Les morts n’aiment pas le chaud

Une étude confirme l’utilité de provoquer une hypothermie (32-34°) associée aux méthodes classique de réanimation après une inefficacité circulatoire y compris en milieu hospitalier, ce qui est loin d’être le cas.

Mikkelsen M et coll.: Use of Therapeutic Hypothermia After In-Hospital Cardiac Arrest Crit Care Med 2013 ; 41 : 1385–1395.

Ce qui semble logique, l’hypothermie est utilisée depuis longtemps pour diminuer la consommation en oxygène des cellules nerveuses et donc de protéger le cerveau, lors des opérations « à cœur ouvert », permettant d’augmenter la durée d’arrêt circulatoire.

Donc mieux vaut se noyer au Pôle Nord qu’à Tahiti mais encore faut-il qu’une équipe de secouriste soit présente !

Rappelons que notre corps vit avec une température qui varie peu et n’aime pas les extrêmes soit une fourchette pathologique disons de 32° à 41° en gros.

http://www.formationambulancier.fr/01-cours/m2/2531-mal-temperature.html

À propos de admin

Médecin anesthésiste-réanimateur, CH Montfermeil,93. Ancien directeur médical de l'institut de formation ambulancier de l'Est parisien, 93330 Neuilly/M
Ce contenu a été publié dans Module 2, avec comme mot(s)-clef(s) . Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>