Place en réa: dur dur

Les places en service de réanimation sont peu nombreuses (de 0.27 à 2.37 pour 10 000 habitants selon les régions).
La mortalité parmi les malades admis immédiatement et celles des non admis ou avec retard est-elle différente ?
C’est à cette question qu’une étude réalisée par une dizaine de réa de la région ouest a tenté de répondre.
La réponse est « certainement », la mortalité est majorée mais beaucoup de facteurs sont en causes qui demandent un complément d’étude (30,1 par rapport à 24,3 % pour la mortalité à J 28).
Seul élément rassurant et compréhensible : les plus jeunes et/ou les plus graves sont plus facilement admis, les réanimateurs faisant des sorties.

Robert R et coll. : Refusal of Intensive Care Unit Admission Due to a Full Unit : Impact on Mortality. Am J Respir Crit Care Med., 2012 ; 185 : 1081–1087.

Bon ce n’est pas encore demain que les SMUR parisiens ne feront plus des tours du périphérique en attendant une place de réa.

PS: Dans un tout autre domaine , les avions aussi font des ronds sur des « hippodromes » en attendant de se poser faute de place ou comme hier pour un orage très dangereux à Roissy.
Pour ceux qui n’ont rien à faire en garde entre 2 urgences, allez voir les trajectoires en direct des avions au dessus de la France et du monde.

http://www.flightradar24.com/

À propos de admin

Médecin anesthésiste-réanimateur, CH Montfermeil,93. Ancien directeur médical de l'institut de formation ambulancier de l'Est parisien, 93330 Neuilly/M
Ce contenu a été publié dans Module 7, avec comme mot(s)-clef(s) , . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>