Oxymètre : Bien l’utiliser

Cet appareil qui mesure la saturation du sang en oxygène (plus précisément de l’hémoglobine du globule rouge) est maintenant d’utilisation courante.
Mais dans plus de 20 % des cas la mesure est impossible (agitation, transport avec secousses) ou inutilisable (frissons, extrémités froides).
Si une saturation inférieure à 95 % (et bien analyser: bon signal par ex.) a pour corollaire une oxygénothérapie, une saturation normale >95 % nécessite aussi parfois l’utilisation d’oxygène : un traumatisé qui souffre par ex.

En savoir plus :

http://www.formationambulancier.fr/01-cours/m2/2102-mesures-resp.html

 

 

Publié dans Module 2 | Marqué avec | Laisser un commentaire

Secret professionel

L’ambulancier, acteurs de la chaîne de soins du patient est tenu au secret professionnel (loi du 4 mars 2012).

Toute information confiée pendant le transport ne doit pas être divulguée à des tiers.

S’il s’agit d’informations à caractère médical, elles seront transmises à l’équipe médicale.

S’il s’agit de confidences privées, elles ne seront pas divulguées.

Exemples :

Lorsque j’urine ça me brûle. Je transmets.
Je suis fâché avec mon époux nous faisons chambre à part. Je garde ça pour moi.

Publié dans Module 5 | Laisser un commentaire

Brûlé grave, du domaine de l’ambulancier : non mais…

Pourquoi enseigner le transport du brûlé grave au DE Ambulancier, qui est du domaine de la chaine de secours : pompiers-SAMU-SMUR ?

Parce que en cas de catastrophe (plusieurs centaines de brûlés par ex.), les secours spécialisés seront insuffisants.
La Belgique en a fait l’amer expérience et enseigne à tous les paramédicaux les gestes spécialisés à effectuer.

Voir l’excellent site de la fondation belge des brûlures.

Une petite révision s’impose

Publié dans Module 1, Traumato | Marqué avec | Laisser un commentaire

Ambulancier: attention à la rougeole

Il n’y a pas que les enfants qui attrapent la rougeole. ET c’est dangereux.

 

Vérifier votre vaccination

http://info-rougeole.fr/

 

Publié dans Module 3 (Hygiène) | Marqué avec , | Laisser un commentaire

AVC: de plus en plus jeune

A.V.C. ou Accident Vasculaire Cérébral

Revoir cours AVC:

http://www.formationambulancier.fr/1_cours/113_maladies/1130_maladie_04_neuro_avc_1.htm

Le Figaro du 15 Octobre dans un article d’Anne Pringent résume l’article de la revue Neurology, constatant que l’AVC survient de plus en plus jeune principalement à cause d’une mauvaise hygiène de vie favorisant obésité et diabète.
L’usage de drogues est aussi en cause.
Le mauvais traitement de l’hypertesnsion est aussi un facteur négatif.

Article : http://sante.lefigaro.fr/actualite/2012/10/12/19283-avc-augmentation-chez-plus-jeunes

Extrait du flux rss :

« La proportion d’accidents vasculaires-cérébraux chez les moins de 55 ans est en hausse, alors qu’elle baisse chez les plus âgés.

L’attaque cérébrale n’est plus l’apanage de la vieillesse : elle concerne de plus en plus de jeunes. C’est le constat alarmant d’une large étude américaine publiée le 10 octobre dans la revue Neurology. En dix ans, la proportion d’accidents vasculaires-cérébraux (AVC) dans la population du Kentucky (est des États-Unis) est ainsi passée de 12,9 à 18,6 % chez les 20-54 ans ; dans le même temps, l’âge moyen des AVC a légèrement rajeuni, passant de 71,2 à 69,2 ans. Parmi les facteurs explicatifs figurent une mauvaise hygiène de vie et la consommation de drogues.

«Une part de cette hausse est sans aucun doute liée à une meilleur détection des AVC grâce à la généralisation de l’IRM, même si cela ne peut être la seule explication», commente le professeur Mathieu Zuber, neurologue à l’hôpital Saint Joseph (Paris). Autre observation de l’équipe américaine, l’incidence croissante n’est pas due aux AVC hémorragiques, plus fréquents dans cette tranche d’âge, mais à la hausse significative des accidents coronariens, habituellement rencontrés chez les plus âgés. C’est pourquoi, sans mettre clairement en évidence les causes de cet accroissement des AVC, les auteurs de l’étude pointent du doigt le boom des facteurs de risque cardio-vasculaires chez les plus jeunes, en premier lieu le diabète et l’obésité.

La consommation de drogues est également évoquée. En effet en 2005, un peu plus de 20% des patients âgés de 20-54 ans ayant eu un AVC pour la première fois consommaient de la drogue, par rapport à 2,2 % chez les plus de 55 ans.

Femmes jeunes: prudence!

«Cette étude est vraiment inquiétante car elle confirme les données publiées en mars dernier pour la France qui montrent que le taux d’AVC augmente chez les moins de 65 ans alors qu’il diminue chez les plus de 65 ans. Nous étions arrivés aux mêmes conclusions que celles de l’étude américaine en incriminant l’augmentation de l’obésité et du diabète mais aussi en posant la question des drogues illicites», explique au Figaro le professeur France Woimant, neurologue à l’hôpital Lariboisière à Paris. Pour la spécialiste, cette évolution est à surveiller de près. Car si la mortalité par AVC a nettement diminué, l’attaque cérébrale reste la première cause de handicap chez l’adulte. «Or si ces chiffres se confirment, cela signifie une augmentation du nombre de jeunes dépendants», s’alarme-t-elle. Pour éviter d’en arriver là, une seule solution: maîtriser les facteurs de risques.

Les spécialistes mettent particulièrement en garde les femmes jeunes. «La combinaison migraine, tabac et pilule est explosive pour le cerveau», insiste Mathieu Zuber. Et à quelques jours de la journée mondiale de lutte contre les AVC, le président de la société française neurovasculaire, le Pr Thierry Moulin rappelle que l’hypertension artérielle demeure le principal facteur de risque maîtrisable. Réduire de deux points sa pression artérielle, c’est diminuer de 40% son risque d’AVC.

Publié dans Module 2 | Marqué avec | Laisser un commentaire

Chute non mortelle de 4000 m

Christchurch, Nouvelle –Zélande Un parachutiste a survécu à une chute vertigineuse de 4000 m suite à la panne de son parachute. Le choc avec le sol a été amorti à 230 m du sol par l’emploi d’une petite toile. Malgré un choc violent, le blessé a été conduit à l’hôpital conscient mais polytraumatisé

http://www.telegraph.co.uk/news/worldnews/australiaandthepacific/newzealand/9479312/Skydiver-survives-13000ft-jump-after-parachute-fails.html

Publié dans Module 1, Traumato | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Coup de chaleur

Le « coup de chaleur » correspond à une température supérieure à 40 °C avec risque de décharge de composés musculaires (rhabdomyolyse) qui se bloquent au niveau des reins (insuffisance rénale aiguë). Sans traitement la mort est fréquente.

Il peut survenir lors d’une marche forcée (militaire), un marathon et pas obligatoirement avec une chaleur extrême et souvent forte humidité.

Lors d’une canicule, elle peut frapper les enfants en bas âge, les vieillards et aussi les malades psychiatriques (surtout s’ils prennent des médicaments « neuroleptiques »).
Il faut absolument refroidir la victime par exemple avec des draps mouillés et un ventilateur ou appliquer de la glace au niveau des gros vaisseaux.
Personnellement lors de la vague de chaleur de 1976, j’ai expérimenté (avec succès) plusieurs fois l’immersion totale du malade en surchauffe (sous anesthésie et intubation, ballonnet bien gonflé !) dans une baignoire avec de la glace…

Depuis, on peut refroidir avec une hémofiltration (court circuit du sang sur une bobine externe, habituellement utilisé comme rein artificiel).

Des chercheurs chinois ont confirmé que l’hémofiltration veino-veineuse continue (sang pris dans une grosse veine et réinjecté dans une grosse veine à 25°-30°C pendant 2 h puis à 36°C  pendant 94 heures) refroidissait le sang et en sus éliminait les substances toxiques libérées par la surchauffe des cellules.
16 patients âgés de 17 à 28 ans et atteints d’un coup de chaleur, ont survécus

Zhou F et coll. : Effects of continuous venous-venous hemofiltration on heat stroke patients : a retrospective study. J Trauma 2011 ; 71 : 1562-1568.

Bon on pourrait aussi ressortir cette brève au mois de Janvier pour faire l’inverse : réchauffer des patients en hypothermie.

Publié dans Module 2 | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Apnée volontaire: pas trop longtemps, pourquoi ?

On peut retenir sa respiration, mais pas très longtemps. Pourquoi ?

Le magazine pour la science, Juillet 2012-n°417 tente répondre.

Rappelons que la respiration et le cœur ont des rythmes automatiques.

Selon les besoins en oxygène, le cerveau ajuste les fréquences respiratoires et cardiaques.

http://www.formationambulancier.fr/01-cours/m0/0106-physio-respiration.html

On peut volontairement influencer sur la respiration mais difficilement sur les battements cardiaques (techniques de relaxation).

http://www.formationambulancier.fr/01-cours/m0/0111-physio-regulation.html

Cette apnée volontaire est utile pour parler, respirer dans une atmosphère hostile.

La logique voudrait que la baisse du taux sanguin d’oxygène (hypoxie) et la hausse du taux de gaz carbonique (hypercapnie) stimuleraient des récepteurs situés au niveau des artères carotides.
Des expériences ont prouvé que ce n’est pas le cas. Il faut se rabattre vers une fatigue du muscle diaphragme qui est transmise au cerveau.
Le diaphragme n’a pas dévoilé tous ses secrets. A noter qu’il joue aussi un rôle essentiel dans les insuffisances respiratoires pots-opératoires après chirurgie abdominale y compris par cœlioscopie (chirurgie vidéo en « gonflant » l’abdomen)

Rappel des définitions de fréquence respiratoire :

Tachypnée

C’est l’augmentation de la fréquence au-dessus de 20 mouvements par minute chez l’adulte.

Bradypnée

C’est la baisse de la fréquence au-dessous de 12 mouvements par minute.

Polypnée

C’est une augmentation de l’amplitude. Elle est rare.

Oligopnée

C’est une respiration superficielle, véritable « va et vient » peu efficace, donc amplitude faible.

Dyspnée

C’est une respiration anormale sans précision de mesures. La forme ultime est l’absence de respiration « a » pour a bsence -> apnée.
Mais ce terme est plus souvent utilisé pour parler d’apnée volontaire (plongée) si non on dit tout simplement arrêt respiratoire.

 

Publié dans Module 1 | Marqué avec , | Laisser un commentaire

1952: début de la réa et des transports secondaires

L’épidémie de polio de 1952 a permis de découvrir que la ventilation artificielle (intubation +ballon) déjà pratiqué en anesthésie était applicable pour les détresses respiratoires de la polio.

A noter qu’au début on ballonnait 24 h sur 24 h (garde d’externe se relayant) puis idée génial une boite qui enfermait le ballon et un piston fabriquait la pression pour appuyer automatiquement sur le ballon et dans la foulée le premier respirateur de Mr Engstroem.

 

Il a été ensuite importer en France à l’hôpital Claude Bernard spécialisée en maladies infectieuses (polio, tétanos, diphtérie), Porte de la Villette) à Paris.(Pr Mollaret et Goulon) Hôpital très pavillonnaire pour éviter la propagation des infections (détruit depuis friche périphérique intérieur).

Puis le Professeur Maurice Cara à Necker à été chargé du transport de ces malades, ancêtre des transports secondaires et du SAMU 75.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Bj%C3%B6rn_Ibsen

http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9animation

Excellent: http://www.academie-medecine.fr/userfiles/file/tap%201451-1461.pdf

http://www.samu-de-france.fr/fr/ressources_pro/informations/information_ca/front/afficher/?id_actu=588

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Mollaret

http://fr.wikipedia.org/wiki/Maurice_Goulon

Bonne lecture si vous aimez l’histoire

Publié dans Module 7 | Marqué avec | Laisser un commentaire

Morts subites du nourrisson: plus de diminution

 

Il y a un an l’INVS (Institut national de prévention et d’éducation pour la santé) concluait qu’un nombre important de morts subites du nourrisson pouvait être prévenues par une bonne prévention. (Environ 250 morts par an dont une forte proportion d’enfants couchés sur le ventre ou un support mou).

Un article du journal La Croix constate que le nombre de cas ne baisse plus et qu’il serait urgent de renouveler les campagnes en faveur d’un couchage sécurisé.

Une étude américaine récente souligne aussi le danger de dormir dans le même lit que son enfant.

Rappelons le rôle favorisant d’une chambre trop chauffée, du tabagisme, de la prématurité…
Le mécanisme exact est à ce jour inconnu mais surement multifactoriel.
Mais parfois une vraie cause est retrouvée d’où l’intérêt d’une autopsie systématique.
Pas facile à faire accepter par les parents, mais quand ils reviennent un an plus tard pour mettre en route un nouveau bébé, ce rapport est utile.
Pas d’autopsie médico-légal (rapport difficile à obtenir). En général un hôpital par département est habilité à pratiquer cet examen et surtout d’accueillir les parents : pédiatre, psychologue…
C’est un des rares cas où une certaine tolérance est acceptée pour transporter en simple ambulance le corps de l’enfant.
Petit conseil : pas de parole malheureuse sur les lieux du drame, genre  » mines complices entre sauveteurs faisant comprendre que la nourrice a mal surveillé ! ».

Explication à la mode : une hypersensibilité vagale et il semblerait que les nourrissons sauvés deviennent chez l’adulte des personnes faisant facilement des malaises vagaux.

Rappelons que contrairement à la respiration qui reçoit sa commande via le cerveau et de nombreux nerfs, le cœur bat tout seul. Néanmoins un nerf appelé pneumogastrique ou X ou vagal peut demander au cœur de ralentir voir de s’arrêter (vue du sang, forte douleur….) Heureusement le cœur comprend vite que ce ordre est inapproprié et rapidement ne tient plus compte de cet injonction.

Ex: lors d’une petite anesthésie locale, l’opéré est mis sous monitoring cardiaque et à la simple vue de l’aiguille son cœur ralentit et sur le scope on voit même un tracé plat, plutôt une longue pose (le mot arrêt cardiaque n’est pas utilisé, mais le traçé est tout comme) et la personne a une syncope puis rapidement le cœur repart à son rythme habituel. Il ne faut pas dire à la personne qu’elle est allergique aux anesthésiques locaux d’ailleurs souvent il n’a même pas éte injecté.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mort_subite_du_nourrisson

http://www.doctissimo.fr/html/sante/encyclopedie/sa_1596_mort_subite.htm

Publié dans Module 1 | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Oxygénothérapie long terme: Recommandations officielles

Haute autorité de santé publique

Oxygénothérapie à long terme : choisir la source la mieux adaptée – Mai 2012 – Fiche BUTS

Fiche de Bon Usage de la Commission Nationale d’Evaluation des Dispositifs Médicaux et des Technologies de Santé (CNEDiMTS)

Date    mai 2012

Les sources d’oxygène proposées pour l’oxygénothérapie à domicile sont les concentrateurs d’oxygène fixes et mobiles, les bouteilles d’oxygène gazeux et les réservoirs d’oxygène liquide. Toutes ces sources sont considérées comme équivalentes, du point de vue de l’efficacité clinique. Le choix de la source d’oxygène la mieux adaptée doit être fait en tenant compte des besoins de déambulation du patient (durée, fréquence), de ses besoins en d’oxygène (administration en mode continu ou pulsé, débit ou réglage prescrits ) et des spécifications techniques des dispositifs (mode de fonctionnement, capacité de production d’oxygène, autonomie, encombrement, poids et bruit).

Oxygénothérapie – Fiche BUTS (259.32 Ko)

Publié dans Module 1 | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Hygiène: Provocation

Les médias parlent en ce moment des familles avec chien dont les enfants ont moins d’infection.

L’explication est simple : Plus on a de contacts avec des microbes (pas trop méchants quand même !), plus on renforce ses défenses immunitaires.

Ne lavez pas trop vos enfants, ne pas se laver les mains, faites les jouer dans des bacs à sable bien pollués, prenez bus et métro à 6 h le soir, partez en vacances en Inde ou moins cher à la ferme. N’utilisez jamais d’antibiotiques. Vous serez ainsi blinder pour de nombreuses années.

Mais pour le boulot paramédical, c’est une autre histoire. Si le risque est faible d’attraper quelque chose, par contre on peut facilement transmettre notre flore bactérienne à un malade immunodéprimé et là on ressort les bonnes règles d’hygiène.

Publié dans Module 3 (Hygiène) | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Transhumance autoroutière

Les vacances d’été sont là. En quelques heures l’autoroute du Sud nous conduira peut être vers les plages ensoleillées.

Mais avant 1968, l’autoroute n’était pas complètement terminée et il fallait sortir à Auxerre avant d’affronter la N7 et ses dangers.

A l’hôpital de Salon de Provence, le Professeur Michel Bourret, chirurgien était convaincu qu’il fallait médicaliser très tôt le polytraumatisé, comme en chirurgie de guerre (Guerre de Corée, voir le film Mash). C’est ainsi que le 1 er Septembre 1957 l’hôpital sortit de ces murs.

Le transport primaire était né en France. Le Professeur Serre à Montpellier suivra notamment par hélicoptère.

A l’époque à Paris, le Professeur Cara, dès 1956, se chargeait « du transport des poliomyélitiques » sous assistance respiratoire de la province, de l’Algérie et de l’étranger vers l’hôpital Claude Bernard. Un transport secondaire qui ne disait pas son nom.

Publié dans Module 1, Module 6, Traumato | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Equipement : une muselière dans l’ambulance ?

Aux Etats unis, plusieurs cas de personnes cannibales ont défrayé la presse. Certains prétendent qu’un mystérieux virus réanimerait les morts devenant des morts-vivants ou zombies se nourrissant de chair fraîche.
L’officiel Institution  Centers for Diseas Controm and Prevention ou CDC a démenti.

L’explication est beaucoup simple : une drogue appelée bath salt (sels de bains) peu cher et facile à trouver sur internet agit sur le comportement de certaines personnes.

L’interaction sur le cerveau est inconnue. Rappelons que de nombreuses molécules biologiques ou neuro-transmetteurs  sont libérées par l’extrémité des neurones pour agir sur d’autres neurones. Citons parmi les plus connus : Dopamine,Noradrénaline, Sérotonine, Endorphine.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Neurotransmetteur

L’école française avec le Professeur Laborit fut la première à découvrir des médicaments qui agissent sur le comportement : les neuroleptiques. Depuis il y a d’autres produits de l’humeur et de la dépression et en France nous en abusons.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Henri_Laborit

C’est l’occasion de nous rappeler à notre bon souvenir, l’action du Professeur Huguenard.
Pionnier pour les SAMU (avec le Professeur Lareng de Toulouse et le Professeur Cara de Paris-Necker,) (94, Henri Mondor) et la médecine de catastrophe (un ancien de la guerre d’Indochine), il était aussi anesthésiste et avait découvert avec le Professeur Laborit le concept de neurolept-analgésie : un mélange à haute dose de neuroleptiques et d’analgésique pour endormir ou sédater. Toujours utilisé en chirurgie cardiaque ou comme « cocktail lytique » en soins palliatifs.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Huguenard

Publié dans Module 3 (Hygiène) | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Tétanos: toujours présent

Le bulletin épidémiologique hebdomadaire (BEH) de l’institut de veille sanitaire informe qu’entre 2008 et 2011, la France a connu 36 cas de tétanos dont 11 décès (31%). Il s’agissait de personnes âgées (86 % de plus de 70 ans) et 3 femmes pour 1 homme. A l’origine une plaie dont 25 % de lésion chronique (comme un ulcère variqueux : forme d’escarre à la cheville sur une grosse jambe avec des varices) mais dans 11 % des cas l’origine n’est pas retrouvée.

Rien d’étonnant, les personnes âgées et les femmes (pas de service militaire à l’époque) sont moins vaccinées.

La vaccination est obligatoire et un rappel tous les 10 ans est nécessaire.

C’est une infection à parti d’une bactérie présente dans la terre. La contamination se fait par une plaie souillée de terre comme une écharde. Elle secrète une toxine qui diffuse dans tout le corps via la circulation sanguine. Elle agit sur tous les muscles.

La prévention repose sur une désinfection immédiate même d’une simple piqure de rosier, le nettoyage d’une plaie souillée, l’ablation d’une écharde, puis d’un rappel antitétanique si date de plus de 10 ans ou pour les non vaccinés : immunoglobuline +vaccin.

Bien informé les personnes âgées de consulter leur médecin traitant pour contrôler la vaccination surtout les femmes faisant du jardinage.

Ne pas négliger la plaie chronique de la jambe de la personne âgée.

Ayant eu à soigner (et guérir) plusieurs cas de tétanos, le diagnostic au départ n’est pas évident, souvent une mâchoire un peu serrée (trismus) vite attribuée à un problème dentaire ou/et une hypertonie musculaire. Cependant il ne faut pas trop attendre sous peine de voir des crises paroxystiques de contractures musculaires dont la forme la plus spectaculaire est la contracture des muscles extenseurs du dos ou opisthotonos (pont entre épaules et fesses, pendant la contraction on peut facilement passer la main entre le lit et le dos).Le risque mortel est alors le spasme respiratoire.
La personne est anesthésée et curarisée (médicament bloquant la contraction musculaire) et ventilée artificiellement pendant plusieurs semaines en attendant que l’infection se termine

BEH 2012 ; 26 : 303-306.

http://www.ifmt.auf.org/IMG/pdf/Tetanos-MS-2.pdf

 

 

Publié dans Module 3 (Hygiène) | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Capsules d’oxygène dans les ambulances: Un rêve ?

John Kheir, cardiologue au Children’s Hospital de Boston,USA a lancé un programme de recherche afin d’oxygéner le sang en l’absence de poumons fonctionnels.
Jusqu’à présent les patients atteints de pneumonie grave (comme certaines formes mortelles de grippe) sont intubés, ventilés artificiellement et dans les cas les plus complexes, mis sous circulation extracorporelle ou C.E.C. (appareil pompant le sang, le réoxygène puis le réinjecte, un peu comme le fait l’hémodialyse mais pour une tout autre fonction).
A la suite du décès d’une petite fille, ce cardiologue pédiatre souhaitait trouver le produit miracle qui permettrait de gagner un peu de temps avant de mettre en route toutes ces techniques complexes.

Rappelons que l’injection de bulles d’oxygène est mortelle (embolie gazeuse). Pour contourner cet obstacle, les chercheurs ont mis au point des microcapsules enfermant les molécules d’oxygène dans un bain lipidique.
L’hémoglobine est attirée par ces capsules et capte l’oxygène. Le sang redevient rouge vif.
Chez l’animal asphyxié, ce processus a pu faire remonter la saturation à 90 % pendant quelques dizaines de minutes.
Reste à passer chez l’homme et de vérifier que ces microcapsusles s’éliminent correctement.
L’équipe rêve à son emploi dans des seringues toutes prêtes utilisable dans les véhicules de secours afin de tenir 15 mn en attendant la réanimation médicale
Rêve, utopie, l’avenir nous le dira? Mais depuis combien d’années, nous attendons ce moment et hélas je pense que nous attendrons encore longtemps.
Rappelons une autre recherche: l’injection de sang artificiel à partir de cellules souches.

http://www.actusoins.com/11732/bientot-de-loxygene-injectable.html

http://www.futura-sciences.com/fr/news/t/medecine/d/premiere-mondiale-du-sang-artificiel-a-partir-de-cellules-souches_33181/

Pierre Barthélémy (@PasseurSciences sur Twitter)

http://www.aalatimes.com/2012/07/02/injecting-life-saving-oxygen-into-a-vein/

http://stm.sciencemag.org/content/4/140/140ra88

Publié dans Module 1 | Marqué avec , | Un commentaire

Grippe aviaire: épidémie Mexicaine et Chinoise

Actuellement 2 foyers virulents de grippe aviaire touchent le Mexique et le Nord Ouest de la Chine.
Cela concerne plusieurs millions de volailles.
Pour l’instant aucune transmission à l’homme n’a été signalée

http://fr.wikipedia.org/wiki/Grippe_aviaire

Publié dans Module 3 (Hygiène) | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Mort subite (suites) : les signes d’alerte

Publié dans le Quotidien du Médecin

http://www.lequotidiendumedecin.fr/specialites/cardiologie-vasculaire-hta-medecine-generale/olivier-ferrand-les-signes-d-alerte-de-la-m

 

Publié dans Module 1 | Marqué avec , | Laisser un commentaire

Mort subite : Décès du député Olivier Ferrand

Le nouveau député socialiste Olivier Ferrand âgé de 42 ans est mort au cours d’un jogging.
Rappelons que ce sujet était d’actualité il y a quelques jours, le Professeur Xavier Jourgen  évoquait la mort brutale d’environ  800 à 1000 sportifs lors de leur exercice. Il s’agit dans 95 % de cas d’hommes sans antécédents cardio-vasculaires, âgés de 46 ans en moyenne.

Publié dans Module 1 | Marqué avec , , | Laisser un commentaire

Infarctus: bis repetita

Environ 15 % des personnes ayant eu un infarctus risquent de récidiver dans l’année.
La modification de l’aspect de la plaque d’athérome (le gras qui se fixe sur les vaisseaux) entraîne un processus d’inflammation.
Au comprend pourquoi de nombreux cardiaques sont angoissés et ont peur de la mort subite. (Les autres peuvent aussi mourir mais ils n’y pensent pas).
Surtout que la personne qui a fait un infarctus, est aussi « traumatisé sur le plan psychique » que l’accidenté (avec son syndrome post-traumatique): brutalement douleur-15-SMUR-Coronarographie  puis maintenant on peut sortir de réa quelques heures après et se retrouver avec médicaments, régime, changement de mode de vie. C’est brutal. Peu vont ensuite en centre de rééducation.

Pour lutter contre l’inflammation, le cardiologue en plus des méthodes immédiates de désobstruction prescrira un anti-inflammatoires à vie : l’aspire à très faible dose.
Dans ce cas, pourquoi ne pas donner à tout le monde de l’aspirine pour éviter l’infarctus. Non car le risque d’hémorragies (digestives) est plus important que d’avoir un problème au cœur.

A ce propos, rappelons que « l’inflammation » et les phénomènes d’immunité sont à l’origine de nombreux problèmes médicaux et que nous en sommes au début des découvertes.
De même connaissez vous « le deuxième cerveau »…c’est le tube digestif avec son stock de microbes. La aussi plein de découvertes:  genre quelqu’un qui  a une flore microbienne différente risque une maladie inflammatoire du colon (Maladie de Crohn, Rectocolite hémorragique) ou un obèse n’a pas les même bébêtes dans son tube digestif. A quand la « merdothérapie »?

Publié dans Module 1 | Marqué avec , | Laisser un commentaire