precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Prise en charge patient

Manutention, auxilliaire ambulancier

Communiquer par la parole, le regard, les mains est important pour établir un climat de confiance et de confort pendant le transport.
Le patient a des besoins : respirer, boire, éliminer, se vêtir, être propre...

Une personne âgée mais aussi un patient fatigué a besoin d'une aide à la marche. Le principe est d'éviter la chute et ne pas faire mal. La personne peut s'aider de matériel : déambulateur, cannes anglaises (appui sur l'avant bras et la main) ou axillaire (appui creux axillaire).

Le transfert du lit au brancard se fera à hauteur du lit, aidé d'un plateau (plutôt que de faire glisser avec le drap). On évitera pour des raisons de propreté de prendre le drap du dessous ainsi qu'une couche dépliée. La perfusion suivra en hauteur sans être clampée. La poche urinaire sera détachée et la sonde clampée pendant le transfert.

Le rehaussement consiste à remettre en bonne position une personne dans un fauteuil. L'appui se fera par derrière ou sur le côté (à 2) en passant sous les aisselles.

Objectifs : Les gestes et postures sont adaptés à l'état de santé de la personne


Les bésoins

Communiquer

communiquerCe dialogue ne se résume pas à un seul bonjour. Il faut instaurer un climat de confiance.
La première prise de contact ne doit pas être un bilan technique froid qui consiste à faire uniquement une check-list : pouls, tension…
On observera le comportement du sujet et surtout notera ce qu'il exprime :
- ses craintes,
- ses angoisses,
- ses douleurs

Connaître les besoins du malade

Les soignants ont appris à organiser leur travail et la hiérarchie des soins en fonction des grands besoins fondamentaux du malade comme respirer, boire, manger, éliminer, se mouvoir...
Il faut répondre pendant le transport à ces besoins.


▽△ Détail des besoins d'un patient

 

Besoin de respirer

Il sera installé demi assis (sauf contre indications), vêtéments lâches.
Souvent angoissé, il faudra le faire respirer avec calme
Sous prescription médicale, un apport en oxygène sera parfois nécessaire, mais le masque peut être mal ressenti.

Besoin de boire et manger

Sauf urgence et intervention chirurgicale dans les 6 heures, le patient peut boire pendant le transport surtout si le trajet est long.
Cela évitera la déshydratation.
(Savoir +: La règle des 6 heures pour l'eau est réduite par beaucoup d'anesthésistes à 2 heures, voire moins).
Certains ont le mal des transports avec risque de vomissements (prévoir sac ou "haricot").

Besoin d'éliminer

Voir plus bas

Besoin de se mouvoir

Si le transport secondaire est long, il faut prévoir des arrêts.
Il faut changer le patient toujours alité de côté pour prévenir les escarres.

Besoin de se vêtir

Le patient doit être correctement vêtu pour respecter sa pudeur.
Il ne faut pas voir un patient debout accompagné avec une blouse ouverte dans le dos et une sonde urinaire qui pend !

Besoin de maintenir sa température

couverture survieLe patient a souvent froid et l'ambulancier chaud. Il faut donc respecter les souhaits du malade avec des vêtements adaptés et une cellule sanitaire correctement chauffé.
En période de canicule, le véhicule sera stationné à l'ombre et la climatisation employée.
Le frisson est même dangereux chez le cardiaque car il fait consommer beaucoup d'oxygène et fait travailler très fort le cœur.
Pour le confort du malade,on peut aussi le réchauffer à l'aide d'une couverture mais attention à l'hygiène d'où la préférence d'emploi d'une couverture isolante thermique à usage unique.

Besoin de dormir et de se reposer

Il faut réduire la lumière de la cellule sanitaire.
Sauf surveillance du niveau de vigilance (traumatisme crânien ou détresse en cours) un patient a parfaitement le droit de s'assoupir

Besoin de se récréer, se divertir

Pour les longs trajets, on oubliera pas magazines, jouets, lecteur mp3, voire tablette ou si l'autoradio est ouvert, lui demander son choix.
Certains malades aiment bien discuter, d'autres veulent être tranquilles.

Besoin d'être propre

Vomissements et souillures seront immédiatement nettoyés

Besoin de sécurité

On préviendra les chutes et la conduite sera prudente

Besoin de communiquer

Il faut expliquer au patient toutes les manoeuvres d'installation, puis le trajet et sa durée et où on l'emmène.
Mais attention aux questions pièges sur sa maladie en cours (pas de lecture du dossier médical). Souvent la personne prêche le faux pour savoir le vrai ou pose la même question à plusieurs personnes pour voir les contradictions ou pour attendre la réponse qu'il lui ferait plaisir.

Besoin d'agir selon ses croyances et ses valeurs

On respectera ses croyances, jugements.
Ses habitudes alimentaires seront prises en compte : repas sans porc, végétarien, jeune...
Les temps de prière peuvent nécessiter un arrêt du transport.

 


Elimination

Il arrive que le malade ait besoin d'uriner ou d'aller à la selle pendant le transport. Le véhicule sera si possible arrêter.
Le matériel est rassemblé: pistolet pour uriner chez l'homme ou bassin.
La couche est souvent une solution de faciliter.
En cas de fuites, les draps seront changés.
Le malade porteur d'une sonde urinaire exprime le besoin d'avoir envie. Il faut lui expliquer qu'il a une sonde et que c'est normal. La sonde et la poche seront cachées

Bassin

bassin- se laver les mains
- mettre des gants non stériles à usage unique
- demander au patient de soulever les fesses puis glisser la partie basse du bassin entre les jambes vers le dos
- sinon positionner la personne sur le côté et installer la partie plate du bassin au niveau du dos et remettre à plat
- vérifier le bon emplacement par rapport à l'orifice urinaire et anal.
- essuyer le périnée s'il est dans l'incapacité de le faire
- retirer le bassin par la poignée
- le recouvrir et le placer en dehors des zones de propreté (plan de travail...)

Urinal

urinal- pour l'homme lui présenter
- ou l'installer en bonne position
- ne pas le renverser après

Couches

couche- ne jamais laisser une couche pleine ou humide
- ne pas mettre une couche plus facile que le bassin ou l'urinal pour un long trajet
- utiliser la bonne taille
- positionner la personne sur le côté
- en profiter pour les soins de propreté et frotter les fesses (prévention escarre)
- déplier la couche et bien la positionner (partie haute au niveau des lombaires)
- remettre en décubitus dorsal
- déplier les côtés et fixer les autocollants

Changement de draps

Si le brancard est souillé, on doit changer les draps sans attendre la fin d'un long transport.
C'est la garantie d'éviter les escarres et surtout d'assurer confort et respect du patient.


▽△ Technique du demi retournement

 

- stopper l'ambulance
- se laver les mains
- mettre des gants non stériles à usage unique
- préparer un drap propre ou un non tissé à usage unique
- respecter le patient : pudeur
- lui expliquer pourquoi on doit le faire et si possible demander sa participation
- mettre la personne sur le côté en le prenant par l'épaule et le bassin
- si besoin nettoyer le périnée et frotter les fesses
- l'aide enroule le drap vers le dos du patient dans le sens de la longueur
- puis placer le drap propre dans le sens de la longueur et le dérouler
- replacer la personne à plat puis le pivoter de l'autre côté
- le drap sale est enlevé en le pliant vers l'intérieur et le mettre dans un grand sac papier à déchet, le tout dans un sac à linge
- déplier le drap propre et reposer le patient
- border le drap sous le matelas
- le réinstaller en position de confort, au besoin le rehausser

▷ Voir vidéo (école de sage femmes)


Aide à la marche

La marche peut devenir difficile, due à l'arthrose, à la perte de l'équilibre. La motilité est réduite, avec diminution du geste, des réflexes, et faiblesse musculaire.

Principes

2 objectifs majeurs :

Il faut se renseigner sur les possibilités du malade et sur ses capacités de déplacement.
On doit assurer le soutien et le maintien du malade pour éviter sa chute, en se maintenant en permanence au contact du malade et en le soutenant.
Il faut préparer le terrain : dégager les obstacles, tapis.
Le malade a besoin d'être rassuré.
Il ne faut passer à l'excès inverse : IMPOSER au patient un allongement sur un brancard (sous le pretexte de facturer une ambulance plutôt qu'un VSL)

Matériel

On peut s'aider d'un fauteuil roulant, d'un déambulateur, de cannes.


▽△ Les différents appareils d'aide

 

Fauteuil roulant

Il permet de déplacer en position assise un malade qui ne peut marcher. L'ambulancier doit faciliter son utilisation même si la personne a une autonomie.
Certains hôpitaux mettent à disposition des fauteuils pour se rendre aux consultations par exemple.
deambulateurUn handicapé moteur est parfois en possession d'un fauteuil électrique avec des accessoires. Cela nécessite un moyen de transport adapté.

Déambulateur

Il s'agit d'un appareil de protection et d'appui qui permet au malade de marcher en toute sécurité.
Appliquer au sol le patient doit avoir les bras tendus et faire porter son poids sur eux.
S'il ne peut pas étendre les bras, c'est que le déambulateur est trop haut, s'il doit se pencher en avant, c'est qu'il est trop bas.
Il doit pouvoir être levé du sol quand la personne le soulève au début, en le reposant au sol le sujet doit avoir les bras tendus et faire porter son poids sur eux.
Il doit avancer une jambe, redresser le dos et amener son autre jambe à côté de la première.
Il ne faut jamais laisser une personne handicapée seule utiliser un déambulateur pour se relever, celui-ci pourrait basculer et le faire tomber.

cannesCannes axillaires

Ce sont 2 tiges avec un appui pour les mains, avec au-dessus un reposoir pour les avant-bras.
Elles ont comme avantages, un bon équilibre et une sécurité d'appui, mais les inconvénients sont leurs encombrements et sont peu esthétiques.

Cannes anglaises

cannescannesElles reportent l'appui d'une partie du poids du corps, sur les mains et l'avant bras.
L'avantage est la légèreté, peu encombrante, mais moins stable que les cannes axillaires.
Debout, la poignée doit être à la hauteur de la hanche, coude fléchi à 30 °.
L'utilisation nécessite un bon équilibre et un contrôle du coude.
La marche en 2 temps permet la déambulation en reportant sur les cannes l'appui du membre inférieur blessé.
Au départ les 2 pieds sont côte à côte, une canne de chaque côté des orteils, on passe les 2 cannes et le membre inférieur attend en avant, on ramène le membre inférieur sain à coté du membre atteint. La longueur du pas est égale à la longueur du pied.
La marche avec une canne se fait du coté opposé à la blessure, on avance en même temps la canne et le membre inférieur lésé, puis on ramène le membre inférieur sain en s'appuyant sur la canne. L'ambulancier aide le patient du côté malade.

 



Technique

Il faut savoir anticiper.Le patient souhaite souvent se débrouiller seul. On évaluera le risque de chutes.
On réunira près de soi, ce dont on peut avoir besoin.
pudeur blouse S'il s'agit d'une urgence (transport primaire) ce n'est pas le malade qui décide de la marche ou en brancard mais le médecin traitant, à défaut le médecin régulateur du centre 15.
Ex. un malade ayant une douleur thoracique dira qu'il peut marcher et que ce n'est rien, alors qu'il est indispensable qu'il ne fasse aucun effort !

Si le patient est porteur d'une perfusion, celle ci sera portée en hauteur en permanence ou installée sur une potence à roulette
En présence d'une sonde urinaire et d'une poche, celle ci ne doit pas tirer sur la sonde.

Par pudeur et respect du malade, le patient sera recouvert . On ne doit pas utiliser de vétement ouvert par le derrière.
Même si vous avez chaud, le patient peut au contraire avoir une sensation de froid et souhaite être couvert.

Aide seul

- se mettre du coté non malade
- entrelacer son dos et se fixer à sa ceinture
- le patient passe son bras autour de votre cou
- prendre ce bras au poignet

Aide à deux

- se placer de chaque côté
- entrelacer le dos en se croisant et s'agripper à sa ceinture
- le patient passe ses bras autour de vos épaules
- prendre ces bras aux poignets

Transferts

Passage d'une voiture à un fauteuil roulant

Tout d'abord il faut enlever les accoudoirs coté voiture et enlever les reposes pieds.
Le fauteuil est installé contre la voiture juste derrière le siège de la personne à déplacer, freins bloqués.
La personne est assise au bord du siège de la voiture, les 2 pieds serrés, posés sur le trottoir.
On est devant elle, un pied est en avant pour caler ses pieds, le genou de l'autre jambe contre ses genoux.
On plie nos genoux, le patient met ses bras autour de notre cou, on met nos mains derrière son dos. Pour la soulever, on se lève en mettant nos genoux en face des siens.
On le tourne en le soutenant jusqu'à ce qu'on soit face au fauteuil. Le patient doit être penché en avant, son buste contre le notre pendant qu'on l'installe dans le fauteuil, tout en contrôlant le mouvement de ses hanches et de ses genoux avec nos genoux.

On vérifie que le malade est bien assis dans le fond du fauteuil roulant, les pieds sur les reposes pieds. Quand on pousse le fauteuil, les coudes du malade ne doivent pas dépasser pour éviter qu'il ne se cogne.
Pour passer une porte, il faut retourner le fauteuil et le passer en marche arrière. Pour descendre une marche, retourner le fauteuil et faire d'abord descendre les roues arrière.
Pour monter une marche, il faut basculer le fauteuil en arrière en appuyant sur le marche pied et on pose les roues avant sur la marche, avant de remonter les roues arrières.

Passage lit brancard

Il se fera avec l'aide du malade si possible, en se faisant aider par d'autres personnes et en utilisant du matériel, tout en respectant les principes de manutention:

On peut se servir d'aides: alèze, drap permettant de faire glisser, pivoter plutôt que lever.
Le matériel est vérifié avant le transport et surtout connu (fonctionnement des freins, des positions proclive, déclive et relevage de la têtière).
Mais sur le plan propreté, il est préférable de prendre uniquement le patient sans ce qu'il y a en dessous.
Un lit électrique dont la hauteur est variable ainsi qu'une potence seront utiles.
La planche de transfert est un excellent matériel qui permet de faire glisser plus facilement le malade du brancard au lit ou vice versa.

S'il s'agit d'un lit électrique, il est réglé à la hauteur du brancard.
En présence d'une sonde urinaire avec poche, on vérifiera que celle ci est bien détachée, la sonde clampée lors du transfert puis déclampée et la poche remise en position déclive ( c'est à dire en dessous du niveau du lit ou du brancard). On tiendra la poche qui ne doit "pendre".
Une perfusion n'est JAMAIS fermée, un aide gardant la perfusion en hauteur pendant le transfert. Un porte sérum est immédiatement disponible. Il ne faut pas poser la perfusion entre les jambes du patient comme on le rencontre, hélas" souvent.
On doit au préalable :
- rapprocher lit et brancard au plus près
- Enlever les barrières du lit en appuyant sur le bouton et les abaisser (attention de ne pas se blesser un doigt).
- Enlever la barrière du brancard côté du lit.
- Mettre le lit à la hauteur du brancard
- Bloquer les freins du lit et du brancard lorsque les 2 sont accolés.

  • Principes
  • Planche de transfert
  • à plusieurs
  • avec le drap
  • avec potence
  • lit à distance

On peut se servir d'aides: alèze, potence, planche, drap permettant de faire glisser le patient
Mais sur le plan propreté, il est préférable de prendre uniquement le patient sans ce qu'il y a en dessous!

plateauC' est un excellent matériel qui permet de faire glisser plus facilement le malade du brancard au lit ou vice versa.

Il faut expliquer à la personne transportée la manoeuvre.

- Mettre le patient en décubitus latéral en tirant conjointement sur son épaule et son bassin
desinfectant- Puis glisser la planche de transfert sous le bas
- Remttre la personne à plat dos bien au milieu de la planche
- Tirer l'ensemble patient-planche tout gardant le dos droit bien bloqué, jambes légérement fléchies avec appui sur le lit
- Le thorax devrait sensiblement basculer ver l'arrière et non pas approcher du patient
- Repositionner le lit à la bonne hauteur
- Enlever la planche en basculant à nouveau le patient
- Ne pas oublier de remettre les barrières de sécurité
- Installer le malade en bonne position selon sa maladie (voir page suivante)
- Lui donner sonnette et télécommande
- Lui demander ses besoins

On n'oubliera pas de la désinfecter à l'aide d'un spray avant et après usage

- la moitié de l'équipe se positionne d'un côté du lit
- l'autre partie du côté du brancard
- côté lit : mains positionnées sous la tête et le bassin
- si plus nombreux se répartir : buste, pieds...
- dos droit, bras verrouillés
- soulever et translater vers le brancard
- l'autre équipe en même position récupère la personne
- transfert coordonné : "attenntion pour lever, lever, attention pour transférer, transférer, poser"

 

- ce n'est pas la meilleure méthode
- pratique mais pas hygiénique
- valable avec un vrai drap et non pas avec un à usage unique
- oblige à une gestion des draps avec les services d'hospitalisation (rien de plus désagréable de voir des draps marqués du logo d' un établissement )
- postion face à face pour prendre de chaque côté le drap puis soulever et translater
- manoeuvre parfois un peu brutale et le dos rond
- risque d'être parfoise douloureuse

 

- c'est le patient qui fait le travail
- demande explications
- traction à 2 mains de la potence
- soulevement des fesses et translation
- aide du réceptionniste

 

Le lit est à distance du brancard.
Il faut utiliser la méthode de la cuiller en plaquant le patient dans ses bras (à 2 minimum) et le porter pour le déplacer .
La personne peut prendre appui avec un bras entrelacant la taille de l'ambulancier et l'autre l'épaule.

 

Installer sur un siège un patient

Il faut toujours préparer le siège, et le caler contre un mur près du lit, mettre chaussettes et chaussons pour qu'il ne glisse pas quand on l'aidera à se mettre debout.
Les freins sont bloqués.

Ne peut se tenir debout

On se tient, face au malade, genoux pliés le corps droit près du sujet. Le pied bloque les siens, pour éviter qu'il glisse en se levant. On lui demande de se lever et on l'aide avec ses mains, en soutenant avant bras et aisselles.
Quand les pieds touchent le sol on lui demande de se redresser et on l'aidera à se tourner, sentir la chaise contre ses jambes et à s'asseoir.
On lui demande de plier hanches et genoux, pendant qu'il s'assoit.

Peut se tenir debout

On aide le malade à s'asseoir sur le coté du lit, et il place ses bras sur nos épaules. A 2 on le soulève, sous les aisselles tout en se tenant les poignets sous ses cuisses. On fait porter notre poids sur la jambe la plus près du lit puis on soulève ensemble en se redressant, et on le porte jusqu'au siège. On plie les genoux et on le dépose.

▷ Voir vidéo canadienne

Recoucher un malade

Le malade qui ne peut se tenir debout, est aidé à être au bord du siège. On est accroupi près du sol, et on se tient par les poignets sous les cuisses du malade, notre main libre est sous le siège.
Dos avant, on le soulève sous les cuisses en dépliant nos genoux et on maintient le dos ou les fesses du malade avec notre main libre.

Rehaussement

Malade assis dans un fauteuil

Elle permet d'assoir en position correcte un malade qui a glissé de son fauteuil.
Le fauteuil est bloqué. Les pieds du patient sont rapprochés.

Seul

Ambulancier de dos

On se place derrière le fauteuil, genoux en appui sur le siège, les avants bras passent sous les aisselles du malade et on saisit ses poignets. On fait pencher le malade en avant. On tend les bras et on se porte en arrière en s'aidant de l'appui des genoux. Le sujet glisse au fond du siège et reprend une position correcte.
▷ Voir vidéo

Ambulancier devant

Le patient porte ses mains su vos épaules, L'appui de l'ambulancier se fait en cuiller sur une épaule et la hanche opposé. Soulever la personne en penchant la personne vers l'avant tout en amenant son bassin vers l'arrière.

A deux

Ambulanciers sur le côté

Les mains de la personne sont sur vos épaules. Vos mains passeront sous les cuisses pour se rejoindre.
Faire un mouvement coordonné de bascule: épaules en avant mais bassin vers le fond du fauteuil.

Ambulanciers de face et de dos

Ses mains sont sur son ventre
Un ambulancier derrière enlace la personne au niveau des aisselles. L'autre saisit les cuisses.
Faire un mouvement coordonné pour déplacer les fesses vers l'arrière.

Malade couché

L'objectif est de remonter un malade qui a glissé vers le fond du lit, pour le mettre en position demi -assise pour faciliter la prise d'un repas ou pour mieux installer un insuffisant respiratoire ou cardiaque.
On pose les mains du malade sur son ventre, les 2 aides sont face à face à la tête du lit, chacun place une main sous chaque omoplate du sujet et rapprochent leur coude afin que la tête du malade puisse reposer dessus. Les 2 autres mains se rejoignent au raz des fesses. Quand les 2 aides sont prêts, ils se déplacent vers la tête du lit avec ce petit hamac naturel.
On demande à la personne de regarder son ventre, ce qui a pour effet de soulever sa tête.

▷ Voir photos (Ifsi paca)

▷ Voir vidéo canadienne

Rehaussement avec portique

- Ne pas oublier de bloquer portique et lit
- Demander au patient de prendre à 2 mains la poignée du portique ou à défaut les avant-bras des ambulanciers en "arche"
- Demander de fléchir les genoux et de prendre appui sur les talons
- Demander de tirer sur ses bras
- Aider le patient à se repositionner vers l'arrière

▷ Voir vidéo avec portique
▷ Voir vidéo en arche

Prise en charge personnalisée

Personne agée

Les chutes sont fréquentes chez le vieillard, favorisées par de nombreux facteurs: environnement (verglas, tapis...), usure des organes (os, vision altérée, vertiges, hypotension orthostatique majorée par la prise de sédatifs). Elles sont responsables de fractures (col du fémur, poignet) avec risque de complications de décubitus lors de l'hospitalisation.
La prévention peut se faire en conversant avec la personne transportée: améliorer son environnement, parler à son médecin des somnifères, téléalarme...
Il en découle des handicaps et une certaine dépendance.

vieux2Système nerveux

Il peut apparaître :perte de la mémoire, insomnie, troubles de l'équilibre avec risque de chute, puis pertes des fonctions intellectuelles.
Il réagit moins vite. Son temps de réponse augmente.
Il faudra prendre son temps.
On l'aidera à la montée et descente de l'ambulance, faciliter l'admission...
La pudeur du malade est préservée en cachant sa sonde urinaire, en l'habillant de vêtements corrects et propres et en complétant par un petit coup de peigne.
il est angoissé car on change son environnement lors d'un transport. Il faut lui expliquer, le rassurer.
Ne jamais le laisser seul
Il faut respecter le malade, éviter le tutoiement et les mots familiers

Fonction motrice

La marche peut devenir difficile, due à l'arthrose, à la perte de l'équilibre et à la fonte des muscles par une mauvaise alimentation.
Sa marche se fait à petit pas, puis Il va du fauteuil au lit puis du lit au lit...
Il faut donc une aide au portage ou à la marche. La motilité est réduite, avec diminution du geste et des réflexes, et faiblesse musculaire. La chute est toujours possible.
Hélas souvent le patient a pris la veille au soir des somnifères dont l'action peut se prolonger une bonne partie de la journée suivante n'arrangeant pas l'équilibre !
On aidera la personne à s'habiller, à lasser ses chaussures...

Organes des sens

Il y a des troubles de la vision avec la cataracte (opacification du cristallin, la lentille)
L'audition est diminuée (surdité).
Il faut donc aider le vieillard en lui prenant le bras et en parlant fort si besoin. (mais pas systématiquement et sans tutoiement).
Il ne faut pas oublier ou perdre les lunettes, appareil auditif

Régulation thermique

Passé à un certain âge, le corps transpire peu et la personne n'a plus la notion "d'avoir soif".
Il a toujours froid et s'habille en conséquence.
On respectera ce choix sauf en période de canicule.
Si le trajet est long, on donnera régulièrement à boire.

Fonction respiratoire et cardiaque

Elle diminue. même sans maladie sous jacente
La position sera demi assise et on évitera les efforts

Squelette et peau

La densification de l'os diminue (ostéoporose). et casse facilement (col du fémur, poignet)
L'arthrose (usure des articulations) est banale.
La peau est fragile et exposée à des risques de nécrose par compression. (Escarres)
Les masses musculaires fondent.
Les cheveux blanchissent.
Pour des longs trajets, les soins de propreté sont importants et le changement de position indispensable.

Incontinence

Il ne retient plus ses urines totalement ou partiellement. Il y a " des fuites ".
Elles sont fréquentes et souvent non avouées.
Il faut donc utiliser une protection discrète.
Parfois le patient est porteur d'une sonde urinaire à demeure.
Il faut éviter les souillures :
- s'arrêter pour aller aux toilettes
- prévoir des changes ( Le patient ne doit rester dans une couche mouillée).

Installation selon le handicap

Arthrose et autres rhumatismes

pthC'est l'usure des articulations qui font mal. Les mouvements sont limités.
Il ne faut pas forcer et caler avec des oreillers.
Certaines arthroses du rachis fixent exceptionnellement le cou voire le thorax .(savoir + : spondylarthrite ankylosante)

Prothèse de hanche

Une prothèse récente peut facilement se luxer.
Il faut éviter que le patient croise les jambes et fléchisse trop la hanche.

Amputé

Il ne faut pas enlever brutalement une prothèse lors d'une manipulation.
Si elle est enlevée, il ne faudra pas l'oublier.
Il faut respecter la pudeur du malade en cachant éventuellement l'appareillage.

Hémiplégie

Couché sur le côté sain, sans traction.

Myopathe

Selon le stade de la maladie, il se déplacera en fauteuil roulant parfois très encombrant avec un moteur électrique.
Si les muscles respiratoires sont atteints, il est porteur d'un appareillage respiratoire avec ses accessoires.

Obésité

De plus en plus, l'ambulancier est amené à transporter des personnes ayant un excès de poids majeur.
Des précautions spécifiques sont à observer:
- respecter la dignité
- possibilité ou non de marche
- nombre suffisants pour le portage
- brancard robuste et adapté
- passage possible en zone rétrécie (portes, ascenseur)

Installation femme enceinte

Elle est allongée sur le côté gauche afin que l'utérus ne comprime pas trop les gros vaisseaux: aorte et veine cave (risque de collapsus)
Cela dès la 20 ème semaine de la grossesse.

enceinte 1 enceinte 4
enceinte 3 enceinte 2
Mauvaise position: compression Bonne position

 

Installation selon le traumatisme

Plâtre

platreIl faudra renforcer l'installation avec des coussins amortisseurs.
L'appui sera allégé afin de libérer le poids sur le plâtre.
Si le plâtre est trop serré, il fait " garrot" avec douleur, fourmillements et extrémité froide et cyanosée.
On doit donc surveiller l'extrémité du membre et noter:
- sensibilité,
- mobilité,
- couleur,
- chaleur

Devant un problème, on retournera à l'hôpital.
Il ne faut pas confondre la douleur sous plâtre immédiate et celle survenant au membre inférieur, plusieurs jours ou semaine après. En général il s'agit de l'apparition d'une phlébite sous le plâtre (caillot de sang dans une veine) qui risque de se détacher et d'entraîner une embolie pulmonaire. Dans ce cas une platre thoraco-brachialdétresse respiratoire apparaît ou / et une douleur thoracique, voire un arrêt cardiaque brutal.

Toute douleur sous plâtre doit être signalée.

Comme le traumatisé est souvent sous anticoagulant (qui fluidifie le sang), il faut éviter les coups qui risque d'entraîner des hématomes.

Certains plâtres sont très encombrants comme le thoraco-brachial en abduction.

fixateur externeFixateur externe

Il s'agit de fiches plantées dans le membre relié entre elles avec des tiges et des boulons, véritable "meccano". Tout cela prend beaucoup de place.
Il faut faire attention à ne pas taper avec le matériel ou d'accrocher quelque chose.
La conduite sera douce en évitant les trous.

Fracture du rachis (Sortie)

Il est immobilisé par un corset plâtré(ou opéré). Mais toute mobilisation ou secousse reste douloureuse.

Plaie abdominale, éviscération

Il sera installé très légèrement demi-assis et surtout les cuisses fléchies afin de diminuer la tension sur les muscles abdominaux.

Plaie de l'oeil

Installation selon la maladie

Cardiaque

Il est installé demi assis sauf...s'il fait un arrêt (décubitus dorsal)

Malaise

allonger malaiseC'est une bonne position provisoire pour un malaise à tendance syncopale.
Dès que la personne a repris ces esprits, peu à peu la position 1/2 assise sera plus agréable.
Attention on ne doit pas passer de cette position à une chaise brutalement.


masque oxygeneInsuffisant respiratoire

Il est installé demi assis.
Le malade demande même de s'assoir sur le côté du brancard jambes pendantes. Ce n'est pas une situation stable pour le transport. Il faudra donc rester près de lui.
Le malade surtout l'asthmatique est angoissé et a la sensation d'étouffer et demande l'ouverture d'une fenêtre. Il faut user de beaucoup de psychologie pour dédramatiser la situation.

Epiglotitte

epiglottiteIl s'agit d'une situation très exceptionnelle aux conséquences dramatiques.
Un enfant a une infection des voies aériennes supérieures sévère.
Il a une forte fièvre, une altération de l'état général avec l'absence de voix et même un tirage respiratoire.
Ce sont tous les signes de l'infection du larynx ou laryngite.

Que se passe-t-il ? En effet les microbes ont surtout attaqués l'épiglotte, le petit "épi" qui est situé juste avant la glotte, c'est à dire le larynx. Celui ci gonfle . C'est l'épiglotitte.

Il est maintenant facile de comprendre que si l'enfant bascule en arrière, la grosse masse de l'épiglotte plein de pus va faire clapet sur le larynx et le boucher. L'asphyxie est majeure et très rapidement l'enfant meurt. C'est d'autant plus dramatique qu'à l'hôpital en quelques jours la situation va redevenir normale.

Beaucoup d'enfants infectés, arrivent en arrêt aux urgences.

Même si un seul ambulancier, parmi vous, rencontre une fois dans sa vie ce cas, ne l'oubliez JAMAIS. Merci.

Attention

  • Cas exceptionnel mais dramatique
  • Epiglottite = ½ assis, PENCHE en AVANT, sous peine d'arrêt cardiaque.
  • N'oubliez pas ce scénario

Diabétique ayant un pied en mauvais état

gangreneIl faudra faire très attention aux membres du malade en évitant tout traumatisme même minime car une ulcération apparaît très vite et sans guérison majeure.
Toute plaie ou escarres seront protégés par un pansement stérile et emballer ensuite dans un pansement ouaté (pas directement sur la plaie bien sûr!)
Rappelons que la "douleur alerte" est souvent absente car insensibilité possible.
En présence d'une ulcération ou d'une zone noire, pansement stérile et protection.

Pas de microtraumatismes

Artérite ayant un pied en mauvais état

mêmes précautions

Insuffisant rénal sous hémodialyse

fistule arterio-veineuseAprès la séance de dialyse, le patient est souvent fatigué. Il y a risque d'hypotension (vertiges, malaise) et de saignement de la fistule.

Au retour, le patient est allongé, le bras visible. Il ne sera jamais couché, sous peine d'obstruction, sur l'avant bras porteur de la fistule artério-veineuse.
De même on ne prendra pas la tension du malade sur ce côté.

Saignement de nez (épistaxis)

En sus de la compression de la narine, il est préférable de demander à la personne de se pencher en avant pour que le sang soit drainé vers l'extérieur et non pas vers le pharynx.

Abcès de fesse ou kyste pilonidal

L'appui sur les fesses est douloureux d'où l'installation sur le ventre (décubitus ventral) ou sur une bouée.

Escarres

Il se forme lors d'un appui sans mouvements (alitement prolongé). La peau devient rouge, puis s'abime.
Il faut l'éviter par un changement de position fréquent et des soins d'hygiène.
Pour le transport, l'escarre sera protégée, les déjections nettoyées et la personne bien positionnée.

Résumé

Points clefs

  • Ne pas faire mal
  • Eviter la chute = risque fracture col fémur, poignet
  • Savoir anticiper
  • Attention à l'hypotension lors d'un lever brutal
  • Parler de la prévention lors d'un transport
  • cardiaque, insuffisant respiratoire = 1/2 assis
  • épiglotitte = penché en avant
  • Pied abimé= protéger, pas de microtraumatisme
  • Perfusion jamais clampée et toujours en hauteur
  • Sonde urinaire : pas de traction
  • Poche à urine toujours à un niveau inférieur au malade

Répertoire

  • Recopier et définir les mots suivants :
    • rehaussement
    • cannes anglaises, axillaires, déambulateur
    • hypotension orthostatique
    • complications de décubitus
    • décubitus dorsal, ventral, PLS
    • position antalgique
    • hémiplégie, artérite, diabète, épiglotitte, PTH

Objectifs

  • Les règles de confort et de sécurité de la personne sont respectées
  • Les gestes et postures sont adaptés à l'état de santé de la personne

Savoir +

Liens

 


△ Retour début page Suite conduite ▷
◁ Retour vers menu cours aux Direct vers Accueil ▷
◁ Retour vers menu cours DEA  

Menu | Cours AFGSU | Aux | DEA | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim