvent pas tout faire ou/et de travailler en réseau (complémentarité entre établissement en évitant les doublons dans la même zone de soins).
La tendance est vers un établissement réfèrent notamment pour les grandes urgences et les spécialités et la reconversion des petits établissements pour le moyen et long séjour pour les personnes âgées.
Le directeur d'un établissement devient un véritable "chef d'entreprise". Le poids économique se fera de plus en plus sentir.
Le principe est une meilleure gestion pour faire des économies qui seront transférées sur les nouveaux traitements (cancer) et examens (radio,scanner,IRM...) qui coûtent cher mais sont nécessaires pour mieux soigner.
Les régions vont prendre de plus en plus d'importance notamment dans le financement des établissements mais aussi dans les écoles paramédicales.

Type d'établissements

Il y a des établissements publics, privés à but non lucratif (pas de bénéfices) ou totalement privés.
Les établissements privés à but non lucratif peuvent, sous contrat, participer au service des urgences.
Cette distinction public-privé est en plein remaniement. Il y a même dans des zones à faible population des établissements regroupant dans un même bâtiment un hôpital et une clinique.
Leur nom est celui de la ville où il se trouve ou bien porte un nom d'une personne célèbre.

C.H.R.ou Centre Hospitalier Régional /CHU

Cet hôpital est situé dans une très grande ville de province.(Chef lieu du département en général voir capitale de la région).
Il a pour mission le traitement des malades du secteur mais, surtout, les soins spécialisés pour la région.
Il est le siège d'un SAMU départemental.
S'il a une mission universitaire (Faculté de médecine) , le CHR s'appelle C.H.U. ou Centre Hospitalier Universitaire.

Cas particulier : A.P. ou Assistance Publique de Paris / Marseille

C'est une structure à part,de très grande dimension.
Il regroupe en C.H.R. différents hôpitaux universitaires (C.H.U.) de la région parisienne.
Il existe la même structure à Marseille.

C.H.G. ou Centre Hospitalier Général

Il est situé dans une ville chef lieu de département ou de grande importance.
Il a un secteur d'intervention appelé circonscription, regroupant plusieurs communes.
Sa mission est de soigner la population locale.
Il doit posséder un plateau technique suffisant (Radio, laboratoire, bloc Opératoire, réanimation...).
Il peut accueillir, 24 heures sur 24, les urgences, dans un service appelé S.A.U. ou Service d'Accueil et d'Urgence.
Une ambulance de Réanimation ou S.M.U.R. est rattachée à cet hôpital voire un SAMU
Il possède plusieurs services de médecine, chirurgie, pédiatrie, ainsi qu'une maternité.
Le Centre Hospitalier de Montfermeil correspond à ce type d'hôpital.
Certains regroupent dans les grandes villes plusieurs communes d'où le nom de centre hospitalier intercommunal.

Centre Hospitalier spécialisé

Il s'agit d'une grosse structure mais qui ne possède pas toutes les spécialités requises comme la maternité, la pédiatrie.
Il est souvent mono spécialisé comme l'ophtalmologie (maladie des yeux) Hôpital spécialisé des Quinze vingt à Paris par ex.
Il s'agit aussi de centre anticancéreux ( ex. Institut Gustave Roussy à Villejuif, institut curie).

Hôpital général

hopitalIl s'agit d'un établissement hospitalier beaucoup plus petit, souvent sans S.M.U.R., avec un plateau technique limité.
Il possède souvent une section importante de moyen séjour.
Il n'est pas tenu de recevoir des urgences 24 h sur 24 mais seulement un centre de tri et d'orientation le jour, appelé Unité de Proximité d'Accueil, de Traitement et d'Orientation des Urgences (UPATOU).
Certains de ces établissements possédaient une maternité et ou un service de chirurgie à faible activité.
Ils sont en train de fermer car "pour faire bien il faut faire souvent" et pour assurer les urgences 24 h sur 24 il faut de grosses équipes. Dans ce cas ils se transforment en moyen ou long séjour.
La population locale (et son maire) souhaite le maintien de ces structures, mais les mentalités sont en train de changer car la logique veut que pour une grosse maladie on va vers un établissement plus éloigné. (D'ailleurs ces mêmes personnes en cas de pépin n'hésitent pas à se déplacer).

Hôpital local ou rural

Ce sont de petites unités où les médecins de ville viennent soigner leurs malades, souvent des personnes égées

Centre hospitalier spécialisé en psychiatrie (C.H.S.)

En 1988, il y avait près de 20 000 personnes présentes, un jour donné, en placement contraignant, soit 26 % des malades présents hospitalisés en psychiatrie.
Depuis ce nombre a diminué avec la prise en charge de ces malades en dispensaire.

Hôpital militaire

Ils sont de moins en moins nombreux (sauf en région parisienne: Percy, Begin, Val de Grace).
Ils accueillent les militaires mais aussi les civils.
Par mesure d'économie, certaines structures ferment ou en programmation (Val de Grace).

Clinique privée

Le malade est un "client". Les droits et obligations dépendent donc du régime juridique de droit privé.
Certains établissement ont passé une convention avec l'Etat et participent au service public (comme les urgences)
On les appelle " établissements participant au service public ".
- Les cliniques à but non lucratif ne font pas de bénéfices. Il s'agit parfois d'associations de communautés religieuses ou de mutuelles .
A Paris: la Croix rouge ou les hôpitaux dit "privés" comme Diaconesses/Croix St Simon, St Camille, Bry sur Marne...)
- Les cliniques à but lucratifs ont des actionnaires.
Certaines cliniques s'appellent "Hôpital privé de..." ou Institut...

Centre de rééducation ou soins de suite

Il s'agit de moyen séjour dit de convalescence, de rééducation fonctionnelle , de cure .

Territoire, regroupement, réseaux, associations

La tendance est sur un même territoire d'avoir des établissements complémentaires y compris entre hôpitaux et cliniques d'où la création de nouvelles structures juridiques.

Communautés hospitalières de territoire (CHT)

Elles définissent la forme de droit commun des coopérations hospitalières publiques sur la base du volontariat. Elles sont organisées sur le principe d'un établissement siège et des établissements membres qui se délèguent des compétences et des activités de soins conformes à la stratégie commune sur la base d'une convention constitutive. Cependant chacun conserve son budget et une personne morale.

Groupements de coopération sanitaire (GCS)

Ils se définissent sur un mode de coopération entre établissement public et privés sur la base du volontariat.
Ils peuvent coopérer avec des professionnels de santé libéraux et du secteur médico-social.

 

Types de lits

Court séjour

de médecine, chirurgie ou pédiatrie. Il accueille les patients en urgence ou sur RDV.

Hôpital de jour

Le malade est admis à l'hôpital uniquement pour la journée dans une « polyclinique ».
Il rentre le matin de bonne heure et sort le soir, éventuellement en ambulance ou V.S.L., sur prescription médicale. Il s'agit de malades ayant besoin d'examens compliqués, regroupés sur une seule journée ou devant subir des traitements brefs comme une chimiothérapie (patient cancéreux).

Hôpital de semaine

Le malade rentre pour des examens ou une intervention. Il restera dans la structure quelques jours.
Ce service est fermé en fin de semaine.

Anesthésie et chirurgie ambulatoire

De plus en plus d'interventions chirurgicales, sans hospitalisation, sont pratiquées même sous anesthésie générale.
Bien entendu, le malade ne peut pas conduire son véhicule à la sortie de l'hôpital et il faut un accompagant et le téléphone à domicile.

H.A.D. ou Hospitalisation A Domicile

Le malade un cancéreux, un opéré, un accidenté qui ne nécessite plus de soins constants, peut donc rentrer chez lui, si l'environnement social est satisfaisant.
Les soins infirmiers sont assurés à domicile, sous la responsabilité du médecin de famille.
L'ensemble des actes, y compris les éventuels transports sont facturés à la journée, comme à l'hôpital selon un "prix de journée".
Ces services dépendent d'un hôpital ou d'organismes privés.
Le personnel paramédical hospitalier se rend en voiture à son domicile.
En général la société ambulancière employée est sous contrat. C'est l'établissement et non pas le patient qui s'occupe du transport éventuel (pour une consultation par ex.).

Moyen séjour ou soins de suite et réadaptation (S.S.R.)

Après la phase aiguë, le malade, s'il ne rentre pas chez lui, est transféré dans une unité moins technique que sont les centres de convalescence, de rééducation, de cure médicale.
Malheureusement, les places sont limitées et la durée de séjour est brève.
Ils ont pour but de rééduquer le malade avant sa sortie.

Long séjour ou unité de soins de longue durée (U.S.LD. ou S.L.D.)

En cas d'invalidité prolongée on hospitalise dans un service de long séjour, souvent regroupés avec le moyen séjour.
Les maisons de retraite médicalisées

Maisons de retraite

Les personnes âgées peuvent être hébergées en maison de retraite si elles sont valides si non en Etablissement d'Hébergement pour Personnes Agées Dépendantes (Ehpad)

△ Retour début page Suite métiers de la santé ▷
◁ Retour choix module 8  

 

Les spécialités

Il est important que l'ambulancier connaisse quelques noms de spécialités.
En effet les unités d'hospitalisation regroupées en service puis en pôles portent des noms parfois tout simple comme "Médecine A, Médecine B" ou des noms très spécialisés comme "Hématologie, Oncologie..."
Les grandes orientations sont :

◁ Revoir : soins (Module 2)

materniteMère et enfant

- Pédiatrie: service s'occupant des enfants
- Obstétrique: maternité
- Gynécologie: maladies de la femme

Médecine

- Diabétologie: maladies du diabète (sucre)
- Hématologie: maladies du sang
- Rhumatologie: maladies des articulations
- Cardiologie: maladies du cœur
- Pneumologie: maladies du poumon
- Endocrinologie: maladies des glandes et hormones
- Neurologie: maladies des nerfs et du cerveau
- Gastro -entérologie :maladie du tube digestif
- Hépatologie: maladies du foie
- Oncologie: traitement des cancers
- Gériatrie: s'occupe des personnes âgées
- Service d'hémodialyse : s'occupe des personnes ayant une insuffisance rénale chronique (ils n'urinent plus) . On utilise un appareil d'hémodialyse

Chirurgie

chirurgieLe chirurgien opère dans une salle d'opération.
- Chirurgie orthopédique: chirurgie des os
- Chirurgie viscérale : chirurgie des "viscères" (du ventre)
- Traumatologie: chirurgie des accidentés
- Urologie: maladies des reins et des tuyaux urinaires
- Chirurgie vasculaire: chirurgie des artères
- Neuro-chirurgie: chirurgie du cerveau
- O.R.L.: maladies des oreilles, du nez et de la gorge
- OPH: maladies des yeux
- Chirurgie gynécologique : intervention sur appareil génital féminin

Réanimation

Maladies graves et aigues nécessitant des soins artificiels et continues avec médecin réanimateur 24hsur 24

Soins intensifs

Maladies graves sous haute surveillance. Ces services sont souvent spécialisés comme l'USIC: unité de soins intensifs de cardiologie qui soigne les infarctus.

Services médico-techniques

radiologieC'est le "plateau technique", utilisé par l'ensemble de l'hôpital :
- Radiologie ou Radiodiagnostic ou Imagerie médicale avec scanner et IRM
- Laboratoire,
- Consultations
- Rééducation ou Kinésithérapie
- Bloc Opératoire
- Service d'Anesthésie-Réanimation, S.M.U.R.
- Urgences

▷ Voir plus loin : Fonctionnement des urgences et du plateau technique

Ambulancier et établissement de santé

Son rôle ne se limite pas à la dépose et au retour du patient.

Relais ambulancier-équipe soignante

Les transmissions

relaisElles sont importantes entre l'ambulancier et l'équipe soignante que ce soit:
- avant un transport secondaire -soignant-> ambulancier)
- lors de l'arrivée ( ambulancier ->soignant)

◁ Revoir : transmissions (Module 7)

Rendez-vous à l'heure

L'ambulancier doit respecter les horaires pour l'admission, une consultation ou un examen complémentaire.
Il doit connaître les trajets, embouteillages et la signalisation interne de l'établissement pour se rendre directement au bon endroit.

Fin de prise en charge

Les transmissions faites, le malade est confié à l'équipe soignante. Ce n'est pas à lui de brancarder le malade dans un autre endroit faute de personnel....

Admission

carte vitaleElle est prononcée par le directeur, sur présentation d'un certificat médical d'hospitalisation.
Un dossier administratif est alors ouvert, afin de prendre en charge financièrement l'hospitalisation du malade.
Le patient doit séjourner plus de 24 h dans l'établissement.
Certains documents administratifs sont demandés : (en urgence, possibilité de faire la démarche plus tard par la famille)
- identité du malade : carte d'identité ou livret de famille
- la carte d'immatriculation au régime d'assurance avec l'attestation annuelle d'activité salariée et la carte vitale.
- justificatif de domicile
- éventuellement la prise en charge à 100 %, CMU, aide...
- carte d'invalidité, titre de retraite
- en cas de mutuelle, la prise en charge

Il est utile que le malade apporte les documents susceptibles d'aider les médecins :
- ordonnances, derniers examens, radiographies, compte rendu d'hospitalisation, carnet de santé.

Une autorisation d'opérer est signée par les parents.
Il est de plus en plus admis, voire recommandé que les parents restent au chevet de l'enfant en dehors des heures de visite, même accompagnent l'enfant au bloc opératoire.

En urgence, l'hôpital doit s'assurer qu'un membre de la famille a été prévenu.

Rappel sur l'aide aux formalités administratives (Module 7)

Sans obligation légale, l'usage pour l'ambulancier est d'aider aux formalités administratives:
- en donnant les coordonnées du patient à l'infirmière d'accueil en cas d'urgence
- en utilisant les guichets prioritaires au service des admissions

▷ Voir circulaire DHOS/SDO/O 1 n° 2003-277 du 10 juin 2003 relative aux relations entre établissements de santé publics et privés et transporteurs sanitaires privés
(une circulaire est un conseil contrairement à un décret ou une loi) .
En résumé " Il n'appartient pas à l'ambulancier de réaliser les formalités d'admission ou de sortie sauf accord local formalisé après avis du sous comité des transports sanitaires.
La convention nationale passée entre les caisses d'assurances maladie et les fédérations des transports sanitaires prévoit que l'équipe ne doit pas être mobilisé plus de 15 mn sur place (brancardage compris).
"
Donc aide selon les règles d'usage et comme geste "commercial", tout en sachant qu'en théorie c'est au patient de procéder à ces formalités ou à défaut sa famille voire le service receveur.


Note

  • L'admission est prononcée par le Directeur sur proposition d'un médecin

Sortie

Elle est signée par le médecin.
Mais, à tout moment, le patient peut sortir contre avis médical (sauf hospitalisation d'office en psychiatrie).
Par mesure disciplinaire, le directeur peut prononcer une sortie autoritaire.
Le malade est parfois transféré dans un service spécialisé à la charge du service demandeur.
Le malade a le libre choix de son ambulance, si le médecin a prescrit ce moyen de transport.
A la sortie une ordonnance est remise au malade.

Un résumé du dossier du malade ainsi que les doubles des examens complémentaires et compte rendu opératoires sont envoyés au médecin traitant ou au médecin désigné par le malade.
Les articles R1112-56 à 66 du code de santé publique organisent les démarches :
- des permissions de sortie sont possibles (en général le week-end) après avis favorable
- le bulletin de sortie ne doit porter aucun diagnostic, ni informations médicales
- les mineurs sont confiés à l'autorité parentale sauf rares exceptions
- le médecin traitant est immédiatement informé et un compte rendu envoyé (hélas encore trop tardivement...)
- certificats médicaux, prescriptions et ordonnances sont donnés au patient
- en cas de sortie contre avis médical, une décharge est signée et en cas de refus un procès-verbal est établi

Le patient et sa famille ont le libre choix de la société d'ambulance. Une liste est remise.
L'ambulancier aide pour les formalités administratives de sortie. Les mêmes remarques (formalités d'admission) s'appliquent.
Rappelons que la PMT (Prescription Médicale de Transport) doit être remplie et signée par un médecin inscrit au conseil de l'ordre (pas un interne pas encore médecin, encore moins un cadre, une infirmière, une secrétaire médical voire un employé de bureau).

Fonctionnement de l'hôpital

Services généraux

Ce sont la cuisine, lingerie, chaufferie, ateliers, magasins...parfois un garage.
Si l'hôpital possede des ambulances, elles dépendaient de ce service général. Elles n'étaient donc pas sous la responsabilité d'un service médical.
Mais la tendance est de dépendre d'un cadre hospitalier donc de la profession paramedicale.
Sinon un appel d'offre est fait pour les divers transferts de malades entre établissements (à la charge de l'hôpital).

Services et pôles

L'hôpital est encore organisé en services, même si la nouvelle réforme les a supprimés en théorie :

Pôles

Une nouvelle réforme en 2007, organise l'établissement en grands secteurs d'activité avec à sa tête un chef de pôle médecin accompagné d'un cadre et d'un administratif.
Il s'agit d'une structure économique avec des objectifs financiers précis.
Le chef de pôle assure une autorité fonctionnelle sur l'équipe avec le contrat de pôle comme outil privilégie de pilotage interne.

Administration

Les nouvelles lois 2009-2010 ont (une nouvelle fois !) réformé l'hôpital.
Il y a toujours un membre de l'administration (directeur, adjoint, chef) qui est l'administrateur de garde (sur place ou en astreinte) pour résoudre les divers problèmes urgents.


▽△ Savoir + sur le fonctionnement d'un hôpital ▽△

 

Direction

Le directeur est nommé par le Ministre de la Santé.
Il est donc le représentant de l'autorité supérieure.
Il assure l'exécution des décisions du conseil de directoire
Il a la responsabilité totale de l'hôpital et doit rendre compte des dépenses.
Rappelons que c'est lui qui admet les malades sur proposition médicale.
A noter que son rôle a été renforcé avec une pleine responsabilité en tant que président du directoire, pour conduire la politique générale de l'établissement, fixer l'état des prévisions des recettes et des dépenses, signer les contrats des pôles, superviser la qualité et la sécurité des soins. Il assure la pleine autorité sur les personnels et les nominations.
Il est assisté d'une équipe de direction : économe chargé des problèmes économiques, chef du personnel ou Direction des Ressources Humaines (D.R.H.), des assistants de direction, un(e) infirmière(e) générale, chef de service des soins infirmiers.
Dans l'avenir, il va devenir le véritable "chef d'entreprise".

Administrateur de garde

Il y a toujours un membre de l'administration qui est joignable 24 h sur 24.
C'est lui qui s'occupe des nombreux problèmes qui surviennent tous les jours.

Conseil de surveillance (ex conseil d'administration)

Il a pour mission la gestion des orientations stratégiques de l'établissement et des fonctions de contrôle général de l'établissement et comptabilise les résultats.
Il dirige l'hôpital avec à sa tête son président le plus souvent le maire de la ville.
Ces membres sont: représentant des communes, du Ministère , des organismes payeurs : S.S., des médecins de l'hôpital , du personnel et aussi des usagers.
Il définit les grandes organisations politiques de l'hôpital.
Le directeur de l'hôpital n'est pas membre du conseil de surveillance,mais secrétaire de séance. Le directeur de l'hôpital n'est pas membre du conseil.

Le directoire (ex conseil exécutif)

Il est composé du directeur de l'établissement, du directeur de la Commission Médicale d'établissement (CME), de membres du personnel et des représentants des pôles.
Le directeur de l'établissement en assure la présidence et le président de la CME en assure la vice présidence. En CHU le directoire comprend 3 vices présidents, le président de la CME, le vice président doyen et le vice président chargé de la recherche.
Il a un rôle de consultation sur les principales décisions, d'adoption du projet médical et de préparation du projet d'établissement.

Organismes consultatifs

La Commission Médicale d'Etablissement ou C.M.E.

Elle regroupe l'ensemble des chefs de services de l'hôpital et des représentants des médecins dit Praticiens Hospitaliers (P.H.), assistants et des internes.
Elle élabore le projet médical, la politique d'accueil des usagers, des programmes d'action et des indicateurs de suivi.
Elle coordonne la politique médicale, la qualité et la sécurité des soins
A noter que son "pouvoir" est devenu faible, notamment dans la nomination des nouveaux médecins.

Commissions internes

Elles sont très nombreuses...Citons :
- Comité Technique Paritaire (C.T.E),
- Comité d'Hygiène et de Sécurité et des conditions de travail (CHSCT)
- Commission des soins infirmiers, de rééducation et médico-techniques (CSIRMT)
- Commission des relations avec les usagers et de la qualité de la prise en charge (CRUQPC)

L'hôpital est souvent "en réunion". Le nombre de comités et de sous comités devrait se réduire!!

Financement de l'hôpital

La part des dépenses de santé atteint 11,1% du PIB (produit intérieur brut) en 2005, ce qui place la France au troisième rang mondial derrière les États-Unis, et à un niveau proche de la Suisse et de l'Allemagne.
Les dépenses courantes de santé en France s'élevaient, en 2008, à 215 milliards d'euros.
La consommation médicale totale s'élevait, en 2008, à 2.266 euros par personne et par an.
L'essentiel du financement de l'activité des hôpitaux provient de l'assurance maladie. En 2004, celle-ci a consacré environ 50 milliards d'euros à l'hôpital public. Ces sommes proviennent des cotisations sociales versées par les employeurs, les salariés et les travailleurs indépendants.
Chaque année, le parlement vote une loi de financement de la sécurité sociale. Celle-ci :
- approuve l'orientation de la politique de santé et de sécurité sociale et les objectifs déterminant les conditions générales de son équilibre financier
- prévoit, par catégorie, les recettes de l'ensemble des régimes de base
- fixe, par branche, les objectifs de dépenses des régimes de base
- fixe l'objectif national de dépense d'assurance maladie (Ondam)

Assurance Maladie

L'assurance maladie est l'une des branches de la sécurité sociale, qui couvre les risques maladie, invalidité, vieillesse, décès, veuvage et maternité.
En 2004, la réforme de l'assurance maladie a modifié le mode de financement de l'hôpital, jusqu'alors assuré par une dotation globale forfaitaire versée à chaque établissement. Les modalités de financement des hôpitaux ont été profondément bouleversées pour les activités de médecine, chirurgie et obstétrique (MCO).
La grande majorité des ressources hospitalières dépend désormais du nombre et de la nature des actes et des séjours réalisés.
Certaines d'entre elles, comme les missions d'intérêt général, les activités d'urgence ou les prélèvements d'organes, continuent cependant de bénéficier d'un financement forfaitaire.
Les coûts sont détaillés, afin d'identifier les différentes activités de l'hôpital. Ce mode de financement des hôpitaux s'appelle la "tarification à l'activité" (T2A), car il s'appuie sur l'activité réalisée. L'objectif étant de coder après chaque séjour la nature de l'hospitalisation et des actes faits. Elle est valable pour le public comme pour le privé.
C'est donc la sécurité sociale qui paye 100 % ou moins selon les cas.
La part à la charge du patient s'appelle le ticket modérateur

Budget

La notion de budget est remplacée par l'état prévisionnel des recettes et des dépenses, car ce sont les produits de l'activité qui déterminent les ressources de l'hôpital. Les établissements (hôpital ou maison de retraite) sont autonomes dans leur gestion, mais soumis aux contrôles exercés par les pouvoirs publics (agence régionale de santé, chambre régionale des comptes...).
Le budget hospitalier est, en moyenne, consacré :
- pour 67% aux dépenses de personnel
- pour 15% aux achats de médicaments et de dispositifs médicaux
- pour 9% aux autres achats
- pour 9% aux amortissements et aux frais financiers (bâtiments, matériel...)

Forfait journalier

C'est la part hôtelière de l'hospitalisation. C'est le patient qui paye puisque cela correspond aux dépenses qu'il aurait fait chez lui pour manger …
Elle est prise en charge pour les bénéficiaires de la CMU et par les mutuelles.
En sont exonérés:
- enfants et adolescents handicapés
- victimes d'accident du travail (AT) ou de maladies professionnelles (MP)
- femmes enceintes hospitalisés au titre de l'assurance maternité
- pensionnés militaires

Autres ressources

- les consultations externes
- subventions des collectivités pour mission de service public: urgences, enseignement…
- les dons et legs

 


 

Résumé

Points clefs

  • Soins très spécialisés = CHR ou + fac de médecine = CHU
  • Soins et urgences (plateau technique 24h/24)= CHG
  • Personne âgée : gériatrie (court séjour), USLD (long), EPAD (retraite médicalisé)
  • Admission prononcée par le directeur, sur présentation d'un certificat médical d'hospitalisation.
  • Problème administratif = administrateur de garde 24h/24

Répertoire

  • Recopier et définir les mots suivants :
    • CHU/CHG/CHS
    • lucratif/non lucratif
    • UPATOU
    • ambulatoire/SSR/USLD/EPAD
    • toutes les spécialités : oncologie, pneumologie...

Objectif de formation

  • L'organisation du système de santé : les établissements de soins, les services d'urgence, les alternatives à l'hospitalisation
  • Organiser son travail en fonction des besoins des patients pour optimiser la qualité de la prise en charge
  • Intégration et positionnement au sein d'une équipe soignante.

Conseil

 


△ Retour début page Suite métiers de la santé ▷
◁ Retour choix module 8  
   

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim