Ergonomie : Dos

 

 

Attention vous êtes sur une ancienne version.

▷ Mise à jour de la page

▷ Vers menu nouveau site

La mise à jour comporte:

  • nouveaux élements
  • nouvelle présentation
  • lecture sur tablette et smartphone

 

Maladies du dos


 

L’ambulancier est très exposé, doublement par la conduite automobile et la manipulation des malades.
Mais aussi d’autres facteurs interviennent : hygiène de vie, poids, maladies…

La flexion est le facteur majeur dans l'usure du disque .Plus le degré de flexion est important, plus les contraintes discales augmentent.

Le coût des arrêts de travail, des invalidités sont importants.

C’est  pourquoi, des campagnes de prévention de santé publique sont nécessaires.

 

 

Mal au dos, lombalgie


 

C’est la douleur du dos au niveau des lombaires ou lombalgie.

Il n'y a pas d'irradiation aux fesses.

 

On parle aussi de « tour de rein » mais les reins ne sont pas concernés même s’ils sont au même niveau, un peu plus en avant.

 

70% d’entre nous aura un jour mal au dos, avec parfois une invalidité et la nécessité de changer de travail.

C’est banal et la  durée de la douleur est inférieure à 7 jours.

La lombalgie  guérit spontanément.

 

 

Lumbago


 

C'est une lombalgie mais d'apparition brutale.

 

La douleur survient de façon brutale à l'occasion d'un effort ou d’un faux mouvement avec un blocage musculaire réflexe.

On ressent  parfois un craquement.

La  douleur est d’intensité variable, souvent forte avec impossibilité de bouger, le dos bloqué. 

On parle de "tour de rein", mais ça n'a rien à voir avec l'appareil urinaire ( mais les reins sont juste devant le rachis)

Il correspond à une hernie discale débutante (voir plus bas)

 

 

Lombalgie chronique


 

Elle est continue et dure plus de 3 mois.

 

C'est une douleur plus ou moins présente du dos, majorée par l'effort, la fatigue… maximum au réveil avant le « dérouillage » et en fin de journée par la fatigue.

 

C'est de l'arthrose, usure du rachis.

 

Hernie discale


 

Une lombalgie peut être due à une hernie discale.

Ce nom évoque plus la cause de la douleur qu’un signe.

C’est le noyau au centre du disque qui fait hernie vers l’arrière.

Cela peut comprimer une racine nerveuse et déclencher une douleur dans le territoire innervé.

 

 

Sciatique


 

La hernie discale touche le nerf sciatique et la douleur est ressentie sur toute la trajectoire de ce nerf dans le membre inférieur.

Elle commence parfois par une lombalgie pendant quelques jours puis la crise se déclenche avec une douleur vive, augmentée par les efforts, la toux, l'éternuement, la défécation.

Cette douleur irradie sur la face externe de la cuisse et de la jambe, croise le dos du pied et gagne le gros orteil.

Elle est très intense et nécessite un traitement antalgique puissant.

Exceptionnellement il y a paralysie des membres inférieurs voire une incontinence anale. C'est alors une urgence.

 

 

 

Traitement


 

Dans 90% des cas, la guérison est spontanée en quelques jours.

 

Repos

Elle est évidente en période d'hyper algie.

La position allongée, relâchera les muscles, très souvent en cause, et dont la contracture permanente entretien la douleur. Elle libérera les articulations intervertébrales des charges d'écrasement, et détendra les ligaments sous tension excessive.

 

Reprise d'activité

Mais si le repos calme une douleur à court terme, il l'aggravera toujours à long terme, surtout si l'inactivité s'installe.

Il convient de reprendre son activité rapidement dès que la douleur est supportable en respectant les règles d'ergonomie vertébrale.

 

Médicaments

- Antalgiques

diminuent la douleur. Ils sont à base de paracétamol associé ou non à la codéine.

- Anti-inflammatoires

 réduisent  l'inflammation qui est la réponse normale à une agression des tissus.

- Décontractants dits myorelaxants

 assouplissent la contraction musculaire réflexe et involontaire et qui immobilise et rigidifie la zone vertébrale en conflit.

- Infiltration

Elle consiste à injecter un produit aux effets anti inflammatoires, au centre de la zone douloureuse.

- Kinésithérapie

Bien conduite, elle est toujours un plus, quels que soient les traitements mis en place. Elle est essentielle pour une complète récupération et éviter les récidives.

La prise en charge peut se faire dès la phase aiguë, jusqu'à complète récupération fonctionnelle.

- Massages

ont une action sur la contracture musculaire.

Ils libèrent et permettent les mouvements.

-Physiothérapie

Le courant électrique, la chaleur, les vibrations sont un complément utile.

- Immobilisation

Il s’agit d’un lombostat, corset et minerve. Ces contentions obligent à un repos articulaire et musculaire, localisé au segment atteint.

Il ne faut pas les garder longtemps.

Elles semblent peu efficaces en prévention.

- Chirurgie

 Elle doit rester exceptionnelle.

En aucun cas elle ne traite le lumbago, mais uniquement les complications.

Une sciatique paralysante est une urgence chirurgicale.

 

Vidéos

Le disque

 

 

Notes

Le repos n'est que provisoire