francais

épreuve français

Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches

Maladies mentales

Fiche culture générale

Elle est destinée principalement à la préparation de l'épreuve écrite d'admission aux écoles paramédicales dont le DEA ambulancier.
Faites vous même votre propre résumé sous forme de fiche.

Définition

En théorie on distingue les névroses et les psychoses.
La névrose n'altère pas la personnalité et surtout la personne est consciente de son état.
Dans la psychose, la personne n'est pas consciente de son délire et n'est plus en phase avec le réel.

Il s'agit le plus souvent de personnes jeunes principalement des hommes (l'alcool favorisant) mais aussi des personnes âgées (mais plutôt démence que vrai maladie psychiatrique).

Soins psychiatriques

Les placements en hôpital psychiatrique sont réglementés par la loi du 5 Juillet 2011 (modifiée Juillet 2013)
Les psychiatres privilégient les soins en secteur ouvert dit hospitalisation libre.
Si nécessaire, l'hospitalisation ou les soins sont faits à la demande d'un tiers ou à défaut en urgence par le directeur.
Pour les cas les plus graves, c'est l'autorité de l'état (préfet) qui confirme la demande au vue d'un certificat médical d'un psychiatre.
Quel que soit le type d'hospitalisation, des contrôles permettent d'éviter une hospitalisation abusive.

Sectorisation psychiatrique

La lutte contre les maladies mentales comporte des actions de prévention, de diagnostic, de soins, de réadaptation et de réinsertion sociale.
Dans chaque département sont constitués des secteurs psychiatriques comportant des services dans des hôpitaux, des dispensaires…

Ce secteur s'occupe des malades hospitalisés mais aussi en ville.
Au XIX e siècle, les "fous" étaient enfermés.
Grâce au progrès de la médecine et des médicaments, de plus en plus de malades mentaux peuvent avoir une vie normale à domicile à condition d'être bien suivi par l'équipe psychiatrique: médecin, psychologue…

Structures psychiatriques

C'est le Préfet qui donne l'habilitation à ces établissements.
Un règlement intérieur est établi. L'établissement reçoit la visite inopinée 1 fois par semestre de la commission.
Un registre est tenu sur lequel sont transcrits dans les 24 h, l'identité des personnes hospitalisés ainsi que les certificats légaux et la durée de l'hospitalisation.
En urgence la personne est hospitalisée en :
- Hôpital général
La plupart des services d'urgence ont un médecin psychiatre de garde 24 h sur 24. D'ailleurs c'est obligatoire pour être S.A.U. (Service d'Aide d'Urgence).
On peut ainsi réaliser un bilan complet afin d'éliminer une maladie non psychiatrique (dite "somatique")
- Hôpital psychiatrique
L'admission directe en hôpital psychiatrique est possible. Le lieu d'admission varie selon le domicile du malade (sectorisation).
- Clinique psychiatrique

Les Placements en structure psychiatrique

En 1988, il y avait près de 20 000 personnes présentes, un jour donné, en placement contraignant, soit 26 % des malades présents hospitalisés en psychiatrie.
La loi du 30 Juin 1838 a fait son temps. Elle était devenue désuète ou inadaptée. Celle qui lui succède date du 27 juin 1990 relative au droit et à la protection des personnes hospitalisées en raison de troubles mentaux et à leurs conditions d'hospitalisation. Une nouvelle version de la loi est sortie le 5 Juillet 2011.(Loi n°2011-803).
La grande nouveauté de cette loi est la rencontre systématique de toute personne hospitalisée sans son consentement par le juge des libertés et de la détention (J.L.D.) à 15 jours puis à 6 mois .
Pour les placements ce n'est plus l'hospitalisation qui est obligatoire mais les soins (d'où possibilité en ambulatoire).

Maintenant la loi affiche comme principe l'hospitalisation libre, le malade gardant tout ses droits, les placements d'office deviennent l'exception.

La loi nouvelle poursuit quatre objectifs:
- établir les droits des malades hospitalisés librement
- garantir les droits des personnes hospitalisées sans leur consentement
- instaurer un contrôle à postériori efficace des conditions d'hospitalisation en psychiatrie
- favoriser la réadaptation, la guérison ou la réinsertion sociale des malades hospitalisés sans leur consentement.

Protection des personnes

Les droits

Lors d'une hospitalisation sous contrainte, le patient a droit de communiquer avec les autorités, Préfet, Procureur de la République, Maire, Juge et a la possibilité de saisir la commission départementale des hospitalisations psychiatriques. Il peut prendre conseil d'un médecin ou d'un avocat, émettre ou recevoir du courrier, consulter le règlement intérieur, exercer son droit de vote et se livrer à des activités religieuses ou philosophiques.
Rappelons qu'une personne ne peut sans son consentement, ou le cas échéant, sans celui de son représentant légal, être hospitalisée ou maintenue en hospitalisation dans un établissement accueillant des malades mentaux hormis les cas prévus par la Loi (HDT, HO).
Toute personne hospitalisée ou sa famille dispose du droit de s'adresser au praticien ou à l'équipe de santé mentale, publique ou privée tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du secteur psychiatrique correspondant à son lieu de résidence.
En HDT ou HO, les restrictions aux libertés individuelles doivent être limitées à celles nécessitées par son état de santé et la mise en œuvre de son traitement.
En toutes circonstances, la dignité de la personne hospitalisée doit être respectée et sa réinsertion recherchée.
Elle doit être informée dès l'admission et par la suite à sa demande, de sa situation juridique et de ses droits.

Réinsertion sociale

La loi prévoit des sorties d'essai (amélioré par loi Juillet 2013). A sa sortie, il conserve la totalité de ses droits et devoirs de citoyens y compris son domicile.

 

Savoir +

Vous pouvez déja jeter un oeil sur le cours du DEA ambulancier

Votre texte de l'info bul

 


△ Retour début page  
◁ Retour épreuve de français  

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim