precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Risques collectifs

nrbc-humourUrgences potentielles, AFGSU

NRBC sont les initiales des risques nucléaire, radiologique, biologique ou chimique.

Les attentats du 11 septembre 2001 n'ont fait que renforcer cette sensibilisation aux risque NRBC.
Fukushima et la destruction d'une centrale nucléaire confirme la nécessité d'avoir des plans de secours adaptés.

Objectifs : Savoir se proteger et connaître son rôle dans la chaîne de secours


Accident Nucléaire

Dans un tel cas, un pourcentage important de blessés pourrait être contaminé, posant des problèmes de prises en charge spécifique par les équipes de secours.
Les pouvoirs publics doivent alors faire face à une émission de radioactivité menaçante pour la population environnante.

Circonstances

japon-securite-civilefukushimaActe malveillant ou terroriste

Un tel acte , heureusement n'a jamais eu lieu

Accident d'une centrale nucléaire

3 catastrophes majeures sont dans les mémoires :

Radioactivité

Le Nucléaire ou « N »
La racine latine du mot nucléaire est « nucleus », le noyau. Le terme « nucléaire » fait donc référence au noyau d'un atome. Ainsi est « nucléaire » tout ce qui implique un noyau d'atome et sa transformation dans une réaction nucléaire en un autre noyau.
Une bombe atomique est en fait une bombe nucléaire mettant en jeu une réaction nucléaire en chaîne de fission de noyaux d'uranium ou de plutonium, ou bien une réaction de fusion de noyaux légers (hydrogène, tritium).
Une centrale nucléaire productrice d'électricité est bien nucléaire car elle utilise une réaction nucléaire en chaîne contrôlée pour produire de la chaleur sans qu'il y ait le phénomène explosif de la bombe.

La médecine nucléaire fait référence à une spécialité d'imagerie médicale diagnostique utilisant des molécules marquées par un élément à noyau radioactif (isotope). Ces molécules administrées à un patient, vont se fixer de sur un tissu, puis elles sont comptées par un appareil (la scintigraphie). Citons la scintigraphie osseuse, myocardique, thyroidienne...

Effets sur l'organisme

Action rapide par irradiation massive

apocalypseDès que la quantité de rayonnements absorbée dépasse, selon le type de tissu exposé, un certain niveau de dose, certaines cellules de l'organisme meurent. Les effets sont d'autant plus importants que la dose de rayonnements reçus par le tissu est maximum.
Ces lésions apparaissent selon l'intensité rapidement ou secondairement.

L'exposition doit être massive comme des employés d'une centrale nucléaire exposés à un accident majeure.
Elle est comparée à une brûlure grave.
Elle peut être mortelle.

Action plus lente selon la dose d'irradiation

C'est celle des populations civiles exposés à un nuage irradié.

Action lente et imprévisible

Quelque soit la dose et au hasard, une exposition même minime peut entraîner des anomalies du noyau de cellules avec risque d'apparition secondairement de cancers.

Lésions

On peut observer 3 types d'atteintes en fonction de la position de la source radioactive par rapport à la victime.
Cette distinction est importante car les conséquences diffèrent pour la victime mais également pour l'entourage.

L'irradiation externe

lorsque le sujet est soumis aux rayonnements émis par une source extérieure à l'organisme.
Cette irradiation cesse dès que le sujet est soustrait à la source.
L'irradiation peut être « globale » avec des symptômes dépendant de l'intensité de l'irradiation ou « externe localisée » avec des lésions cutanées à type de brûlures.
Il n'existe pas de traitement d'urgence spécifique, on traite les signes.
L'entourage ne court aucun risque (à condition d'être en dehors de la zone irradiée) à partir du moment où la victime est soustraite à la source.

Comprendre

  • Il faut savoir qu'on ne risque pas plus de s'irradier en touchant un irradié que de se brûler en touchant un brûlé.
  • Il n'y a donc pas de mesures particulières de protection à prendre devant un irradié pur.
  • Il peut être accueilli, initialement, directement dans une structure de soins.
  • Un irradié peut s'aggraver à moyen terme

La contamination interne

La source pénètre dans l'organisme par voie respiratoire, digestive (eau et aliments contaminés) ou cutanée (par une plaie).

La contamination étant interne, il n'y a pas de risque de transfert et le risque d'irradiation pour l'entourage est négligeable. Il n'y a donc pas de mesures particulières de protection à prendre devant un contaminé interne. Il peut être accueilli, initialement, dans un service hospitalier « classique ».


▽△ Savoir + : Iode et cancer de la thyroide ▽△

 

Le nuage radioactif dégage de l'iode radioactif qui inhalé va se fixer sur la glande thyroide. Il ya risque de développement secondaire d'un cancer.
Il faut donc, en prévention, prendre rapidement des pastilles d'iode qui vont saturer la glande.
En 2014, on recommande cette ingestion pour toute personne située à moins de 20 kms, mais peut être porté selon les circonstances (comme la météo) jusqu'à 100 kms.


La contamination externe

Lorsque des particules radioactives sont disséminées sur les vêtements ou les téguments.
Le diagnostic est immédiat si l'on dispose d'appareils de détection.
C'est pourquoi il faut décontaminer.

Prévention

Irradiation externe

Il faut s'éloigner le plus loin possible de la source radioactive.

L'ambulancier ne doit pas s'approcher de la zone contaminée.

Contamination externe et interne

Air

Ne pas respirer l'air contaminé en s'éloignant de la zone où le nuage irradié risque de passer.
En cas d'impossibilité il faut rester chez soi en fermant porte et fenêtres et en bouchant les aérations.

Attention

  • Aucun masque même FFP2 ne filtre assez donc INUTILE
  • S'éloigner de la zone radioactive (attention au sens du vent)
nrbcAliments

Ne pas boire d'eau, ni aliments contaminés (attention à la pluie radioactive à distance).

Prise en charge d'une personne irradié

L'irradiation est confirmée par les appareils de mesure.
La zone est protégée.
L'ambulancier n'entrera pas dans la zone contaminée et il ne faut pas faire d'évacuation sauvage vers l'hôpital le plus proche.
L'hôpital doit rester propre et n'accueillera que des exposés décontaminés.
Hélas il y aura toujours des admissions directes obligeant l'établissement à mettre en place aussi un circuit de décontamination.

deshabillagePremier transport

L'irradié est habillé avec une tenue protectrice et porteur d'un masque respiratoire.
S'il n'est pas valide, il est installé sur un brancard avec un vinyl.
Si une ambulance est employée pour le transport vers la zone de décontamination, elle restera dans cette zone et ne sera pas employée pour le transport vers l'hôpital.

Tenue de protection

Les sauveteurs chargés de la décontamination porte une tenue légère de décontamination (TLD) en matière plastique ne permettant pas d'échange d'air entre la peau et l'extérieur.
Elle est très inconfortable avec risque de coup de chaleur.

La tenue de protection à port permanent (T3P) est utilisé par le personnel travaillant près de la source radioactive.
Elle est composée de plusieurs couches dont du charbon actif. La respiration se fait par masque filtrant.

nrbc-TLD

Tenue TLD

tenue-t3p

Tenue T3P

 

Décontamination de la vicitime

nrbc-deshabillageLe traitement consiste en un déshabillage des victimes et une douche.
90% de la contamination disparaît grâce au déshabillage.
On explique la procédure puis les effets personnels sont collectés dans un sac transparent.
Le déshabillage se fait du superficiel au plus profond et commence par le bas du vêtement
Le découpage s'avère souvent nécessaire pour ne pas contaminer les voies aériennes
Les vêtements sont repliés sur eux-mêmes, de l'intérieur vers l'extérieur, le long de la victime.
Tous les vêtements sont placés dans un sac transparent étanche et identifié
Puis une douche décontaminante est nécessaire.
Attention aux barbes et cheveux qui seront lavés abondamment.
fukushima 4Avec shampoing et savonnage pendant trois minutes puis rinçage
Sécher par tamponnement, précède l'habillage.
Le principe de marche en avant est appliqué.
La progression se fait de la zone de risque important vers la zone de risque nul, au fur et à mesure des manœuvres de décontamination.

En résumé les victimes ne peuvent bénéficier d'un accueil hospitalier qu'après avoir été décontaminées.

 

   

fuskusima1    fuskusima2  fuskusima 3   

Note

  • Ne pas toucher des vêtements contaminés
  • Il faut savoir qu'on ne risque pas plus de s'irradier en touchant un irradié que de se brûler en touchant un brûlé.
  • On se protège parce qu'on est en zone irradiée, pas contre la victime !

 

Accident radiologique

Circonstances

Acte malveillant ou terroriste

radioactivitéUn tel acte , heureusement n'a jamais eu lieu.

Avec la montée du terrorisme, on a rajouté le terme « radiologique » qui désigne la dissémination de produits radioactifs contaminants, par exemple par une « bombe sale », qui est différent d'une explosion nucléaire.

Radioactivité

Le Radiologique ou « R »
La racine latine du mot radiologique est « radius », rayon. Le terme « radiologique » englobe donc tous les rayonnements, quelle que soit leur origine (comme les rayons X).

La conduite à tenir est la même que pour les accidents nucléaires.

 

Accident biologique

C'est la diffusion par aérosols, contamination des réseaux d'eau ou de la chaîne alimentaire, par infections d'animaux ou d'insectes ou par transmission interhumaine de bactéries, virus toxine issue d'un organisme vivant.

Citons le botulisme, le charbon, la peste, la variole, la toxine diphtérique…

Prévention

C'est la détection de colis ou d'enveloppe « suspects ». Il ne faut pas ouvrir ! ne plus la manipuler, le recouvrir avec précaution, fermer les ouvertures de la pièce afin d'éviter tout courant d'air, arrêter les systèmes de climatisation et de ventilation, puis prévenir le pompiers.

Les personnes qui ont eu un contact cutané avec la poudre doivent impérativement se laver les mains (ou toute autre partie du corps concernée, visage et cheveux notamment) très soigneusement avec du savon.

 

Accident chimique

nrbc-humour 2Ce sont des toxiques industriels ou armes de guerre. Ces toxiques peuvent être à l'origine d'une pollution atmosphérique, d'une contamination des eaux superficielles ou souterraines, dont le danger est souvent d'expression immédiate (intoxication aiguë). Une catastrophe chimique entraîne généralement un grand nombre de victimes. Les sauveteurs sont eux mêmes soumis au risque d'intoxication et de transfert de contamination et de ce fait, doivent se protéger sans que soit retardés les soins d'urgence.

kurde-HlabjaContrairement aux agents fabriqués à partir d'organismes vivants, les armes chimiques sont relativement simples à produire et surtout à entreposer (elles sont beaucoup moins fragiles). Cependant, produire les grandes quantités nécessaires à un attentat d'envergure n'est pas une mince affaire ; c'est une entreprise hors de portée de bien des regroupements terroristes.

L'arme chimique « moderne », de masse, est apparue sur les champs de bataille pendant la Première Guerre mondiale, à Ypres, en Belgique. D'où le nom du premier gaz de combat, l'ypérite (gaz moutarde).
En 1988 a eu lieu un génocide Kurde à Halbja (Irak).

En 1995, l'attentat au gaz sarin dans le métro de Tokyo, fait 12 morts et plus de 5500 blessés.
Il peut s'agit aussi d'accidents industriels. Le plus grave à Bhopal (Inde) en 1984.
en 2001, l'explosion de l'usine AZF à Toulouse a engendré des lésions mécaniques et heureusement pas chimique.

Tokyo-Sarin

Métro de Tokyo

asf-explosion

AZF, Toulouse

 

Particularités

L'utilisation, lors d'un attentat, des agents chimiques décrits se caractériserait par un risque d'atteinte de masse. Une population de plusieurs centaines, voire de plusieurs milliers de victimes, pourrait être atteinte.
Nous serions alors dans une situation de médecine de catastrophe avec un risque de dépassement, face au nombre de victimes, à la fois des moyens engagés sur le site et des capacités de prise en charge hospitalière de proximité.
L'identification rapide sera difficile. Enfin et surtout, certains produits qui ont une forte toxicité, une possibilité de passage transcutané et une forte persistance, présentent un risque important de contamination, en l'absence d'un dispositif de protection efficace.
Il existe donc une possibilité de transfert de contamination de tous les acteurs engagés, depuis les sapeurs-pompiers/policiers/SAMU sur le site, jusqu'aux établissements hospitaliers eux-mêmes. Il en résulterait une désorganisation complète de toute la chaîne des secours.
Attention à la possibilité de double attentat survenant au moment où les sauveteurs sont présents ou en plusieurs lieux de la ville désorganisant complétement les secours.

Bilan

Les signes sont très variables selon le produit, de la simple irritation des yeux ou de la peau aux troubles digestifs majeurs et surtout risque de paralysie respiratoire, convulsion et arrêt cardiaque…
Il ne faut pas oublier en cas d'explosions, les risques traumatiques.

Gestes

Le plan Piratox est déclenché. (Voir module 8) et le plan blanc à l'hôpital.

nrbc-protection1gants butylesPour se protéger, il faut porter des masques munis de cartouches filtrantes, porter des tenues en caoutchouc et des gants en butyle plutôt quand latex.

Les victimes sont traitées au poste médical avancé après décontamination, selon la chaîne classique du plan rouge.

Toutefois, il faut prévoir l'arrivée massive et spontanée de victimes contaminées à l'hôpital, qui arriveraient par leurs propres moyens. Les plans blancs hospitaliers sont les dispositifs organisant la mobilisation des moyens internes par l'application des procédures adéquates préalablement connues des acteurs concernés.

Risque infectieux

Toutes les informations sanitaires sont disponibles sur le site du Ministère de la Santé et 0 825 302 302 ou sur le site de l'institut de veille sanitaire (INVS)

Epidémie
C’est la propagation rapide d'une maladie infectieuse transmissible dans une région définie durant un temps limité. Ex : la peste.
Endémie
C'est la présence habituelle d’une maladie dans une région déterminée, soit de façon constante, soit à des époques particulières pendant différentes périodes. Ex : le paludisme.
Pandémie
Elle est définie comme une forte augmentation en peu de temps et sur un grand territoire, d'une infection souvent d'origine virale.
Elle fait suite à la circulation d'un nouveau microbe de composition nouvelle ou une variante contre lequel l'immunité de la population est faible ou nulle et encore moins vaccinée. Les virus changent de forme. On dit qu'ils mutent. D'une forme sans gravité, on peut obtenir une forme mortelle, résistante, qui touche l'homme alors qu'avant elle ne touchait que les animaux….Cette pandémie entraîne un nombre de cas important et une mortalité élevée.
Avec l'accroissement des transports aériens, la diffusion est rapide et souvent mondiale.

Quelques exemples

Virus du Sida

Pus de 30 millions de morts depuis son identification en 1983.

Virus Ebola

Une épidémie sévère a débuté en 2014 en Afrique notamment au Siera Léone.
Le virus se transmettant par contact direct avec les fluides corporelles (le sang, l'urine, les vomissements),
Il est très contagieux.
Pour un rapatriement sanitaire,le patient est isolé avec un dispositif portable baptisé «Aeromedical Biological Containment System» (ABCS). Il s'agit d'une tente en plastique étanche, équipé d'un système de ventilation, sous laquelle le patient est allongé sur une civière.
Pour se protéger, le personnel doit porter des combinaisons protectrices, des masques, des charlottes et des bottes. Ils peuvent communiquer avec le malade via un système radio.
Un patient valide est équipé d'une combinaison protectrice. Les accompagnants sont protégés par une tenue complète : masque, lunettes de protection, combinaison à capuche étanche.
A l'hôpital le patient est installé dans une chambre d'isolement.
La peau, les cheveux, les ongles et les muqueuses étant les organes risquant le plus d'être contaminés, le personnel médical doit impérativement être équipé de charlottes, de masques, de lunettes de protection, double paire de gants à usage unique, et d'une casaque couvrant tout le corps.
Le matériel utilisé est placé dans des sacs destinés à être incinérés.

▷ Savoir + : OMS

▷ Savoir + : Wikipedia

Grippe

La pandémie la plus connue est la grippe classique, bénigne actuellement. Mais des formes mortelles peuvent toujours survenir.
A tout moment le virus peut muter et se développer sur le plan mondial.
Le virus peut se transmettre d'homme à homme (Transmission interhumaine).
Il se propage alors de la même manière que celle d'une grippe saisonnière:

Pour plus de détails : Site du Ministère

Grippe aviaire HSN1

transmis d'animal à animal surtout des volailles principalement en Asie.Elle est détectée la première fois à Hong Kong en 1997. Elle a fait des cetianes de morts

Grippe A (H1N1)

En 2009 et 2010, est apparue une nouvelle menace mondiale: la grippe A en provenance du Mexique. Elle s'es développée à grande vitesse et afit probablement 150 000 morts.
En 2011 le virus H1N1 a encore changé de forme.

SRAS

ou Syndrome Respiratoire Aigu Sévère). Son point de départ en 2002 se situe en Chine.

Prévention

Lors d'une pandémie, les soignants seront amenés à prendre en charge plusieurs millions de malades en un temps court (vague pandémique estimée à 12 semaines) dans des conditions difficiles.

Pour limiter les risques de transmission, l'INPES (Institut national de prévention et d'éducation de la santé) recommande:

Attention

Les masques FTP sont difficile à supporter et efficace que 4 heures.

En présence d'un suspect

La personne présente un syndrome respiratoire aigu : fièvre et toux et/ou dyspnée et a eu dans les 7 jours précédant le début des signes un contact prolongé, ou répété, ou rapproché à moins d'un mètre avec des volatiles (vivants ou morts, ou leurs fientes) ou un contact avec un cas humain confirmé de grippe H5N1.
La personne vient d'une zone infecteé.

Tous les appels concernant des cas suspects de grippe sont centralisés par le centre 15 qui, en fonction des signes cliniques et de l'exposition du patient, examine si ce dernier répond à la définition de cas possibles, avec l'aide de l'Institut de veille sanitaire (INVS) si nécessaire.

Si le centre 15 retient le diagnostic de cas possible, il faut utiliser le matériel de protection requis :


▷ Je me lave les mains pdf

▷ Je porte un masque pdf

▷ Je limite les risques d'infection pdf

▷ Prévention de la grippe

Résumé

Points clefs

  • Quelque soit le type d'accident, l'ambulancier restera en dehors de la zone contaminée
  • Il s'abstiendra d'effectuer un transport immédiat "sauvage" vers l'hôpital le plus proche
  • Un irradié n'est pas contagieux, mais être en zone contaminé oui
  • Lors d'un attentat, attention au risque d'une explosion secondaire
  • Pandémie = épidémie de grande ampleur

Répertoire

  • Recopier et définir les mots suivants :
    • radioactivité, contamination/décontamination
    • tenue TLD /T3P
    • Pandémie, masque FTP

Compétences à acquérir

  • Utiliser des tenues de protection

Objectifs

  • Savoir se protéger et connaître son rôle dans la chaîne de secours

 


△ Retour début page Suite hygiène ▷
◁ Retour vers menu cours AFGSU Direct vers Accueil ▷
◁ Retour vers menu cours DEA  

Menu | Cours AFGSU | Aux | DEA | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim