precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Relevage, brancardage

brancardageManutention, auxilliaire ambulancier

Le relevage permet d'installer un blessé ou une personne victime d'un malaise sur un brancard. Il doit se faire sans douleur et en stabilisant les lésions. On respectera l'axe tête-cou-tronc sans flexion. Cela se fera en équipe et en coordination.
Le brancard le plus utilisé est à 4 pieds pliables avec roulettes. En situation d'urgence, le matelas coquille permet de positionner correctement la victime et de circuler dans un environnement difficile. Si le patient supporte la position assise, on peut, dans les escaliers étroits, utiliser provisoirement une chaise pliante.
Lors de l'installation ou déchargement de l'ambulance on veillera de respecter la position horizontale (surtout chez un cardiaque ou un état circulatoire instable).
Une perfusion ne sera jamais clampée et positionnée en hauteur. Une poche à urine sera arrimée en dessous du brancard sans traction sur la sonde.

Objectifs : Travailler en équipe pour le relavage, savoir brancarder

Dégagement , immobilisation

degagementLa première action est de protéger lors d'un danger vital.
Il faut se poser la question: y-a-t-il un danger pour moi et pour toutes les personnes présentes, y compris les victimes et témoins ?

Le principe est :

◁ Revoir dégagement d'urgence

Il doit étre exceptionnel.

matelasAvant tout relevage, il faut procéder à :

puis si besoin, faire les gestes d'urgence et d'immobilisation.

En attendant le relevage, la victime est installée en position d'attente : PLS, ou à plat dos selon le bilan.

maintien

Conscient : Maintien en décubitus dorsal

pls

Inconscient : Maintien en PLS


Relevage

C'est l'ensemble des gestes coordonnés et précis assurant le déplacement d'un patient en toute sécurité jusqu'au brancard.
Il ne faut aucune précipitation. Ces gestes doivent être réalisés par des professionnels et si possible en nombre.
Ils sont fonction:
- du poids
- de la maladie ou du traumatisme
- du nombre de secouristes
- de l'environnement

Sauf danger, le dégagement n’est pas la priorité et nécessite une technique parfaite qui demande du monde.
La présence des pompiers est indispensable .
Il faut donc que tout ce monde soit réuni. Il faut rester très théorique et pratiquer systématiquement les gestes de dégagement appris même si le bilan semble rassurant.
Le premier bilan lésionnel est toujours imparfait, on n’est pas à l’abri de fracture du rachis découverte qu’après radiographies.
Des gestes maladroits peuvent entraîner des paralysies définitives. On ne devrait plus voir de blessé soulever brutalement par les bras et par les pieds, puis transporter à toute vitesse avec renfort de klaxons.

Elle débute par la prise en masse du blessé en respectant la rectitude de l’axe tête-cou-tronc. En aucun cas le malade doit être plié par la prise spontanée par les bras et par les jambes.
C’est le brancard qui va au blessé et non pas le contraire!!!

Principes

chargeIl faut remuer le moins possible le blessé sous peine d'aggravation des blessures comme une compression nerveuse ou vasculaire.
Cela permet d'éviter l'apparition d'une douleur source d'aggravation du choc traumatique.

Position stable

Il faut toujours soulever le blessé en ne fléchissant pas sa colonne vertébrale mais au contraire en fléchissant les genoux sans s'asseoir sur les talons puis élever les membres inférieurs colonne bloquée, les bras seront toujours tendus.
La respiration est bloquée, le ventre contracté.
Ce mouvement est réalisé avec un bon équilibre: terrain stable, chaussures plates et membres inferieurs écartés

Bonne prise

Il faut avoir une bonne prise afin de ne pas lâcher le blessé. Le mieux est de glisser les mains sous l'individu, la prise par les vêtements est à éviter.
relevage 2L'efficacité est maximum si la prise a lieu le plus près possible du sauveteur donc: pieds près de la charge, écartés et décalés relevage 1épaules effacées.

Mouvements

Il faut éviter les mouvements heurtés, saccadés, les manipulations en plusieurs fois sans ordre, ni efficacité.
On doit toujours respecter l'axe tête-cou-tronc-jambes quelque soit l'état du blessé, avec éventuellement traction prudente du cou.
Le pire serait la prise immédiate du blessé par les aisselles et les pieds.
C'est le brancard qui va au blessé et non pas le contraire.

Equipe

Il faut toujours travailler en équipe, avec un chef donnant des ordres permettant une bonne coordination des gestes sans brusquerie.
Il faut être en nombre suffisant, et utiliser la méthode adaptée à la victime et à la situation.

Bonne répartition de la charge

La charge est rapprochée au maximum des porteurs.

Risques

Tout risque de chute de la victime lors de son relevage est évité si la technique est correctement choisie et exécutée.
Le respect des règles de manutention évite à l'équipier de se blesser pendant la manoeuvre.

Méthodes

Le relevage varie avec le nombre d'intervenants: plus ils sont nombreux, plus la technique est sûre et selon l'état clinique.
En résumé, la technique utilisée est fonction des critères:

Méthode de la cuillière

cuillereUn libre accès autour de la victime est indispensable.
Il nécessite 3 sauveteurs.
Après avoir accédé facilement au malade, 2 sauveteurs prennent le malade du même côté en le soulevant après avoir glissé les bras sous le dos. Le troisième aide de l'autre côté avec les mêmes gestes, mais les 2 autres sont les porteurs.
Après avoir soulevé la victime, on plaque la personne contre son torse puis on se déplace jusqu'au brancard.
L'aide peut aussi pratiquer d'autres gestes comme la mise en place du brancard.
C'est la seule méthode où les sauveteurs n'enjambent pas la victime.
Cette méthode est surtout utile si le brancard n'est pas à courte distance dans l'axe de la victime.
Elle est utilisable pour transferer une victime du lit sur un brancard ou d'un brancard au lit.

 


▽△ Détails de la méthode de la cuillière (Ref PSE2)▽△

 

interieurRef PSE2 :
Préparer le brancard et le placer permepndiculairement au niveau du pied du lit, si c'est possible. Si le brancard est équipé de pieds, les déployer pour le mettre à hauteur et bloquer ses roues
Se placer sur le côté du lit, un équipier à la hauteur des épaules, le deuxième à la hauteur des hanches, le troisième à la hauteur des genoux.
Engager les avant-bras sous la victime comme pour la cuillère. Le premier équipier soutient d'un bras l'ensemble « tête-nuque » et s'appuie, de sa main, sur l'omoplate opposée ;
De l'autre main, il soutient le haut du thorax. Le deuxième équipier place un avant-bras sous la taille, l'autre sous le haut des cuisses. Le troisième place un avant-bras sous le haut des jambes, l'autre sous les chevilles.
Au commandement, soulever la victime et la plaquer contre soi tout en se penchant légèrement en arrière pour équilibrer la charge
Au commandement, se lever puis se reculer en faisant quelques pas, si nécessaire, s'approcher du brancard et s'arrêter le long de celui-ci.
Au commandement, rabattre délicatement la victime et la poser d'un bloc sur le brancard.

Commandements :
L'équipier 1 (qui est à la tête de la vcitime) : " Etes-vous prêt ?"
Les autres équipers secouristes : "Prêt !"
L'équipier 1 : "Attention pour lever...lever!"
L'équipier 1: "Plaquez...debout...reculez...avancez...arrêter!"
L'équipier 1: "Poser !"

cuiiliere 1 cuiiliere  2

cuiiliere 3 cuiiliere 4



Méthode du pont à 3 porteurs

pont simpleLes sauveteurs doivent enjamber la victime qui sera soulevée en un bloc et dans l'état, c'est à dire même en PLS préalable.
Le brancard étant situé tout à coté d'un pied des sauveteurs. Le secouriste placé aux pieds soutient les membres inférieurs, en mettant une main sous l'extrémité inférieure des cuisses et l'autre sous les chevilles, ou bien en saisissant les 2 chevilles chacune avec une main ou le bas du pantalon.
pont simpleLa victime est soulevée et c'est le brancard qui vient à elle.

Le blessé ne doit pas avoir de risque de fracture du rachis.
Elle est utile pour installer sur un brancard une personne victime d'un malaise.

 


▽△ Détails de la méthode du pont simple (Ref PSE2)▽△

 

interieurRef PSE2:
Disposer le brancard dans l'axe de la victime, si possible au niveau des pieds. Un aide
assurera son glissement sous la victime, au commandement ;
Se placer « en pont », les jambes suffisamment écartées au-dessus de la victime
(passage du brancard), ramener les avant-bras sur son tronc ;
ƒ L'équipier de tête, le chef de brancard, glisse une main sous l'ensemble « tête-nuque » du blessé, l'autre entre les omoplates ;
ƒ Les 2 autres équipiers se placent face à l'équipier de tête, pieds légèrement décalés et s'accroupissent en gardant le dos plat ;
ƒ L'équipier situé au pied de la victime saisit les chevilles ;
ƒ L'équipier du milieu engage ses mains sous la taille de la victime ou saisit les parties latérales de la ceinture du pantalon, si elle est solide.
Au commandement, pour les porteurs, se relever en gardant le dos plat et soulever suffisamment la victime pour permettre le passage du brancard ;
Au commandement, pour l'aide, glisser le brancard entre les jambes des équipiers, sous la victime ;
Au commandement, pour les porteurs, reposer doucement la victime sur le brancard ;
Se dégager sans heurter la victime.

Commandements :
L'équipier 1 (qui est à la tête de la vcitime) : " Etes-vous prêt ?"
Les autres équipers secouristes : "Prêt !"
L'équipier 1 : "Attention pour lever...lever!"
L'équipier 1: "Envoyez le brancard !"
L'équipier 1: "Halte au brancard !"
L'équipier 1: "Poser !"

pont 1 pont 2

pont 3 pont 4


Méthode du pont à 4 porteurs dit "amélioré"

C'est la même technique, mais un sauveteur maintient en traction la tête et le cou

.relevage 4

Méthode du pont néerlandais à 3 équipiers

Utile lorsque le brancard n'est pas dans l'axe mais le long (parallele) du corps. Le sauveteurs enjambent la victime et le brancard par un grand écart.
Elle n'est pas recommandée en cas de doute sur le rachis et l'équilibre des sauveteurs est instable.

pont neerlandais

▷ Voir vidéo (par Ifremmont)


▽△ Détails de la méthode du pont néerlandais (Ref PSE2)▽△

 

interieurRef PSE2 :
Disposer le brancard le long du coprs de la victime, s'il a des roulettes, les bloquer
Se placer en pont , les jambes écartées au-dessus de la victime et ramener ses avant-bras sur le tronc
Les équipiers des 2 extrémités se placent les premiers et se font face. Ils mettent chacun un pied à l'intérieur de la poignée de la hampe qui est contre la victime ;
ƒ L'équipier du milieu s'appuie sur l'épaule de l'équipier de tête, enjambe la victime et pose son pied sur le milieu de la hampe extérieure, sous la couverture ;
ƒ L'équipier de tête glisse une main sous la nuque du blessé et l'autre entre les omoplates ;
ƒ L'équipier situé au pied de la victime saisit les chevilles ;
ƒ L'équipier situé au milieu, engage ses mains sous la taille ou saisit les parties latérales de la ceinture du pantalon, si elle est solide.
Au commandement, se relever en gardant le dos plat, soulever le blessé et le déplacer latéralement au-dessus du brancard ;
Au commandement, poser la victime doucement sur le brancard ;
Se dégager sans heurter la victime.

Commandements :
L'équipier 1 (qui est à la tête de la vcitime) : " Etes-vous prêt ?"
Les autres équipiers secouristes : "Prêt !"
L'équipier 1 : "Attention pour lever...lever!"
L'équipier 1: "Poser !"

pont neerlandais 1 pont neerlandais 2

pont neerlandais 3 pont neerlandais 4


Méthode du pont néerlandais à 4 équipiers

Cette technique permet de maintenir efficacement l'axe tête-cou-tronc ou de pouvoir relever une victime lourde.
Une cinquième personne peut être utilisée pour faire glissser le brancard sous la victime lorsque cela est nécessaire .

pont neerlandais


▽△ Détails de la méthode du pont néerlandais à 4 (Ref PSE2)▽△

 

interieurRef PSE2:
Disposer le brancard le long du corps de la victime ; s'il a des roulettes, les bloquer ;
- Se placer au-dessus de la victime et ramener ses avant-bras sur le tronc :
- Equipier 1 : (le chef de brancard) est placé à la tête de la victime qu'il maintient par une prise latéro-latérale, le genou côté brancard à terre, à l'intérieur des deux hampes du brancard et contre la poignée pour la caler ;
- Equipier 2 : prendre position au niveau des pieds, et placer le pied côté brancard à l'intérieur des poignées de manière à les bloquer ;
- Equipier 3 : se placer debout, au niveau du bassin de la victime, et faire face au quatrième équipier placé au niveau des épaules ;
- Equipier 3 : s'appuyant sur l'épaule du quatrième, un pied contre la victime, enjamber cette dernière et le brancard pour poser l'autre pied sur la hampe opposée et dégagée de la couverture ;
- Equipier 4 : s'appuyant sur l'épaule du troisième, enjamber à son tour la victime et le brancard pour placer son pied sur la hampe dégagée de la couverture. Engager ses mains sous les épaules de la victime ;
- Equipier 2 : se situer aux pieds de la victime et saisir les chevilles ;
- Equipier 3 : engager ses mains sous la taille ou saisir les parties latérales de la ceinture, si elle est solide;
Au commandement, se relever en gardant le dos plat, soulever le blessé et le déplacer latéralement au-dessus du brancard dans l'axe;
Poser la victime doucement sur le brancard.

Commandements:
L'équipier 1 (qui est à la tête de la victime) : « Etes-vous prêt ? » ;
Les autres équipiers secouristes : « Prêt ! » ;
L'équipier 1 : « Attention pour lever... lever ! » ;
L'équipier 1 : « Poser ! » ;

pont 1 pont 2

pont 3 pont 4



Relevage couché à 2 avec un portoir souple

Cette technique facilite l'installation de la victime sur un brancard et son transfert sur un autre brancard ou sur un lit.
La personne sera progressivement "roulé" sur le portoir à condition que la rachis soit intact.

portoir 2


▽△ Détails de la méthode avec portoir (Ref PSE2)▽△

 

interieurRef PSE2:
La victime est allongée sur le dos.
C'est une technique de roulement au sol de la victime, qui nécessite au minimum 3 équipiers secouristes.
La manœuvre est guidée par l'équipier secouriste qui est placé à la tête de la victime.
- Equipier 1 : Maintenir la tête de la victime par une prise latéro-latérale. La victime doit être maintenue les bras le long du corps, paumes des mains sur les cuisses ;
- Placer l'alèse portoir de toile enroulée ou repliée sur elle-même le long du blessé ;
- Equipiers 2 et 3 (éventuellement 4) : Se placer du côté du retournement, à quelques centimètres du blessé, au niveau du thorax, du bassin et des genoux de la victime ;
- Equipiers 2 et 3 (éventuellement 4) : Saisir la victime du côté opposé au retournement, au niveau de l'épaule, du bassin et des membres inférieurs qui doivent rester alignés. La main opposée de la victime peut être bloquée contre le haut de la cuisse de la victime par la main d'un équipier secouriste ;
- Equipiers 2 et 3 (éventuellement 4) : Sur les ordres de l'équipier 1, assurer, en tirant, une rotation de la victime sur son côté. La rotation de la victime se fait lentement et d'un bloc alors que l'équipier de tête accompagne le mouvement pour garder la tête du blessé dans l'axe du tronc ;
- Interrompre la rotation dès que la victime est suffisamment tournée pour pouvoir glisser l'alèse portoir sous son dos ;
- Equipier 3 : Glisser l'alèse portoir le plus loin possible sous son dos (s'assurer que l'alèse portoir est bien centrée sur la hauteur de la victime) ;
- Equipiers 2 et 3 (éventuellement 4) : Reposer la victime délicatement sur l'alèse portoir ;
- Changer de position et reprendre les mêmes positions de l'autre côté de la victime, excepté pour l'équipier de tête ;
- Tourner la victime de l'autre côté ;
- Dérouler ou déplier l'alèse portoir ;
- Reposer la victime sur l'alèse

Commandements:
L'équipier 1 (qui est à la tête de la victime) : « Etes-vous prêt ? » ;
Les autres équipiers secouristes : « Prêt ! » ;
L'équipier 1 : « Attention pour tourner... tourner ! » ;
L'équipier 1 : « Glisser le portoir ! » ;
L'équipier 1 : « En position ! » ;
L'équipier 1 : « Attention pour tourner... tourner ! » ;
L'équipier 1 : « Dérouler le portoir ! » ;
L'équipier 1 : « En position ! » ;
L'équipier 1 : « Poser ! » ;

portoir 1 portoir 2

portoir 3 portoir 4


Personne assise à transférer sur une chaise de transport

L'installation d'une victime sur une chaise de transport rend plus facile son brancardage, notamment si l'équipe doit emprunter des escaliers ou un ascenseur.
Pour être possible, il est indispensable que la victime puisse tenir la position assise et que cette position ne soit pas contre-indiquée.


▽△ Détails de la méthode assis (Ref PSE2)▽△

 

interieurPSE2:
Cette technique est réalisée à 3 équipiers « porteurs » :
- Préparer la chaise de transport et la placer sur le côté de la victime ;
- Equipier 1 : Maintenir la chaise de transport du côté opposé à la victime et se préparer à réceptionner la victime ;
- Croiser les bras de la victime sur sa poitrine ;
- Equipier 2 : Se placer derrière la victime. En glissant les avant-bras sous ses aisselles, saisir ses poignets opposés ;
- Equipier 3 : Se placer face à la victime, légèrement accroupi, un pied décalé vers la chaise de transport et saisir les genoux de la victime en glissant ses avant-bras dessous ;
Au commandement, se relever en gardant le dos plat, soulever la victime et la déplacer latéralement au-dessus de la chaise de transport ;
Poser la victime doucement sur la chaise ; l'équipier 1 aide à la réception de la victime ;
Envelopper la victime avec le drap et la couverture et la sangler avant de la transporter.

transfert assis 1 transfert assis 2


Autres méthodes

Elles sont décrites dans le fascicule officiel PSE2 (Ministère intérieur)

▷ Voir aussi détails des différentes méthodes (Wikipedia)

Brancardage

Préparation du brancard

◁ Revoir matériel

desinfectionIl sera stabilisé, les freins bloqués.
Une désinfection est nécessaire si un autre transport a été effectué au préalable.
Un drap tissé est déplié, au besoin une couche est mise en place au bon niveau.
Si la position demi-assise est requise, on vérifiera la bonne fixation de la têtière.

- Nettoyage des mains par friction
- Désinfection au gel hydroalcoolique
- Mettre des gants à usage unique


 ▽△ Montage brancard standardisé PSE2 ▽△

 

Le matériel décrit ici est le brancard pliant à compas, sans têtière.
Le montage
-Tenir le brancard vertical et déboucler les courroies de fixation ;
- Ecarter les 2 hampes et dérouler la toile ;
- Ouvrir successivement chaque compas avec le pied;
- Retourner le brancard à l'endroit, le poser à terre ;
- Vérifier la solidité des hampes et de la toile et enrouler les courroies de fixation sur
elles-mêmes.
Le démontage
Après avoir nettoyé et vérifié le brancard :
- Placer le brancard verticalement ;
- Repousser successivement les branches de chaque compas avec le pied ;
- Retourner le brancard et rapprocher les hampes ;
- Rouler la toile et la fixer avec les courroies.


Brancardage simple

Il ne pose pas de problème particulier, puisque le brancard est muni de 4 pieds à roulette.
Néanmoins il faut faire attention aux obstacles sur le parcours même minime comme une bande entre 2 dalles au sol . Cette vibration peut être douloureuse chez certains malades ou blessés.

Transport en chaise provisoire

En cas de difficultés et d'obstacles importants notamment en zone très étroite, escalier étroit ou ascenseur exigu.
Le patient DOIT supporter la position assise et UNIQUEMENT dans ce cas, on peut utiliser la chaise pliante.
La chaise est prise par ses poignets et il faut prévenir le malade du léger basculement de celle-ci.


 ▽△ Technique transport sur une chaise PSE2 ▽△

 

interieurPSE2
chaise transport- Envelopper la victime dans le drap et/ou la couverture et fixer les sangles de maintien ;
- Demander à la victime de garder ses mains croisées sur sa poitrine et de ne pas essayer de s'agripper ;
- Saisir la chaise de transport par ses poignées ; un équipier se place derrière la victime et l'autre face à lui au niveau des pieds ;
- Basculer la chaise légèrement en arrière après avoir prévenu la victime ;
- Faire rouler la chaise au sol si elle est équipée de roulettes arrière ;
- Lorsque c'est nécessaire, le troisième équipier secouriste précède les déplacements de la chaise pour ouvrir les portes, enlever les objets qui pourraient gêner le passage ou sécuriser l'équipier secouriste des pieds en le tenant par la ceinture lors de la descente d'escaliers (fig. 10.11) ;
- Dés que possible, la chaise est placée au coté du brancard pour y transférer la victime

Risques:
L'arrimage de la victime doit toujours être vérifié avant la manœuvre pour éviter toute chute de la victime.
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers doivent garder le dos droit et travailler en fléchissant les genoux et les hanches.
Le respect des ordres permet une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute de la victime.

Points clefs
L'état de la victime supporte la position assise sans risque.
La victime est correctement maintenue sur la chaise.
Les ordres sont audibles, clairs et justes.
Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.



Brancardage à 4

Il faut remuer le moins possible le malade, avec des mouvements en douceur sans précipitation, non saccadés, doux, bien coordonnés par un chef d'équipe. brancardageBrancardage dans un escalier

escalierLe principe est de maintenir le brancard en position horizontale. Car des variations de hauteur peuvent devenir dangereuses chez certains malades en détresse circulatoire.
En épaulant le brancard pour les porteurs dans la descente, on peut ainsi élever peu à peu le brancard.
Le patient doit être bien sanglé.
Une bonne coordination s'impose.

Passage d'un obstacle ou zone étroite

C'est le même principe.

Passage d'une zone étroite

2 personnes se mettent à l'intérieur des hampes du brancard dos à dos

Autre passage difficile

Le mieux est l'utilisation d'un matelas coquille.
Si la position n'est pas horizontale, l'état circulatoire doit être parfait sinon on risque alors un arrêt du cœur par désamorçage de la pompe cardiaque.


 ▽△ Détail des techniques de brancardage secouristes PSE2 ▽△

 

interieurPSE2

Les règles de base

1. Les équipiers secouristes travaillent en équipe, sous la conduite d'un chef.
2. La victime doit obligatoirement être sanglée ou arrimée sur le brancard avant tout déplacement.
3. Le chef place les équipiers secouristes en fonction de leur taille et de leur force.
4. Les commandements d'exécution sont, le plus souvent, précédés de commandements préparatoires et doivent être entendus de tous les équipiers secouristes.
5. Les mouvements doivent être doux et synchronisés.
6. Le déplacement se fait en marchant.
7. La marche doit être souple, sans secousse ni balancement ; de ce fait les équipiers secouristes ne doivent pas marcher au pas.
8. Le brancard doit rester le plus possible horizontal.
9. Le blessé est brancardé, en général, tête en avant.
10. Le chef surveille en permanence la victime et la position du brancard.

Départ, marche et arrêt du brancardage

Le chef est placé le plus souvent aux pieds ce qui permet la surveillance de la victime et des équipiers.
About de bras en utilisant un brancard sans chariot
Après avoir sanglé et couvert correctement la victime, le chef commande Pour le brancardage,... en position ! .
Au commandement Etes vous prêts ? , les équipiers secouristes s'accroupissent devant leur poignée, faisant face au brancard, cuisses écartées, le dos plat.
Ils saisissent la poignée à deux mains . En position, ils répondent Prêts ! .
Au commandement Attention pour lever...levez ! , les équipiers se relèvent le dos plat.
Au commandement Attention pour avancer ! , les équipiers secouristes pivotent d'un quart de tour vers l'avant (sens de la marche) une main tenant la poignée, l'autre libre (sauf pour l'équipier arrière dans le brancardage à 3) ; Avancez ! , les équipiers secouristes et le brancard avancent.
En cours de marche, les équipiers secouristes de l'avant annoncent tout obstacle dès qu'ils l'aperçoivent.
Pour arrêter le brancard, le chef commande Attention pour arrêter...arrêtez !
Pour reposer le brancard sur le sol, le chef commande « Attention pour poser !» ; les équipiers secouristes font face au brancard et reposent la main libre sur la poignée (sauf pour l'équipier secouriste arrière dans le brancardage à 3) ; « Posez ! » le brancard est descendu horizontalement et posé doucement au sol.
En utilisant un chariot brancard
Le brancardage d'une victime à 3 équipiers secouristes est plus facile en terrain plat avec un chariot brancard après avoir soulevé le chariot et déployé ses pieds.
Un équipier secouriste se place à l'arrière entre les hampes du chariot et le pousse tout en le dirigeant. Cette action est facilitée par la présence de roues pivotantes, au minimum à l'arrière du chariot. Les deux autres équipiers secouristes saisissent le chariot par les hampes avant pour faciliter sa progression et le maintenir..

Risques
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers doivent garder le dos plat et travailler avec les cuisses.
Le respect des ordres de brancardage permet une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute du brancard et de la victime.

Points clefs
- Le chef de brancard surveille la victime et les autres équipiers secouristes.
- Les ordres de brancardage sont audibles, clairs et justes.
- Le brancard doit être maintenu en position horizontale.
- Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.

brancardage 1 brancardage 2 brancadage 3

brancardage 4 brancardage 5

Franchir un obstacle à 3 équipiers

Le brancard est amené perpendiculairement à l'obstacle, tout contre celui-ci
Au commandement « Face au brancard ! », les deux équipiers secouristes avant font face au brancard en pivotant d'un quart de tour ;
L'avant du brancard est posé sur l'obstacle, l'arrière étant maintenu par le chef
Les deux équipiers secouristes avant franchissent, l'un après l'autre, l'obstacle puis, saisissent les poignées avant du brancard.
Au commandement « Envoyez ! » ils le font progresser jusqu'à ce que l'arrière du brancard touche l'obstacle;
L'arrière du brancard est posé sur l'obstacle, l'avant étant maintenu par les 2 équipiers secouristes ;
Le chef de brancard franchit à son tour l'obstacle, et vient saisir les poignées avant ;
Les 2 équipiers secouristes, sans lâcher le brancard, coulissent le long des hampes jusqu'au contact de l'obstacle ;
Au commandement « Envoyez ! », l'équipe dégage le brancard de l'obstacle ;
Au commandement « Attention pour poser...posez ! », le brancard est posé au sol ;
Chacun reprend sa place.
Risques
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers doivent garder le dos droit et travailler en fléchissant les genoux et les hanches.
Le respect des ordres de brancardage permet une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute du brancard et de la victime.
Points clefs
Le chef de brancard surveille la victime et les autres équipiers secouristes.
Les ordres de brancardage sont audibles, clairs et justes.
Le brancard doit être maintenu en position horizontale.
Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.

obstacle 1 obstacle 2

obstacle 3 obstacle 4

Franchir un obstacle à 4 équipiers

Dés qu'un des équipiers secouristes aperçoit un obstacle, il le signale.
Le brancard est amené perpendiculairement à l'obstacle, tout contre celui-ci
Au commandement « Face au brancard ! », les deux équipiers secouristes avant font face au brancard en pivotant d'un quart de tour ;
L'équipier secouriste arrière gauche passe entre les poignées et les soutient
Le chef de brancard qui était à l'arrière droit, reconnaît et franchit l'obstacle et se place de l'autre côté, face à l'avant du brancard. Les deux équipiers secouristes de l'avant restent sur place, tout contre l'obstacle;
Au commandement Envoyer ! , les deux équipiers secouristes avant font coulisser le brancard, soutenu par l'équipier secouriste arrière jusqu'à ce que le chef puisse saisir les poignées avant;
Les deux équipiers secouristes avant continuent à faire coulisser le brancard jusqu'au commandement « Halte ! donné lorsque la moitié du brancard a passé l'obstacle ;
Le brancard étant soutenu à l'avant et à l'arrière, les équipiers secouristes avant passent rapidement l'obstacle et se replacent contre lui de l'autre côté ;
Au commandement Envoyer ! , les brancardiers avant font coulisser le brancard jusqu'à ce que le brancardier arrière soit au contact de l'obstacle ;
Le brancard achève de franchir l'obstacle, soutenu par le chef à l'avant, et par les deux équipiers secouristes de côté. Il est arrêté à distance de l'obstacle ce qui permet au brancardier arrière de franchir l'obstacle à son tour et de venir se replacer entre les poignées arrière ;
Les brancardiers de côté reprennent leur place à l'avant ;
Le chef reprend alors sa place à l'arrière .
Même risques et points clefs qu'à 3 équipiers

brancardage-1brancardage-2brancardage-3brancardage-5

brancardage-6brancardage-7brancardage-8

Brancarder à travers un passage étroit

A proximité du passage étroit, le chef de brancard fait arrêter la progression du brancard;
Le chef de brancard demande aux équipiers secouristes de passer les uns après les autres à l'intérieur de la hampe du brancard sans la lâcher ;
A l'issue de cette manœuvre, les équipiers secouristes se retrouvent dos à dos à l'intérieur des hampes du brancard ;
Au commandement Avancez ! , les équipiers secouristes progressent en « pas chassés » au travers du passage ;
Une fois le passage étroit franchi, le brancard est à nouveau arrêté pour permettre à chaque équipier secouriste de reprendre sa position initiale.
Risques
Le brancard ne sera qu'exceptionnellement incliné sur le côté ; l'arrimage de la victime aura alors été vérifié.
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers doivent garder le dos droit et travailler en fléchissant les genoux et les hanches.
Le respect des ordres de brancardage permet une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute du brancard et de la victime.
Points clefs
Le chef de brancard surveille la victime et les autres équipiers secouristes.
Les ordres de brancardage sont audibles, clairs et justes.
Le brancard doit être maintenu en position horizontale.
Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.

passage-1 passage-2

Brancarder dans une pente ou un escalier

Dans une pente ou un escalier, le chef de brancard, après s'être assuré de l'arrimage de la victime au brancard, demande aux équipiers secouristes qui sont vers le bas de tenir les poignées à deux mains et de les relever jusqu'à la ceinture, la poitrine ou l'épaule de façon à maintenir le brancard en position horizontale.
A trois équipiers, il est nécessaire :
- Pour monter de mettre un équipier secouriste à l'avant et deux équipiers secouristes à l'arrière du brancard;
- Pour descendre de mettre deux équipiers secouristes à l'avant et un équipier secouriste à l'arrière du brancard
Risques
L'arrimage de la victime doit toujours être vérifié avant la manœuvre pour éviter toute chute de la victime.
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers secouristes doivent garder le dos droit et travailler en fléchissant les genoux et les hanches.
Le respect des ordres de brancardage permettent une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute du brancard et de la victime.
Points clefs
Le chef de brancard surveille la victime et les autres équipiers secouristes.
Les ordres de brancardage sont audibles, clairs et justes.
La position d'attente de la victime doit être respectée.
Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.

escalier-1 escalier-2

▷ Voir vidéo montée escalier (Pompiers 63)

▷ Voir vidéo descente escalier (Pompiers 63)


Cas particuliers

Suspicion d'une fracture du rachis

matelas4Il ne faut jamais plier la colonne en avant et transporter en saisissant sous les aisselles et les genoux.
Il faut un nombre suffisant de personnes pour mobiliser le blessé (à priori au moins 4).
La mobilisation doit se faire toujours en traction (tête-pieds ou tête-bassin) pour garder le rachis en rectitude (la tête, le cou et le tronc doivent être dans un même axe) avec en plus une légère traction de la tête par prise occipitale et mentonnière.
Après avoir maintenu le rachis par une légère traction, la coque arrière de la minerve est glissée sous le cou, puis la partie avant est fixée par des velcros ou des sangles.
Le matelas coquille est moulé et installé sur un brancard ou un plan dur.

▷ Voir fiche technique matelas

sangles▷ Voir fiche technique plan dur et immobilisateur tête

Arrimage d'une victime sur un brancard (Sanglage)

Dans les situations d'urgence et/ou les brancardages difficiles, des sangles de fixations sont utilisées.
Le sanglage doit rester exceptionnel.
ATTENTION : Les sangles ne doivent pas se trouver au niveau du thorax ni de l'abdomen et encore moins sur une lésion, une plaie. Les sangles ne doivent pas être trop serrées, elles servent uniquement au maintien de la victime sur le brancard.


 ▽△ Arrimage d'une victime PSE2 ▽△

 

arrimageinterieurRefermer le drap, la ou les couverture(s) sur la victime ;
Arrimer la victime au brancard par 3 sangles passant au niveau:
- de la partie supérieure du thorax (en passant au-dessus d'un bras et en dessous de l'autre) ;
- du bassin ;
- des cuisses, juste au-dessus des genoux.
Aucune sangle ne doit appuyer sur une blessure, sur le cou, sur la partie inférieure du thorax ou la partie supérieure de l'abdomen (ce qui gênerait la ventilation).

 




Installation dans l'ambulance

Préparation

Il faut vérifier que tout est prêt pour accueillir le patient:

Chargement

installationEn général le brancard coulisse le long de tringles horizontales, ce qui permet d'entrer facilement dans la cellule sanitaire.
Mais le malade ne doit pas être trop penché lors de l'introduction dans les rainures.
Le brancard est alors fixé, afin d'éviter les amplifications des défauts de suspension du véhicule.
La position idéale du brancard est centrale, permettant de tourner facilement autour du malade afin de le surveiller et de réaliser des gestes.
La mise en route est faite par le chef d'équipe avec ordre du type : " êtes-vous prêt" réponse des coéquipiers: "Prêt", puis tous les ordres se font sur le principe: " attention pour....Lever, Lever!
La plupart des brancards d'ambulance sont munis de roulettes. Le brancardage classique sera réduit donc au minimum.


 ▽△ Détail chargement victime dans une ambulance PSE2 ▽△

 

interieurPSE2

En utilisant un brancard sans chariot

Le brancard est chargé dans le véhicule :
- soit directement sur des rails placés au sol du véhicule ;
- soit sur un porte brancard fixe ou mobile.
Le brancard doit être verrouillé au sol ou au porte brancard.
La responsabilité de l'arrimage de la victime dans le moyen de transport et la fermeture des portes incombe au conducteur du véhicule.
Dans les ambulances dotées de deux brancards, le blessé le plus grave doit être le plus facilement accessible par les personnels d'accompagnement.

En utilisant un chariot brancard

Le chariot est chargé dans l'ambulance à 3 ou 4 équipiers.
A 3 équipiers secouristes, les 2 brancardiers qui maintiennent le chariot à la tête de la victime (équipiers « avant ») guident les roulettes de guidage dans les rails de l'ambulance.
Dés que le brancard repose en avant, l'équipier secouriste placé au pied libère les pieds avant du brancard en appuyant sur la poignée de commande.
Les équipiers secouristes avant aident les pieds avant du chariot à se replier et guident le chariot alors que l'équipier secouriste disposé aux pieds (équipier « arrière ») le pousse à l'intérieur de l'ambulance.
Lorsque le chariot est rentré des deux tiers dans l'ambulance, les équipiers secouristes « avant » soutiennent le chariot, alors que l'équipier secouriste « arrière » libère les pieds arrière du chariot et les replie pour terminer la manœuvre.
Une fois rentrée dans l'ambulance, les équipiers secouristes vérifient que le système de fixation du chariot est verrouillé et immobilisé.
En aucun cas, la manœuvre ne doit être réalisée à un seul équipier secouriste.
Le déchargement d'une victime d'une ambulance se fait exactement de manière inverse au chargement.

Risques

L'arrimage de la victime doit toujours être vérifié avant la manœuvre pour éviter toute chute.
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers secouristes doivent garder le dos droit et travailler en fléchissant les genoux et les hanches.
Le respect des ordres de brancardage permettent une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute du brancard et de la victime.

Points clefs

Le chef de brancard est placé au pied du brancard pour surveiller les autres équipiers et la victime.
Les ordres sont audibles, clairs et justes.
Le brancard doit être maintenu le plus possible en position horizontale.
Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.

transfert 1 transfert 2

transfert 3 transfert 4

 

 

Installation

Elle est variable, fonction de la maladie et de l'état de conscience. Mais en général repose sur 3 attitudes:

poche urineSonde urinaire

La poche à urine n'est pas posée entre les jambes du patient mais attachée en position basse (en dessous du malade) .
perfusionOn veillera à ce qu'elle ne tire pas sur la sonde.
On n'oubliera pas de rouvrir la sonde urinaire si elle a été clampée pendant le transfert.
Si possible, par pudeur, on recouvrera le tout d'un drap.

Perfusion

Elle est accrochée au "porte-sérum" à hauteur suffisante pour qu'elle coule correctement et que le sang ne remonte pas dans la tubulure.
On vérifiera que l'emplacement du cathéter est bien dégagé, sans articulation pliée.

Surveillance

Le brancard est maintenu toujours horizontal, transport tête en avant, le chef est situé à l'arrière.
Il surveille le visage du malade et peut donc intervenir à tout moment.

Répercussion du transport

Le transport (vitesse, vibrations, bruits...) retentit sur l'organisme.
Si on ne fait pas attention, il risque d'aggraver la situation clinique surtout en cas de détresse circulatoire.
Le matériel de secours qui est utilisé, ou susceptible d'être utilisé, pendant le transport doit être correctement fixé pour ne pas chuter ou devenir un projectile dangereux en cas de décélération brutale.

Déchargement

brancardagePour les accidentés, le mieux est d'installer le blessé sur le lit ou chariot d'urgence sans défaire le matelas coquille. Celui ci sera repris ultérieurement.
Les radiographies sont réalisées avec le matelas sans problème.
Sinon les mêmes techniques de ramassage seront employées en privilégiant la méthode à la cuiller: pendant que le malade est soulevé le brancard est retiré et remplacé par le lit.
Hélas le plus souvent le malade est brutalement déchargé à l'aide du drap s'il est solide Cette méthode n'offre pas toutes les garanties nécessaires et est à rejeter. On peut aussi utiliser une planche de transfert très pratique.
La manipulation des malades à l'hôpital est en général très mal réalisée. Il ne faut donc pas prendre exemple lors des stages.

Position couchée à la position debout

Si le malade peut marcher, il faut néanmoins faire attention, surtout chez les personnes âgées à la stabilité de son système cardio-vasculaire.
En effet le sang a brutalement du mal à remonter au coeur du fait de la pesanteur. Le système nerveux régule instantanément la tension artérielle.
il y a risque de malaise, flou visuel, vertiges, bradycardie voire brève perte de connaissance.
Chez une personne âgée, déshydratée, sous traitement anti hypertenseur ou autre traitement (sédatif, tranquillisant, somnifère...) la tension peut chuter brutalement entraînant un malaise.
Attention au patient longtemps alité
On parle d'hypotension orthostatique.

Le passage de la position couchée à la position debout doit se faire progressivement voire pas du tout au moindre doute.

Attention

  • à l'hypotension orthostatique de la personne âgée

Résumé

Points clefs

  • Protéger --> Alerter --> Secourir (P.A.S.)
  • Premier geste: Protéger
  • Rassurer, expliquer, participer
  • Aucune précipitation
  • Une mauvaise manipulation risque d'entraîner des douleurs et aggraver les lésions
  • Préférer un transfert sans prendre le drap en dessous
  • Utiliser un plateau de transfert
  • Toujours demander la participation du malade si possible
  • Travailler en équipe avec coordination
  • La relève doit être douce et sans à-coup
  • Toujours fixer le brancard avant le transport
  • Pas de matériel souple pour les suspicions de fracture du rachis
  • Si l'état circulatoire n'est pas bon, le fait de pencher le brancard est dangereux
  • Maintenir toujours la position horizontale chez une personne qui saigne
  • Matelas coquille dans un environnement difficile
  • Perfusion en hauteur, jamais clampée
  • Poche urinaire arrimée en dessous, sans traction
  • Chaise transport
    • uniquement passage difficile
    • personne doit supporter position assise

Répertoire

  • Recopier et définir les mots suivants :
    • transfert, relevage
    • hypotension orthostatique
    • Proclive: Tête en haut, pieds en bas
    • Déclive : Tête en bas, pieds en haut
    • Décubitus ventral, dorsal, PLS
    • Brancard , civière

Compétences à acquérir

  • Les gestes et postures sont adaptés à l'état de santé de la personne
  • Le matériel est choisi de façon correcte
  • Les méthodes de manutention pour le transfert ou le transport de la personne sont appliquées

Objectifs

  • Installer le patient en tenant compte de ses besoins, de sa pathologie, de son handicap, de sa douleur et des différents appareillages médicaux
  • Identifier et appliquer les principes de manutention lors des mobilisations, des aides à la marche et des déplacements

 


△ Retour début page Suite prise en charge ▷
◁ Retour vers menu cours aux Direct vers Accueil ▷
◁ Retour vers menu cours DEA  

Menu | Cours AFGSU | Aux | DEA | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim