precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Handicapés

Aide et transport

Kinésithérapie, ergothérapie, orthophonie sont des moyens de lutte contre les handicaps.
L'handicapé utilise du matériel d'aide à la marche (fauteuil, déambulateur, cannes...), à la respiration (oxygène...).
Le transport nécessite un accompagnement spécifique à chaque handicap.


 

Lutte contre les handicaps

La conséquence d'un handicap est la dépendance nécessitant, pour les actes courants de la vie quotidienne, l'aide d'une autre personne avec du matériel particulier.

Rééducation

Kinésithérapie

handicapsC'est la mobilisation des articulations, du rachis, des segments de membre en vue de leur rendre la souplesse et la force.
Elle débute dès l'hospitalisation, et elle est poursuivie après la sortie du malade.
Parfois le malade est transféré dans un centre spécialisé pour une rééducation intensive.

Après une fracture, lorsque le plâtre est enlevé, il faut mobiliser les articulations sus et sous jacente, puis rééduquer les muscles, par des contractions musculaires répétées. Il faut ensuite réapprendre les gestes de la vie courante, notamment au membre supérieur, et si la lésion porte sur les membres inférieurs: reprise de l'appui et réentraînement à la marche.
Les maladies respiratoires peuvent bénéficier d'une kinésithérapie respiratoire quotidienne.

Les soignants qui s'occupent de cette rééducation s'appellent des masseurs kinésithérapeutes ou "kiné".

Ergothérapie

C'est la rééducation des malades par le travail. Elle permet la récupération des forces motrices et intellectuelles en même temps, en développant l'autonomie dans les activités de la vie quotidienne. Le malade est entraîné à la reprise des tâches ménagères.
Cette méthode est aussi utilisée chez les personnes âgées.

Orthophonie

C'est la rééducation du langage. Les soignants s'appellent des orthophonistes

Réinsertion sociale

Après un séjour hospitalier, il est parfois nécessaire de transférer le malade dans un service de rééducation ou de diététique.
Le retour à domicile est aussi possible avec un service d'Hospitalisation à Domicile ou H.A.D.
Une aide ménagère est aussi utile.
Des lois sociales permettent de réserver des emplois pour les handicapés.(Voir Cotorep, pages précédentes).

fauteuilMatériel pour Handicapés

Aide à la marche

Fauteuil roulant

Il permet de déplacer en position assise un malade qui ne peut marcher. L'ambulance doit permette son utilisation.

deambulateurDéambulateur

Il s'agit d'un appareil de protection et d'appui qui permet au malade de marcher en toute sécurité.
On choisira un déambulateur à hauteur réglable car il doit pouvoir être levé du sol quand la personne le soulève au début, on doit l'aider, jusqu'à ce qu'elle ait plus de force et d'entrainement. En le reposant au sol le sujet doit avoir les bras tendus et faire porter son poids sur eux.

cannesCannes axillaires

Ce sont 2 tiges avec un appui pour les mains, avec au dessus un reposoir pour les avant bras. Elles ont comme avantages, un bon équilibre et une sécurité d'appui, mais les inconvénients sont leurs encombrements et sont peu esthétiques.

cannesCannes anglaises

Elles reportent l'appui d'une partie du poids du corps, sur les mains et l'avant bras.
L'avantage est la légèreté, peu encombrante, mais moins stable que les cannes axillaires

Appareillage orthopédique

Il est très varié, à base de prothèse externe et d'orthèse, souvent réalisées sur mesure par des orthoprothésistes.

Les 2 grandes catégories d'appareillage que le prothésiste peut proposer à une personne handicapée sont :
- La prothèse. Elle remplace une fonction, par ex. une prothèse de jambe.
- L'orthèse. Elle aide une fonction par ex ; une canne, un fauteuil ou une chaussure orthopédique.

Il y a besoin d'une entente préalable de la sécurité sociale et le remboursement est soumis au TIPS (tarif de responsabilité des caisses d'Assurance Maladie)

Appareillage du rachis cervical

Ils sont utilisés lors d'un traumatisme du rachis cervical de type entorse, mais aussi torticolis, poussée d'arthrose… Sa fonction est d'immobiliser le rachis et d'éviter la douleur. Ces appareils sont des colliers en mousse, recouvert de jersey ayant un effet antalgique uniquement car l'immobilisation n'est pas rigoureuse.
Les colliers rigides de type minerve sont utilisés dans les fractures.

Appareillage du rachis lombaire

Ils sont prescrits dans les douleurs du dos: lumbago chronique, sciatique. Il s'agit de ceinture de soutien aux grands corsets.
Leur efficacité est contestée.

Appareillage des membres

Pour les entorses, on utilise des contentions adhésives, des genouillères…

Appareillages respiratoires

Aérosol

C'est un appareil qui délivre un fin brouillard d'eau avec éventuellement des médicaments .Le malade respire ce mélange et ces particules pénètrent jusque dans les alvéoles.
Il est utilisé chez l'asthmatique.

Oxygène

Les insuffisants respiratoires chroniques ont besoin, quand leurs poumons sont détruits, d'oxygène en permanence.
Il est délivré par une bouteille d'oxygène comprimé, ou par un extracteur d'oxygène qui marche à l'électricité.

◁ Revoir cours complet oxygénothérapie (M1)

Aspirateurs de mucosités

Il s'agit d'une source de vide, sur batterie ou sur courant électrique qui permet d'aspirer des sécrétions d'un malade porteur d'une trachéotomie.

◁ Revoir cours aspirateur de mucosités (M1)

Ventilateur artificiel

Certains insuffisants respiratoires ne peuvent plus respirer seul.
Dans un premier temps à l'aide d'un masque facial étanche, on pratique la ventilation dite "non invasive" ou VNI.

La nuit, les personnes atteintes d'un syndrome d'apnée du sommeil ont besoin aussi d'être appareillé (Ventilation en pression positive continue ou CPAP)

Lors d'une hospitalisation, il ne faudra pas oublier d'amener tout l'appareillage personnel du patient.

Transport selon l'handicap

Personne âgée

Les troubles de la vision et/ou de l'audition nécessitent une aide en lui prenant le bras et en parlant fort si besoin.
La marche peut devenir difficile.
Il faut prévenir les chutes en l'aidant à la montée et descente de l'ambulance.
Il faut respecter le malade, éviter le tutoiement et les mots familiers. La perte d'autonomie est fréquente. Il est dépendant.
Il faut prévenir l'apparition d'escarres ou les protéger.

Attention, toutes les personnes (notamment pour une simple consultation) n'ont pas toujours besoin d'être transporté sur un brancard, un VSL peut suffire.

◁ Revoir cours personne agée (M2)

▷ Voir cours chute (M4)

Personne grabataire alitée


Les problèmes à se poser au cours du transport seront :
- prévention escarres
- lutte contre la déshydratation
- surveiller l'élimination
- problème de communication
- problème de mobilité

Séquelles d'Accident Vasculaire Cérébral (AVC)

Ce patient a besoin de séances rapprochés de kinésithérapie. Il s'agit d'une hémiplégique avec ou sans aphasie (c'est à dire de troubles de la parole). Le membre paralysé est en rétraction. La marche est difficile. Il faudra donc s'aider d'appareillages.

Avant tout transport il faudra pratiquer un bilan, évaluant son degré de conscience et de ventilation et son déficit de type aphasie, hémiplégie.
On vérifiera si le patient est porteur d'une sonde urinaire, d'une perfusion, s'il a des escarres.
L'ambulancier aidera l'hémiplégique dans ces déplacements. Il faut se renseigner sur les possibilités du malade et sur ses capacités de déplacement.
Même s'il ne peut pas parler il peut comprendre vos paroles. il faut donc expliquer au malade tous les manœuvres à pratiquer. Au besoin on s'aidera d'une ardoise magique car parfois il comprend l'écrit et pas la voix.

Pour une simple hémiplégie à mobilité réduite, il faut s'assurer le soutien et le maintien du malade pour éviter la chute, en se maintenant en permanence au contact du malade (bloc hanche-cuisse-genou ) et en le soutenant. S'il a une canne, on se met du côté malade, sinon du côté sain. Un transport en VSL peut alors suffire.

Coma chronique

Un patient après un séjour en réanimation puis en service de moyen séjour sera parfois transféré sur une longue distance vers un centre spécialisé.

Il sera installé sur un drap propre, lisse, maintenu au sec, couché sur le côté sain en protégeant ses talons et coudes en cas d'escarres.
Le membre supérieur sera surélevé et on ne tirera pas dessus. Son membre ne sera pas coincé.
Il sera mobilisé régulièrement et on stimulera les zones de compressions.
Pendant le transport on notera sa conscience et sa ventilation.
La prise de la tension artérielle est utile pour un transport prolongé.
Les perfusions et sonde seront vérifiées.
En présence d'une trachéotomie, le matériel d'aspiration sera à disposition.

Insuffisant respiratoire chronique

C'est un malade pulmonaire, souvent habitué des services de pneumologie, parfois même de réanimation, car il présente chaque année des infections des poumons.
A domicile il est souvent sous oxygène en permanence soit par bouteille ou extracteur.

Motif du transport

Simple consultation de routine

Il s'agit de voir le spécialiste (pneumologue) pour un contrôle de l'état pulmonaire et de son taux sanguin d'oxygène (ponction de l'artère radiale pour "gaz du sang" ou/et d'une exploration fonctionnelle respiratoire ou E.F.R.).
Le transport se fera 1/2 assis sous oxygène à la dose habituelle, sans aucune interruption. Aucun effort ne sera demandé au malade qui sera transbordé en chaise roulante.

Transfert secondaire dans un centre de rééducation

Il s'agit parfois de long transport, car au sud de la France le climat est meilleur pour les poumons...
Il faudra prendre un soin attentif à évaluer la quantité exacte d'oxygène nécessaire.

◁ Revoir calcul autonomie bouteille d'oxygène (M1)

Retour d'urgence pour aggravation

Un bilan précis est indispensable et doit être transmis au SAMU.

◁ Revoir bilan respiratoire (M1)

Bilan avant transport

Quel que soit la durée du transport, une évaluation de l'état de fatigue du patient est nécessaire.
On notera:
- son degré de conscience
- sa fréquence et amplitude respiratoire,
- son degré de cyanose et la présence ou non de sueurs.
- pouls et tension
- ses sécrétions

Signes de gravité

Il respire vite (Tachypnée) avec un va et vient inefficace, et une amplitude faible.
Il y a un battement des ailes du nez, un tirage des muscles du cou.
L'encombrement est important avec bruits
Il tousse encore et crache (ce qui est rassurant). On conservera dans un bocal les crachats (expectorations).
Il y a cyanose, sueurs,
Tachycardie et hypertension artérielle
Voire agitation, délire ou simple désorientation dans le temps et l'espace.
Devant un des signes, il faut alerter immédiatement le centre 15 et ne pas effectuer le transport.
S'il s'agit d'un transport secondaire, il faut demander au service de réévaluer la nécessité du transport et au besoin demander un accompagnant.

Transport

Position
Oxygénothérapie

En transport secondaire seulement sur prescription médicale écrite ou aggravation de l'état clinique.
La bouteille" Présence"blanche d'oxygène comprimé est prête à l'emploi avec détendeur et manomètre.
Les consignes de sécurité seront respectées : ne pas graisser, ne pas fumer, ouvrir lentement.

◁ Revoir cours complet oxygénothérapie (M1)

Capacité d'O2 disponible dans la bouteille

C'est à dire le nombre de litres comme si on la remplissait en eau. La " capacité en eau " est en général de 2 l, 5 ou 15 l. C'est gravé sur la bouteille. Ensuite on regarde sur le manomètre, la pression de la bouteille. Lorsqu'elle est pleine, il indique 200 bars. Puis on calcule la quantité d'O2 disponible en multipliant le volume « en eau » de la bouteille par la pression indiquée sur le manomètre. Par exemple: une bouteille pleine de 5 litres donc à 200 bars contient 5*200 = 1000 litres d'O2.

En résumé la quantité disponible sera calculée en divisant le nombre de litres disponibles par le débit utilisé.

Autonomie suffisante en Oxygène ?

Il est important avant de débuter un transport particulièrement long, de savoir si on dispose suffisamment d'O2.
Par ex. si le débit prescrit est de 3 l par minute, au bout d'une heure on aura consommé 3 *60 minutes = 180 litres. Il est préférable, par sécurité, de rajouter une marge de 10 à 20 % pour un transport plus long ou utilisation de la trompe à vide.
Pour connaître la durée de l'autonomie de l'ambulance, il suffit de diviser le nombre de litres disponibles par le débit utilisé.

Par ex: Bouteille pleine de 2,5 l contient de disponible= Pression 200 bars * volume 2,5 l = 500 l,Débit 2 l/mn -> 500 l/ 2 = autonomie de 250 mn

En général, 2 grosses bouteilles de 1 m3 sont fixées à l'avant du véhicule.

Débit d'oxygène

Afin d'éviter l'effet paradoxal de l'oxygène, on débute à de faibles débit de 0,5l/mn que l'on augmentera peu à peu sans dépasser 3l/mn.
Le mieux est d'avoir une prescription médicale avec le débit indiqué.

Pour être précis et fiable, il faut utiliser un rotamètre (débitlitre à billes).

Porteur d'une trachéotomie

▷ voir page suivante transport malade appareillé

Traumatisé

Traumatisé en cours d'hospitalisation

Il s'agit d'un transport secondaire pour un examen par exemple type scanner ou transfert dans un service spécialisé ou un rapatriement sanitaire.
En plus des fonctions vitales classiques à surveiller, il faut surveiller le membre opéré.
redonLes consignes seront prises auprès du service.
Si le rachis est intact et une bonne conscience, il sera installé semi assis.
Si certaines fractures ne sont pas immobilisées par un plâtre, un matelas coquille sera utilisé, mais les broches de traction seront protégées.
Le patient est souvent porteur d'une perfusion, parfois d'une sonde gastrique ou d'une sonde urinaire, de redons à travers le plâtre ou le pansement.
On n'oubliera pas le dossier du malade.

fixateur externePour des fractures complexes, ouvertes ou sales, le chirurgien a parfois poser des broches perpendiculaires reliées ensemble par des boulons, barres transversales...Il s'agit d'un appareil appelé "fixateur externe". L'ensemble est impressionnant et très volumineux, mais pas de panique, c'est très stable ! C'est comme du Mécanno !
Il faut protéger et ne pas accrocher quelque chose. Des coussins donneront un certain confort.
tractionLorsque l'accidenté n'a pas encore été opéré, pour les fractures du bassin, hanche ou fémur, une broche qui transperce l'os permet grâce à un étrier et un système de poulie de maintenir une certaine traction. Il sera difficile de maintenir cette traction complexe pendant le transport. Attention aux extrémités pointues de cette broche.

▷ voir page suivante détails transport d'un traumatisé appareillé

Sortie du blessé

L'ambulancier transportera souvent des blessés qui viennent d'avoir un plâtre.
Le blessé ne doit pas prendre appui .
Si le plâtre est trop serré, il fait " garrot" avec douleur et extrémité froide et cyanosée. On doit donc surveiller l'extrémité du membre et noter:
- sensibilité,
- mobilité,
- couleur,
- chaleur

Devant un problème, on retournera à l'hôpital.

Il ne faut pas confondre la douleur sous plâtre immédiate et celle survenant au membre inférieur, plusieurs jours ou semaine après. En général il s'agit de l'apparition d'une phlébite sous le plâtre (caillot de sang dans une veine) qui risque de se détacher et d'entraîner une embolie pulmonaire. Dans ce cas une détresse respiratoire apparaît ou / et une douleur thoracique, voire un arrêt cardiaque brutal.

Transfert en rééducation d'un paraplégique

Il faudra changer fréquemment le blessé de position afin d'éviter des escarres. Il n'y a plus de risque pour la mobilisation du rachis puisqu'il a été opéré. Le malade est souvent incontinent et porteur d'une sonde urinaire Les déjections seront immédiatement nettoyées et les draps changés. Si des escarres sont déjà constituées, les règles d'hygiène seront respectées.

Transfert en rééducation d'un coma traumatique

Il s'agit d'un patient dans le coma depuis longtemps. Il est porteur d'une perfusion, d'une sonde d'alimentation, d'une sonde urinaire et d'une canule de trachéotomie sous oxygénothérapie.

Séances de rééducation

Il s'agit d'un blessé qui ne peut pas se déplacer, qui doit subir chaque jour des séances de kinésithérapie. Chaise roulante et béquilles sont utilisées. Il s'agit le plus souvent d'un transport en VSL.

Handicaps et société

L’intégration des handicapés dans la société est un enjeu.
La loi du 18 janvier 2005 stipule l’égalité des droits et des chances, la participation et la citoyenneté des personnes handicapées.
Elle s’intéresse plus particulièrement à la scolarisation des enfants handicapés et à l’accès à l’emploi
Elle demande aux entreprises d'embaucher, selon un quota,des personnes handicapées
Elle prévoit aussi une aide sous forme d’allocation.(AAH), prestation de compensation du handicap (PCH)
L’accessibilité au transport des bâtiments est inscrite aussi dans la loi.
Chaque département est doté d'une maison (MDPH) regroupant les interlocuteurs.

Résumé

 

Points clefs

  • Professions paramédicales et définitions à connaître pour Kinésithérapeutes, orthophonistes...
  • Bien distinguer la différence entre orthèse et prothèse
  • Apprendre tous les facteurs favorisants les escarres
  • Bien faire la différence entre la douleur sous plâtre par compression et la phlébite
  • Le transfert d'un comateux stabilisé fait appel à toutes les techniques de surveillance, donc sujet complet ! pour un examen...
  • Différence entre prothèse et orthèse

Répertoire

  • Recopier et définir les mots suivants :
    • kinésithérapie, ergothérapie, orthophonie
    • HAD
    • prothèse, orthèse

Savoir +

Conseil

 


△ Retour début page Suite transport appareillé ▷
◁ Retour choix module 2  
◁ Retour choix autre maladie  

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim