precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Arrêt cardiaque : MCE, défibrillation, insufflation...

reaGDS, auxiliaire ambulancier

Avertissement :

  • Pour des raisons pédagogiques, chaque technique de réanimation est étudiée séparément SANS HIERARCHIE
  • L'ordre des gestes suivants a été abordé à la page précédente
  • Les techniques sont sensiblement différentes pour le témoin et le professionnel que vous êtes.


Massage cardiaque externe (C: Circulation)

Une seule et unique indication : l'arrêt circulatoire.

Insufflation et/ou MCE ?

Puisque le cœur et la respiration sont liés, le MCE était toujours associé à la ventilation, en privilégiant le cœur qui est prioritaire.
Actuellement on préconise le MCE immédiatement sans ventilation artificielle au début, surtout si la perte de connaissance est brutale.
Le seul MCE sera suffisant sans ventilation artificielle pendant 4 minutes puisque nous avons accumulé un peu d'oxygène d'avance.
Cette attitude est celle enseignée pour le grand public. Libre à vous, si vous êtes 2, et que défibrillateur et insufflateur sont prêts d'associer rapidement MCE+défibrillation et insufflation.


 ▽△ Affiche principes du MCE

 

consignes mce

 


Position

mce 1plan dur mceLe patient est placé sur un plan dur et plat ou par terre.

A l'hôpital une planche en bois est interposée entre le malade et le matelas.

On se met à genoux ou on reste debout à coté du sujet, tout près de son thorax.

               

On recherche la jonction des arcs costaux inférieurs avec le sternum puis on repère l'appendice xiphoïde.

mce 2            mce 3       


 ▽△ Affiche repérage de la zone d'appui

 

mce position mains

 


mce 5La paume de la main est appliquée au niveau de la partie supérieure du 1/3 inférieur du sternum, perpendiculairement à l'axe du sternum.
Les pointes des doigts sont orientées du coté opposé.
Les doigts sont étendus et légèrement fléchis, ceux de la main supérieure sont également en extension  

  mce 6        mce 7  

Info

  • Pour le grand public, pour gagner du temps on demande de compresser « au milieu du thorax » sans autre précision

 

mce 9mce 10Les coudes en extension, on se penche sur le patient de façon à ce que ses épaules se situent à la verticale du point de compression sternale.

C'est la paume des mains (talon) qui appuie sur le sternum.

L'appui sur le thorax est srtictement sur la ligne médiane, JAMAIS sur le côtes.

         

Ce sont les épaules qui transmettent la force principale, son poids de haut en bas, perpendiculairement au sternum par intermédiaire de ses bras tendus.

Tout balancement d'avant en arrière du tronc du sauveteur doit être proscrit, les coudes ne doivent pas être fléchis, les bras sont bien tendus.

          mce 12    mce 11      mce 13


 ▽△ Affiche : Position des mains

 

mce conseil

 


mce 15Réalisation

Une pression ferme mais souple, non brutale est appliquée de façon à ce que le sternum se déplace vers le bas d'au moins 5 cm sans aller au delà de 6 cm, en direction du rachis.
Elle est maintenue, les bras tendus, de façon à ce que le sternum reste comprimé pendant un court instant, puis les épaules sont relevées sans pour autant bouger les mains. Le sternum revient à sa position initiale.
La pression doit être relâchée complètement (le talon de la main qui a comprimé doit rester en place ou très légérement décoller du thorax.
Grâce à une position strictement perpendiculaire, on évite, en principe de casser des côtes.
Il faut surtout bien respecter la période de relaxation après chaque compression.

Info

  • Pour le grand public: "appuyer aussi fort que l'on peut"

Coordination

mce et vaLes phases de compression et de relaxation doivent avoir la même durée.
La méthode consiste à compter de la manière suivante: « et 1 -et 2 - et 3...» en comptant ainsi « et» représente la phase de relaxation, «1» la phase de compression.

Pour le premier témoin d'un arrêt d'origine cardiaque, pas d'insufflation pendant 3-4 mn en attendant le défibrillateur

Pour l'ambulancier si le ventilateur est à porter de main:

30 MCE sont pratiqués d'emblée puis ensuite 2 insufflations.

Le rythme des compressions est d'au moins 100 par mn sans dépasser 120 /mn.
Le ratio entre les compressions et la ventilation est de 30/2.
La durée des 2 insufflations est inférieure à 5 secondes.

 ▽△ Affiche temps de compression

 

mce temps


Efficacité

Le pouls carotidien est palpé afin de vérifier l'efficacité du MCE, puis pris régulièrement sans MCE, toutes les 2 -3 mn afin de vérifier s'il y a une reprise de l'activité du cœur.
Il y a recoloration de la peau, diminution de la mydriase, voire retour de la conscience.
L'analyse régulière du pouls carotidien ne semble plus l'élément essentiel de la surveillance surtout pour un témoin.
On recommande de remplacer le sauveteur toutes les minutes afin de limiter la fatigue source d'inefficacité.

Durée

Il sera poursuivi jusqu'à l'arrivée des secours spécialisés et/ou du défibrillateur.
Il sera d'autant plus efficace que le délai de mise en route est bref.
Des survies (sans séquelles) sont possibles audelà de 30 mn.
▷ Voir brève sur le blog (Survie à 45 mn de MCE)

Risques

Une mauvaise position des mains, une compression thoracique trop forte ou non verticale peuvent entraîner des lésions graves du thorax (fractures de côtes) et des poumons (contusion) chez la victime et peuvent compromettre sa survie.

▷ Voir fiches


▽△Résumé en affiche

 

organigramme MCE


 

Cas particulier : enfant (1 à 8 ans)

mce-adolescentChez l'enfant, la conduite à tenir devant un arrêt cardiaque diffère de celle l'adulte, car la cause la plus fréquente est un arrêt de la respiration.

Le thorax doit reprendre sa dimension initiale après chaque compression qui doit impérativement être relâchée complètement (le talon de la main qui comprime se décolle légèrement du thorax) pour que l'efficacité des compressions thoraciques soit maximale, afin de permettre au coeur de bien se remplir de sang.

Cas particulier: Nourrisson (<1 an)

Défibrillation (D)

dae 1Une indication : l'inefficacité circulatoire, principalement par mort subite.

Attention

  • Le choc électrique doit être administré dans les 5 minutes suivant l'inefficacité circulatoire.
  • Ensuite les chances de survie diminuent de 10 % par minute.

La fibrillation ventriculaire est une contraction anarchique des muscles du coeur dont la conséquence est l'inefficacité circulatoire. Elle est brutale d'où le terme de mort subite.
Les défibrillateurs sont capables de la reconnaitre.
Pour le modèle automatique (D.EA.) il délivre, après avertissement le choc électrique, pour le semi-automatique il faut appuyer sur un bouton.


Rappel sur les défibrillateurs

 

dae logoLe défibrillateur est un appareil sur batterie qui permet à l’aide de 2 grosses électrodes appliquées sur la poitrine, d’analyser l’activité du cœur de la victime.
Le décret n° 2007-705 du 4 mai 2007 autorise l’usage du défibrillateur automatisé  à toute personne, même non médecin.
Il est capable de :

  • analyser l'activité électrique du coeur de la victime
  • reconnaître une éventuelle anomalie du fonctionnement électrique du coeur à l'origine de l'arrêt cardiaque
  • se charger automatiquement
  • délivrer (défibrillateur entièrement automatique)

De nombreux lieux publics sont équipés afin de pouvoir réagir au plus vite en cas d’arrêt cardiaque.

▽△ L'appareil

 

dae 6defi5electrodes defIl est composé de :

  • bouton marche
  • écran donnant les instructions
  • haut-parleur informant sur les actions à réaliser
  • prise pour fils et électrodes

Les accessoires :

  • mémoire interne enregistrant tracés et actions faites
  • électrodes à usage unique, autocollantes avec gel conducteéur (dans un emballage hermétique)

 

▽△ Entretien

L'appareil fait des autotests périodiquement.
La batterie de l'appareil doit être vérifié car l'appareil est toujours en mode veille.
La date est contrôlée.
Electrodes en place, sachet hermétique et non plié

▽△ Après usage

 

Nettoyer l'appareil selon les règles d'hygiène
Vérifier son bon fonctionnement
Remplacer les accessoires utilisés comme les électrodes

 

▷ Voir Liste défibrillateurs en France

Mode d'emploi

Il est simple. Il faut défibriller le plus tôt possible (avant 5 mn) avec ou sans MCE préalable. On pose 2 électrodes autocollantes de tel sorte que le cœur se trouve sur le passage du courant. MCE est pratiqué avant et après selon les protocoles.

Avant

Si l’appareil n’est hélas pas à disposition immédiate, on pratique en attendant la réanimation cardiorespiratoire classique.
Par contre s'il est disponible on recommande depuis 2010 son utilisation immédiate sans MCE préalable.
Il faudra interrompre le moins longtemps possible le MC.E. pendant la défibrillation.
2 mn de MCE avant le choc sont recommandés surtout pour les prises en charge tardives, après donc plus de 5 mn sans réanimation.
Certains préconisent 200 MCE avant le choc. (?). D'autres dès qu'il est disponible.
Sur les modèles d'avant 2003, il faut plus d'une minute pour le mettre en route d'où dans ce cas le MCE obligatoire avant.

Pose des électrodes

Durant toute cette préparation, si vous êtes 2, la RCP est poursuivie jusqu'à la délivrance du choc.
Il faut installer le défibrillateur près de la victime, puis mettre en marche l'appareil et écouter les consignes de l'appareil
Le thorax est dégagé.

dae 6Le cœur doit se trouver sur le passage du courant.

trtajet defibrillation  defi electrodes

electrodes defPlusieurs accessoires sont joints au dae dont :

La peau est essuyée pour avoir un contact sec.
Le mieux est d'utiliser des électrodes autocollantes.
dae 7Elles sont sorties de leur emballage,  et on enlève la protection.On les colle fermement (éviter les bulles).
On positionne les électrodes, le plus simple est :

On peut aussi surtout chez une personne très forte (obèse), placer une électrode dans le dos et l'autre au milieu du thorax.

A l'hôpital, on utilise un défibrillateur manuel avec des grosses électrodes tartinées de pate ou des électrodes à usage unique.

dae 5     defibruillation hopital       electrodes defibrillateur          

                

choc electriqueDélivrance ou non du choc électrique

On arrête la réanimation puis il faut appuyer sur le bouton d’analyse de l’appareil.
On demande à tout le monde de s’écarter.
Si l’appareil confirme, on fait la défibrillation.
La victime peut avoir un soubresaut.

Après

On reprend immédiatement le M.C.E. pendant 2 mn.
Pour les professionnels, on vérifie le pouls carotidien à la fin de la 2 ème mn.
Si le choc a été efficace, le pouls réapparaît ainsi que la respiration.
S’il n’y a toujours rien on peut renouveler 2 autres fois le choc.
En cas d’échec, on poursuit la réanimation cardio-respiratoire en attendant les secours qui ont été prévenu dès le départ.

Les données sont transmises:


 ▽△ Instructions pour l'utilisation du DAE

 

def1-PSC1Mettre le défibrillateur en fonction en appuyant sur le bouton marche/ arrêt.
Suivre impérativement les indications vocales et/ou visuelles données par l'appareil.
Elles permettent de réaliser les différentes opérations plus rapidement et en toute sécurité 􀁸 Le DAE demande de mettre en place les électrodes et de les connecter

Connecter les électrodes
  • Enlever ou couper, à l'aide d'une paire de ciseaux, les vêtements recouvrant la poitrine de la victime si nécessaire (fig 1)
  • Sortir les électrodes de leur emballage (fig. 2)
  • L'une après l'autre, enlever les pellicules de protection et coller chaque électrode, en appuyant fermement, sur le thorax nu de la victime).
    La position des électrodes doit être conforme au schéma visible sur les électrodes ou sur leur emballage (fig 3)
  • Si la poitrine de la victime est humide ou mouillée, la sécher en utilisant les compresses ou le papier absorbant.
  • Si la poitrine de la victime est particulièrement velue, raser la zone où les électrodes seront collées (en utilisant le rasoir jetable fourni dans le pack).

2-def-PSC1

Fig 1: Mettre à nu le thorax

electrodes def

Fig 2 : Sortie les électrodes

position electrodes def

Fig 3 : Bien positionner électrodes

 

Une fois connecté, le défibrillateur effectue une analyse du rythme cardiaque
  • Le DAE lance l'analyse du rythme cardiaque et demande de ne pas toucher la victime
  • Respecter les recommandations sonores et éventuellement visuelles de l'appareil
  • S'assurer que personne ne touche la victime lorsque l'appareil analyse le rythme cardiaque car tout mouvement de la victime pendant cette période peut fausser l'analyse.
choc defSi le choc est nécessaire
  • Le DAE annonce qu'un choc est indiqué et demande de se tenir à distance de la victime
  • S'assurer que personne ne touche la victime ; pour cela, le sauveteur annonce à haute voix : « écartezvous ! »
  • Laisser le DAE déclencher le choc électrique ou appuyer sur le bouton « choc » clignotant quand l'appareil le demande
Le DAE délivre le choc
  • Débuter ou reprendre sans délai les manoeuvres de réanimation cardio-pulmonaire en commençant par les compressions thoraciques.
  • Ne pas retirer les électrodes de défibrillation
  • Continuer à suivre les recommandations de l'appareil.
Si le choc n'est pas nécessaire

Le DAE propose de réaliser les manoeuvres de RCP :

  • Débuter ou reprendre immédiatement les manoeuvres de réanimation cardiopulmonaire en commençant par les compressions thoraciques, ne pas retirer les électrodes de défibrillation
  • Continuer tout en suivant les recommandations du défibrillateur
  • Le défibrillateur peut demander d'arrêter la RCP pour réaliser une nouvelle analyse ou demander de rechercher des signes de vie
  • Continuer à suivre les recommandations du DAE jusqu'à l'arrivée des secours
Apparition de signes de vie
  • Impose l'installation de la victime en PLS
  • la surveillance permanente de sa respiration

Le défibrillateur automatisé externe doit rester allumé et en place.
En aucun cas, le sauveteur ne doit retirer les électrodes de la poitrine de la victime et/ou éteindre le défibrillateur automatisé externe

defibrillation

defibrillation organigramme

 


Situations particulières

Entretien de l'appareil

L'appareil fait des autotests périodiquement.
La batterie de l'appareil doit être vérifié car l'appareil est toujours en mode veille.
La date est contrôlée.
Electrodes en place, sachet hermétique et non plié

Après usage

Nettoyer l'appareil selon les règles d'hygiène
Vérifier son bon fonctionnement
Remplacer les accessoires utilisés comme les électrodes

Enfant

La hiérarchie des gestes de secours est différente car l'origine de l'arrêt circulatoire est rarement cardiaque mais plutôt respiratoire (anoxique) ou accidentelle.
Son intêret est plus limité.
Il n'est jamais utilisé chez un nourrisson <1 an.
La DAE chez l'enfant doit être réalisée avec des appareils adaptés (électrodes enfant, commande enfant…)
Cependant, dans un but de sauvetage, si le sauveteur se trouve en présence d'un enfant en arrêt cardiaque et qu'il a en sa possession seulement un DAE « adulte », il pourra l'utiliser.
Dans tous les cas, avant de mettre en oeuvre le DAE, le sauveteur réalisera 5 cycles de RCP.
La conduite à tenir est ensuite identique à celle de l'adulte.
La position des électrodes collées sur la poitrine de l'enfant doit être conforme aux schémas du fabriquant. Toutefois, chez le petit enfant ou si l'on utilise des électrodes adultes, le sauveteur placera une électrode en avant au milieu du thorax et l'autre au milieu du dos.

▷ Voir fiche dae ( grand public, PSC1)
▷ Savoir+ sur la défibrillation

airway 3Liberté des voies aériennes (A: Airway)

En dehors de la déobstruction des voies aériennes lors d'une asphyxie totale (repas + détresse + pas de voix), la LVA est associée à la ventilation artificielle.
Elle ne doit pas retarder le MCE et/ou la défibrillation. Elle est donc pratiquée APRES.

- Pour faciliter la respiration, on dessere toute ce qui peut géner la respiration : ceinture, cravate...
- Bascule de la tête en arrière

Savoir + : Liberté des voies aériennes (Niveau DEAmbulancier)


▽△ Rappel des gestes de LVA

 

Faciliter la respiration

Desserer toute ce qui peut géner la respiration : ceinture, cravate...

Bascule de la tête en arrière (en hyperextension)

airway 7airwayAprès avoir dégrafer rapidement tout ce qui peut gêner la respiration (col, cravate, boucle de ceinture et bouton du pantalon)

Une main est appliquée sur le front, l'autre sous la nuque soulevant le cou .

Ainsi la tête bascule en arrière, la bouche s'ouvre légèrement, éloignant la langue de la paroi postérieure du pharynx.

Ouvrir la bouche de la victime avec la main qui tient le menton.
Retirer les corps étrangers visibles à l'intérieur de la bouche de la victime avec la main qui était sur le front, y compris les prothèses dentaires décrochées, sans toucher à celles qui sont restées en place.

Elle ne sera pas appliquée à un accidenté.
Dans ce cas, pour éviter tout mouvement de la colonne vertébrale, on utilisera que la deuxième partie: la subluxation de la machoire.

Cas particulier du nourrisson:
Sa configuration anatomique étant un peu différente, l'hyperextension doit rester très modérée car une bascule trop forte vers l'arrière peut au contraire aggraver l'obstruction.

Menton tiré vers l'avant

mentonPlacer 2 ou 3 doigts de l'autre main juste sous la pointe du menton, en prenant appui sur l'os et non dans la partie molle du menton, pour l'élever et le faire avancer.
On peut éventuellement s'aider du pouce pour saisir le menton.

Subluxation de la machoire (Savoir +)

lva1Autre méthode plus "technique".
airway7Les 2ème, 3ème, et 4ème doigts de chaque main, repliés en crochet, sont placés sous la mâchoire, bien appliqués sous l'os et non dans la partie molle du menton.
Ils tirent en avant. C’est douloureux. 
Un patient qui ne réagit pas à cette manœuvre est forcément dans le coma.
La projection en avant de la mâchoire, éloigne la langue de la paroi postérieure du pharynx.
Si la manoeuvre est bien appliquée, les incisives inférieures sont légèrement en avant par rapport aux incisives supérieures.
On peut s'aider de l'appui des coudes sur le sol.
On peut en profiter pour ouvrir la bouche et retirer un corps étranger immédiatement visible comme un dentier.

 

airway 6



B : Ventilation artificielle (Breathing)

insufflation2 indications : l'arrêt respiratoire isolé (rare) et l'arrêt cardiaque (toujours associé à un arrêt respiratoire).
Elle consiste à insuffler de l'air (si possible enrichi en oxygène) dans le thorax tout en regardant le thorax se soulever.
Pour l'arrêt cardio-respiratoire brutal on préconise le massage cardiaque puis la défibrillation en premier d'autant que peu de personne ose faire du bouche à bouche et le matériel de ventilation manuelle de premier secours est rarement à disposition immédiatement.

Insufflation

L'insufflation se fait à l'aide d'un Ambu composé d'un masque, d'une valve unidirectionelle et d'un ballon autoremplisseur.

Revoir matériel

ambu

Il comprend :

  • masque
  • filtre
  • valve unidirectionelle
  • ballon auto-remplisseur
  • ballon réservoir et entrée pour oxygène

Ce matériel pour être efficace doit être complet, en état de marche 24 h/24 et disponible immédiatement.

▽△ Les masques et filtres

 

masquemasquemasqueIl est de forme triangulaire. (circulaire pour le nourrisson)
Le sommet est appliqué contre le nez, sa base sur le menton.
Un bourrelet permet d'obtenir une étanchéité parfaite grâce à une bonne application sur le visage.
Il existe différentes tailles de 0 à 5 (4 est la plus usuelle).
L'orifice supérieure est de taille universelle s'adaptant aussi bien à un filtre ou à la valve.

Nouveau-né Nourrisson Jeune enfant Adolescent Adulte
00-0 1 2 3 4-5


Ils sont, si possible, transparents et à usage unique, afin que l'on puisse surveiller l'apparition d'une cyanose ou de vomissements.                 

filtreFiltre échangeur de chaleur et d'humidité

L'oxygène administré est froid et sec. Il est intéressant d'interposer entre le masque et la valve un filtre.
En plus de générer de la chaleur et d'humidité, il est antibactérien.
Il est indispensable si le ballon n'est pas à usage unique.

▽△ Valve unidirectionnelle

 

valve surpressionElle  permet de séparer l'air inspiré de l'air expiré, sinon le gaz carbonique serait stocké dans le ballon puis réinsufflé.
Avant utilisation il faut vérifier que la valve est bien montée.
Chez l'enfant, la valve est munie d'un dispositif de surpression.

valve                            valve 2

 

insufflateur 1                 insufflateur 2

Quand la main du secouriste exerce une pression sur le ballon, le gaz contenu est insufflé dans les poumons de la victime car la pression du ballon bloque la valve d'admission.
Les sorties de valve ou embouts sont maintenant standard évitant de mettre le ballon à la place de la valve !
En dehors du masque on peut aussi brancher directement une sonde d'intubation, de trachéotomie.
Rappelons qu'il est préférable d'interposer un filtre.

 Attention

  • si on donne de trop gros volumes, la valve peut se bloquer

▽△ Ballon auto-remplisseur

 

pack ambuambu 3ambu 7ou B.A.V.U. (Ballon Autoremplisseur à Valve Unidirectionnelle )
Il stocke le mélange air enrichi en O2.
Sa contenance est de 1 à 1,6 l (500ml pour celui pour l'enfant)
La pression manuelle sur le réservoir insuffle le mélange dans les poumons.
D'un volume de 1 à 1,8 litres chez l'adulte et qui reprend automatiquement sa forme quand on cesse d'appuyer sur lui.
Il existe en fonction du volume du ballon plusieurs modèles destinés à l'enfant (0,5 litre) et au nourrisson (0,3 litre).
Il y a une entrée latérale pour l’O2.

Le modèle le plus connu est l'insufflateur "AMBU"® (nom de la marque)
(C'est comme on dit frigidaire, une marque, pour réfrigérateur)
On peut stocker tout le matériel nécessaire dans un pack près pour l'emploi.
Il existe aussi des ballons à usage unique, conservé dans un emballage soudé.
Pourquoi auto-remplisseur ?
Parce que lorsqu'on appuie pour insuffler, il reprend ensuite sa forme. Ce qui est pratique mais à un INCONVENIENT: si on ballone avec des fuites le ballon n'est jamais plat. Il faut donc TOUJOURS vérifier que le thorax se soulève.
A l'hôpital il existe en anesthésie, des ballons plats qui se gonflent uniquement si l'ensemble est étanche.

▽△ Ballon réservoir et oxygène

ambu

Il permet d'augmenter la concentration d'oxygène jusqu'à 100 %.
Pendant l'insufflation, le ballon réservoir continue de se remplir et accumuler de l'oxygène.

Entrée d'oxygène

L'ambu est relié au débilitre de la bouteille présence par un tuyau flexible et long.

Attention le débit ne doit pas être trop important.

 

▽△ Après usage

 

La valve est démontée et trempée dans un antiseptique puis remontée.
L’insufflateur est nettoyé, séché et désinfecté.
Le filtre antibactérien  et le ballon à usage unique sont jetés avec les déchets de soins.

Stockage du matériel

On veillera à :

  • ne pas comprimer ou écraser le ballon
  • le préserver des chocs
  • préserver son sac de protection de toute altération extérieure
  • toute altération du bourrelet du masque doit faire changer de masque
▽△ Insufflateur pédiatrique

 

valve-surpressionambu-pediatrieOn utilise un ballon de ½ l ou 500ml chez l'enfant et de 300 ml chez le nourrisson.
Le faible volume à insuffler est celui qui entraîne un soulèvement thoracique visible.
La compression du ballon est rapide et faible.
Le ballon est muni d'une valve de surpression.
Chez le tout petit, la partie inférieure du masque est introduite dans la bouche entre les dents et les lèvres.

 

airway 9On l’utilise uniquement s'il est à porter de mains, sinon, il faut pratiquer le bouche à bouche en attendant l'appareil.

insufflationLe sauveteur se place à la tête de la victime.
Choisir un masque de taille adaptée et le connecter à la pièce en T de l'insufflateur
De la main gauche, on bascule la tête en arrière tout en luxant la mâchoire, en plaçant les 3ème, 4ème et 5ème doigts sous le menton.
Le sommet du masque est appliqué sur l'arête du nez et la base du triangle englobe la bouche jusqu'au menton.
L'index et le pouce seront placés autour du masque afin de le maintenir appliqué sur la face. (Le pouce devant, l'index derrière).
Donc le pouce de la main qui maintient le masque sur sa partie étroite au dessus du nez de la victime, exercer une pression.
L'index se place sur la partie large du masque (au-dessus de la lèvre inférieure de la victime) alors que les autres doigts viennent se placer en crochet sous le menton et le tirent vers le haut pour l'appliquer contre le masque et maintenir les voies aériennes de la victime libres.
En finalité, le pouce exerce une pression vers le bas alors que les autres doigts exercent une traction du menton vers le haut.
Cette saisie du masque et du menton de la victime sous forme de « pince » de la main du secouriste est l'élément essentiel qui permet d'assurer l'étanchéité du masque sur le visage de la victime tout en maintenant les voies aériennes libres.
De la main droite, le sauveteur exerce sur le ballon des pressions suffisantes pour soulever le thorax.

On préconise de plus en plus de faibles volumes (500 ml) avec une fréquence basse (10 à 12 par mn) soit 1 seconde par insufflation ( au lieu de 2 sec.), soit la moitié du ballon.

Le mieux est d'arrêter dès que la poitrine commence à se soulever.
Si une bouteille d’oxygène est à disposition, le débitlitre est ouvert à 9-12/mn.

va 2           va 3       va 5        va 6

La difficulté de cette technique est liée à la nécessité :

Cette technique requiert un entraînement régulier.

 Astuces

  • Le maintien du masque sur la face sans fuite et avec une LVA n'est pas facile.
  • Il y a 2 mouvements contradictoires:
    • appuyez fort sur le masque pour être étanche, donc en flexion
    • basculer la tête en extension
  • Avec un bon entraînement, on arrive à concilier les 2 objectifs

Risques

L'insufflation ne doit pas être trop brève ni trop brutale au risque d'ouvrir l'oesophage et d'insuffler de l'air dans l'estomac de la victime.
Cette insufflation d'air dans l'estomac entraînerait un reflux du contenu gastrique dans le pharynx puis dans les poumons.
Si au cours de la ventilation artificielle une victime présente un vomissement, il faut immédiatement interrompre la ventilation, tourner la victime sur le coté, dégager aux doigts les débris alimentaires solides et volumineux, aspirer les liquides de la bouche de la victime, si un aspirateur est disponible, puis la remettre sur le dos avant de reprendre la ventilation artificielle.
Si le coeur n'est pas arrêté, on peut ventiler en pls.

Evaluation

La ventilation artificielle est efficace lorsque on obtient un début de soulèvement de la poitrine de la victime à chaque insufflation.

Après usage

La valve est démontée et trempée dans un antiseptique puis remontée.
L’insufflateur est nettoyé, séché et désinfecté.
Le filtre antibactérien  et le ballon à usage unique sont jetés avec les déchets de soins.

Savoir + :

▷ Ventilation artificielle (Niveau DEAmbulancier)
▷ Insufflateur
(Niveau DEAmbulancier)
▷ Fiche ventilation artificielle (Niveau DEAmbulancier)


▽△ Plaquette insufflation

 

breathing


 

Ventilation artificielle enfant et nourrisson

valve-surpressionambu-pediatrieLes techniques et les points clefs de la ventilation artificielle chez l'enfant sont identiques à celles de l'adulte.
Cependant, le volume d'air insufflé pour entraîner un soulèvement de la poitrine est moindre.

Chez l'enfant, on utilise un insufflateur plus petit,de ½ l ou 500ml chez l'enfant et de 300 ml chez le nourrisson.
Le ballon est muni d'une valve de surpression.
va-enfantLe faible volume à insuffler est celui qui entraîne un soulèvement thoracique visible.
La compression du ballon est rapide et faible.
Chez le tout petit, la partie inférieure du masque est introduite dans la bouche entre les dents et les lèvres.

bab 1La fréquence est de 20 /mn et 30-40 chez le nourrisson

Bouche à bouche

L'insufflation de la victime se fait par le gaz expiré du sauveteur.

▷ Voir fiche technique


▽△ Détails du bouche à bouche

 

Principes

 

En effet, à la fin de l'inspiration, le sauveteur a encore de l'O2 dans les voies aériennes. C'est l'espace mort.
Il peut donc le donner en soufflant dans la bouche du malade.

Aucune  transmission du virus du SIDA par la salive seule, en l'absence de sang, n'a été démontrée. Néanmoins il est préférable de s'aider d'un embout buccal.

Technique

Utilisation d'un masque ou écran facial

Pour des raisons d'hygiène, il est préférable d'interposer une protection entre le sauveteur et la victime.
Le masque est de forme triangulaire, transparent avec un filtre.
L'écran est un simple film plastique troué au centre d'une toile perméable à l'air.

Position et préparation

bab 6On est à genoux à coté de la tête du patient.
La tête est placée en arrièrec omme pour la technique de libération des voies aériennes , le maxillaire est tiré en avant, la bouche fermée.
Pincer le nez de la victime entre le pouce et l'index, tout en maintenant la bascule en arrière de la tête avec la main qui est placée sur le front.
Le pincement du nez empêchera toute fuite d'air par le nez lors des insufflations
Ouvrir légèrement la bouche de la victime en utilisant l'autre main et maintenir le menton élevé

Insufflation

Inspirer normalement, pas trop profondément, sans excès
bab 2La pression ferme autour de la bouche de la victime empêchera toute fuite d'air durant les insufflations
Insuffler son air expiratoire, progressivement jusqu'à ce que la poitrine de la victime commence à se soulever (durant 1 seconde environ)
Se redresser légèrement afin de reprendre son souffle
Vérifier l'affaissement de la poitrine de la victime
insuffler une seconde fois dans les mêmes conditions.

La durée de réalisation de ces deux insufflations successives ne doit pas excéder 5 secondes.
La réalisation rapide des manoeuvres d'insufflation permet de ne pas retarder la reprise des compressions thoraciques.

Observation de l'insufflation et de l'expiration

bab 3On observe le bon soulèvement du thorax du patient.
L’oreille à 20 cm au dessus des narines, permet d’entendre le bruit produit par le passage de l’air expiré.
En même temps on prend une nouvelle inspiration. La tête est maintenue en position. 

Coordination des cycles ventilatoires

On doit maintenir, en théorie, une ventilation stable avec des volumes d’environ 500-800 ml et une fréquence correcte.
On préconise une fréquence et des volumes plus faibles.
La durée de l'insufflation sera de 1 seconde. (au lieu de 2 dans les recommandations précédentes).
L’insufflation dure jusqu’au soulèvement du thorax, soit une seconde environ.  

De gros volumes risquent de gonfler l’estomac, surtout si les voies aériennes ne sont pas correctement libérées.
Le secouriste se fatigue inutilement et peut avoir des picotements dans la figure et les mains voire faire une crise de tétanie.

Chez l'enfant le bouche à nez est préférable, avec un rythme d'environ 30-40 / mn.     

Efficacité

Les signes d'une bonne ventilation artificielle sont la recoloration du patient avec le soulèvement et abaissement du thorax, et l'issu d'air pendant l'expiration passive du patient.

Si le ventre ou la poitrine de la victime ne se soulève pas lors des insufflations :

  • s'assurer que la tête de la victime est en bonne position et que son menton est élevé
  • s'assurer qu'il y a une bonne étanchéité et pas de fuite d'air lors de l'insufflation
  • rechercher la présence d'un corps étranger dans la bouche. Le retirer avec les doigts, si nécessaire.

Bouche à bouche et MCE    

L’insufflation préalable n’est plus enseignée.
En l'absence de pouls carotidien, il faut pratiquer M.C.E. puis défibrillation.
Si l'arrêt se prolonge et en l'absence de matériel débuter le bouche à bouche.
L'alternance est de 30 compressions pour 2 insufflations

Enfant

La fréquence respiratoire est de 30 à 40 /mn

babouche-nouveau neL'insufflation se fait en entourant de la bouche du sauveteur, le nez et la bouche de l'enfant.
L'efficacité se traduit par les mouvements du thorax et l'issue d'air à l'expiration passive.

Chez le nourrisson

La technique est sensiblement la même que pour l'adulte ou l'enfant. Toutefois, il convient de :

  • placer la tête du nourrisson en position neutre, menton élevé
  • englober avec la bouche à la fois la bouche et le nez de la victime
  • insuffler des volumes d'air sensiblement moindres que pour l'enfant

breathing

 

 


 

Matériel complémentaire

Canules oropharyngés

▷ Canule et langue (Niveau DEAmbulancier)

3 parties

Elle facilite l'insuflation en garantissant un bon passahe de l'air au niveau du pharynx

canule 2canule 1canule 3Elle comprend 3 parties :

  • une partie ronde (collerette), qui reste à l'extérieur de la bouche, se collant aux lèvres
  • une courte partie droite et dure, que les dents ne peuvent pas mordre !
  • une partie courbe, épousant la forme de la langue

Elle est traversée dans son centre par un passage suffisant pour laisser passer l'air de la respiration (air way: le passage de l'air en anglais).

▽△ Longueur variable

 

canule-tailleLa canule doit être de longueur adaptée pour:

  • ne pas plaquer la base de la langue contre la paroi du pharynx lorsqu'elle est trop courte
  • irriter la glotte lorsqu'elle est trop longue

La taille est égale à la distance qui sépare les lèvres de l'angle de la mâchoire.
On utilise en général une taille 4, 5 pour les grandes personnes, 3 pour les petites et encore moins chez les enfants.
Un code couleur (sur l'ouverture du passage) permet de repérer la taille.

▽△ Stockage

 

Elle est enveloppée dans un emballage stérile, le plus souvent en papier.
Il faut éviter de froisser cet ensemble et ne surtout pas pour des facilités de stockage le déballer.
La canule est à usage unique et est jetée après usage.

▽△Utilité

 

Elle  permet :

  • d'éviter la chute de la langue en arrière, puisque la canule épouse la forme de la langue
  • d'éviter la morsure de la langue lors d'une crise d'épilepsie.
  • le libre passage de l'air à travers la lumière de la canule
  • l'introduction d'une sonde d'aspiration à travers la lumière

 

Oxygène

Associé à l'Ambu

 

Dès que possible, l'apport d'oxygène par l'intermédiaire du ballon respirateur de premier secours enrichira l'air insufflé.

Attention

  • La pose d'une sonde d'oxygène est inutile car la ventilation spontanée est absente
▽△ Description bouteille monobloc

 

oxygene-presence-1Il s'agit d'une nouvelle génération de bouteille légère de couleur blanche (La norme pour l'oxygène)

oxygene inscriptionsPlusieurs sociétés distribuent ce type de matériel dont Air liquide. air-liquide

C'est maintenant le modèle de référence à utiliser.

Son prix est plus élevé que la bouteille classique.

Ses bouteilles sont en location et restent la propriété du distributeur (statut de pharmacien).

oxygene-presence-2oxygene dessus

Les avantages sont nombreux :

  • peu d'accidents
  • sécurité d'utilisation
  • rapidité de mise en œuvre
  • légèreté

presence-6presence-10La bouteille est en matière composite légère, équipée d'une poignée de transport et à l'intérieur du chapeau, on trouve
- un détendeur-manomètre
- un débitlitre intégré.
- une sortie pour tuyau d'oxygène
- une sortie pour respirateur

Le débilitre affiche le débit prescrit en litre/mn
Le manomètre affiche la pression du gaz

 

presence-9Au dessus, il y a un robinet d'ouverture.
Cette bouteille permet de brancher soit
- un tuyau d'oxygène
- ou bien de brancher un respirateur grâce à sa prise femelle normalisée à 3 crans.

presence-3Sur la bouteille, il y a une étiquette
- identifiant le fournisseur,
- la notice d'emploi
- le numéro du lot
- la date limite d'utilisation et les mesures à respecter.

Il existe des bouteilles de :

  • 2 litres , contenu = 400 litres (sous 200 bars 2 L*200= 400 L)
  • 5 litres , contenu = 1000 litres (sous 200 bars 5 L*200= 1000 L  ou 1 m3)
  • 15 litres , contenu = 3000 litres (sous 200 bars 15 L*200= 3000 L ou 3 m3)

En résumé:

Le détenteur-débitmètre intégré est composé :
1. D'un manomètre haute pression, avec des plages colorées, qui indique la pression régnant à l'intérieur de la bouteille ;
2. D'une sécurité active, sous forme d'un volet, empêchant tout branchement intempestif sur la bouteille lorsque celle-ci est en position fermée ;
3. D'un raccord de sortie (olive), qui permet de brancher un tuyau afin d'alimenter un masque à inhalation ou un ballon-réserve en oxygène d'un insufflateur ;
4. D'une prise normalisée à 3 crans afin d'alimenter un respirateur ou un réseau de distribution d'oxygène interne au véhicule de secours ;
5. D'un robinet d'ouverture de la bouteille ;
6. D'un robinet permettant de régler le débit d'utilisation, par pallier sur une plage de 0 à 15 l/min ;
7. D'une soupape de sécurité tarée à 200 bars ;
8. D'un raccord de remplissage spécifique, pour le conditionnement chez le fournisseur.

▷ Voir site air liquide

oxygene inscriptions 2

▽△ Définition d'un détendeur,monobloc et débitlitre

 

Détendeur

Pour être administré à une victime, l'oxygène comprimé dans une bouteille doit être détendu et ramené à la pression atmosphérique ambiante à l'aide d'un dispositif fixé sur la bouteille appelé détendeur. En detendeureffet la pression est très élevée à l'intérieur de la bouteille, jusqu'à 200 fois la pression de l'air ambiant.

200 fois ou 200 Bars (bar comme "barométrique", baro = pression, baromètre...)

Elle est réduite grâce à un détendeur.

En son absence, l'ouverture de la bouteille laisserait échapper bruyamment l'O2.

La pression à la sortie est de 3 bars (soit 3 fois la pression atmosphérique) au niveau de la prise rapide 3 ergots pour respirateur (ce qui permet d'avoir une pression pour faire fonctionner le ventilateur).
Pour la sortie du tuyau à oxygène, la pression est celle de l'air extérieur ou "athmosphère" (pression athmosphèrique de 1 bar).

Il ne faut pas graisser ou siliconer le pas de vis qui relie le détendeur à la bouteille.

Le détendeur est serré à la main et non pas avec une pince.

La détente du gaz n'est pas sans danger. L'utilisation d'une bouteille "présence" écarte le risque du détendeur.

Manomètre

C'est un dispositif qui mesure la pression de la bouteille.
Il est souvent couplé au détendeur : C'est alors un mano-détendeur.
La pression se mesure en bars (le multiple de la pression athmosphérique)

Débilitre ou Débimètre

rotametre Il mesure le débit d'O2 en litres/mn. La quantité de gaz est délivrée et réglée grâce à un robinet.

- Débimètre à aiguille
Le débit est lu sur un écran. La mesure est peu précise, surtout aux faibles volumes (1 litre/ mn) car il y a inertie.

- Débimètre à bille ou rotamètre
Il est plus précis mais s'utilise uniquement en poste fixe (car il doit rester vertical).

Quelque soit le modèle, Il est branché soit:

  • sur une prise rapide à 3 ergots
  • à la sortie du mano-détendeur
  • à la prise murale à l'hôpital
  • soudé à un mano-détendeur de type monobloc
  • inclus dans une bouteille tout en un de type "présence"
▽△ Délivrance de l'oxygène en établissement de soins

 

prise-oxygeneprise-oxygene-2oxygene-hopital-1oxygene-hopital-2L'O2 est livré par camion sous forme liquide, puis stocké dans une installation centrale.
Il est ensuite évaporé, transformé en gaz comprimé à 9 puis 3 bars et conduit jusqu'au lit du malade par une canalisation.

Sur le mur de la chambre se trouve une prise murale dite femelle spécifique à 3 ergots.
On peut ainsi brancher une prise mâle à 3 ergots de couleur blanche.
Il y a souvent d'autres prises différentes pour le vide, l'air comprimé...

L'installation est complétée par des grosses bouteilles d'oxygène pour le secours en cas de pannes
Un parc de bouteilles est à disposition pour les transports internes.
La gestion de l'ensemble est sous la responsabilité du pharmacien de l'établissement

▽△ Calcul de l'autonomie d'une bouteille avec dessin

 

Il est important avant de débuter un transport particulièrement long, de savoir si on dispose suffisamment d'oxygène.
Par ex. si le débit prescrit est de 3 l par minute, au bout d’une heure on aura consommé 3 x 60 minutes = 180 litres. Il est préférable, par sécurité, de rajouter une marge de 10 à 20 % pour un transport plus long ou utilisation de la trompe à vide.
Pour connaître la durée de l’autonomie de l’ambulance, il suffit de diviser le nombre de litres disponibles par le débit utilisé.
Par ex : Bouteille pleine de 2,5 l à 200 bars contient: Pression 200 bars x volume 2,5 l =  500 l
Pour un débit 10 l/min -> 500 l/ 10 = autonomie de 50 min

autonomie oxygene

▽△ Consignes de sécurité

 

oxygene-logoDans les locaux de la société, les bouteilles seront stockées dans un local aéré,sec, propre et sans matières inflammables.
Les bouteilles doivent être protégées des intempéries, des sources de chaleur (température supérieure ou égale à 50°C) .
L es bouteilles vides doivent être conservées séparément.
Il ne faut jamais nettoyer les bouteilles avec des produits combustibles, spécialement des corps gras.
A l'entrée sur la porte, une inscription avertira de la présence d'oxygène et les logos gaz sous pression et comburant seront présents.

De nombreux défauts de qualité sont dus à des chocs lors du stockage et du transport, qui fragilisent les bouteilles et leur robinet,
aussi les bouteilles doivent être :

  • protégées de tout risque de choc ou de chute
  • solidement arrimées en position verticale dans les véhicules
  • déplacées sans être traînées ou roulées sur le sol
  • soulevées par la poignéet et non pas par le robinet
  • conserver les bouteilles dans des endroits bien aérés
  • protéger les bouteilles contre des températures > à 50°C
  • interdiction absolue de fumer ou d'approcher une flamme
  • stocker les bouteilles à l'écart des produits combustibles et des produits gras
Consignes de sécurité avant le transport

L'ambulancier doit vérifier que les bouteilles d'O2 sont pleines, que le manodétendeur fonctionne bien sans fuite sur la robinetterie.
Tous les obus sont attachés dans l'ambulance. et installés dans un emplacement permettant de les protégere des chutes et chocs.
Les bouteiles doivent être maintenues en position verticale, robinet fermé.
Il ne faut jamais utiliser une bouteille endommagée ou tombée.
Vérifiez la date limite d'utilisation de l'oxygène figurant sur le conditionnement.
Conserver l'intégralité des étiquetages.

Consignes de sécurité pour l'utilisation

En cas d'utilisation des anciens détendeurs, il faut se laver les mains avec du savon, car il ne faut jamais manier la pièce avec des mains grasses.
Utiliser des tuyaux de raccordement spécifiques à l'oxygène.
Ne pas ouvrir la bouteille lorsqu'elle est en position couchée.
Les bouteilles ne doivent pas être soulevées par leur robinet.
Elles doivent être déplacées sans être trainées ou roulées au sol.
Le robinet est ouvert légèrement pour chasser les poussières puis refermer aussitôt car il ne faut jamais maintenir le manodétendeur en pression. Pour cette opération placez vous du coté opposé au détendeur sans se placer à la sortie du robinet.
L'O2 étant inflammable, afin d'éviter tout risque d'incendie, il faut interdire toute flamme, toute cigarette et autre source de chaleur.
Au début, il ne faut pas exposer le patient au flux gazeux. (ne jamais placer la victime face à la sortie du robinet, mais toujours du côté opposé au détendeur, derrière la bouteille en retrait. De même pour vous même.
Il faut vérifier l'absence de corps gras sur le visage du patient ( maquillage, crème...)

Consignes de sécurité après utilisation

Il faut toujours fermer le débilitre puis la bouteille même si elle est vide.

Les gestes à ne pas faire:

  • Ne pas tenter de forcer ni graisser un robinet difficile à ouvrir
  • Ne pas procéder à des ouvertures et fermetures successives et répétitives
  • Ne jamais utiliser des produits gras pour le nettoyage des équipements de la bouteille
  • Ne jamais utilisés de flacons pressurisés (laque,désodorisant...), de solvant (alcool, essence...) ou de produits corrosifs pour nettoyer les bouteilles
▽△ Mode d'administration
Insufflationfiltre

insufflation oxygeneC'est l'action qui fait pénétrer l'air enrichi en O2 dans les poumons d'une victime à l'aide d'un appareil de ventilation artificielle.
Le masque d'un respirateur de 1er secours, type AMBU, dont le ballon est enrichi en O2 est appliqué sur la face du malade.
Lorsqu'une ventilation artificielle est pratiquée en appuyant sur le ballon, on parle d'insufflation.
Elle est utilisée lors d'un arrêt respiratoire ou / et en arrêt cardiaque ou une ventilation inférieur à 6 /mn.
.Le débit est de 10 à 12 l/mn.
L'oxygène administré étant froid et sec, il est intéressant d'interposer entre le masque et la valve, un filtre échangeur de chaleur et d'humidité.

Si la personne est en arrêt respiratoire, l'insufflation est totale et contrôlée par l'ambulancier. On parle de ventilation contrôlée.

 

Aspirateur mobile

Principes d'un aspirateur


apsirateurTout liquide présent dans le pharynx doit être aspiré .
Les aspirateurs sont tous construits sur le même principe: un moteur, un bocal et des accessoires.
Parmi les modèles les plus courants , l'aspirateur électrique sur batterie est le plus utilisé.
L'aspiration se pratique après les gestes de survie avec une sonde stérile par l'ambulancier DEA.

Quelque soit le modèle, le mode de fonctionnement est toujours le même. Il associe:

  • source de vide
  • bocal
  • tuyaux
  • arrêt, interrupteur
  • sonde

Selon le modèle, c'est le type de source de vide qui change.

▽△ Les accessoires

 

 Source de vide

Une énergie manuelle, gazeuse ou électrique fabrique du "vide".
Ce système réalise une " dépression" ou " aspiration ", similaire à l'aspiration d'un liquide à l'aide d'une paille dans un verre.
On dit que l'on fait "le vide" ou que la source est "le vide" ; en fait il s'agit d'une pression faible inférieure à celle qu'il y a dans l'air autour.

Bocal

bocalIl sert à recevoir les sécrétions.
Il est en verre ou en plastique, avec une graduation pour mesurer la quantité aspirée.
Certains récipients sont à usage unique avec un système de poche à l'intérieur (bocal de bloc opératoire).
(sac à usage unique, inséré entre la pompe et le tuyau d'aspiration)
Il doit être hermétique sans fissure dans le système et avec une bonne fermeture.
Un système de sécurité permet, si le bocal est plein, d'éviter la remontée du liquide vers la source de vide comme:
- une balle flottante sur les sécrétions, qui fait clapet et obstrue le vide si le bocal est plein.
- un 2ème bocal, plus petit, est souvent  interposé entre le grand bocal et la source de vide.

 Attention

  • Il ne faut absolument pas que des sécrétions remontent dans l'appareil ou dans les canalisations car elles risquent de boucher l'ensemble
tuyauTuyaux

Ils sont longs, afin d'accéder facilement au malade, souples mais pas trop afin d'éviter coudure ou aplatissement.

Raccord

raccord 1 raccord 2Il permet de brancher facilement une sonde à usage unique à embout conique.

Manomètre

Elle mesure, sur certains modèles, l'intensité en pression du vide.

Dispositif d’arrêt

En plus de l'interrupteur sur la source de vide ou sur le bocal, il est préférable d'avoir une pince arrêt près de la sonde d'aspiration ou bien un trou que l'on bouche avec le pouce pour rendre le système clos.

embout 2On l'appelle aussi "stop-vide" ou la "souris".

Les 2 modèles les plus courants sont:
- la pince métallique à ressort qui écrase le tuyau en appuyant dessus on desserre le tube.
- le raccord précédent muni d'un trou. S'il n'est pas bouché avec le pouce, on aspire l'air environnant.

▽△ Les sondes d'aspiration

 

sonde 1Elle est stérile dans son emballage hermétique.
Elle est conservée sans froisser.
L'emballage et la date de péremption sont régulièrement vérifiés.
Elle est  en plastique, transparent de 40 cm de long avec une extrémité mousse, non traumatisante. sonde 3Son diamètre est le plus gros possible, pour obtenir un bon débit d'aspiration.
L'unité de mesure est la "charrière" plutôt que les mm.
1 unité Ch = 1/3 de mn diamètre extérieur
Taille 12 = petite/Taille 21 = grosse.
Elle est utilisée une seule fois, donc dite " à usage unique".
L'embout (raccord) est de différentes couleurs afin de diférencier le calibre de la sonde.
Il existe aussi des sondes rigides, courtes, de gros diamètre pour aspiration à gros débit de la bouche (vomissements).

Nouveau-né Nourrisson Petit enfant Grand enfant Adulte
Ch 4 Ch 6-8 Ch 8-10 Ch 10-12 Ch 14-18

 

Pour aspirer une trachéotomie, on utilise une sonde ch.14 à 18
Pour aspirer directemnt la bouche, utiliser une grosse sonde courte de ch 20
Astuce: utiliser une sonde vésicale (vessie) femme qui est courte et rigide évitant les fautes d'aseptie

Attention, ce matériel doit être stocké sans froisser le papier d'emballage car alors des mini-déchirures risquent d'apparaitre et la stérilisation n'est plus assurée.

▽△ Schéma

 

aspiration

▽△ Les différents modéles

 

Aspiration buccale

aspîration buccaleNous savons aspirer le liquide d'un verre avec une paille, on peut donc aspirer les sécrétions ! (Beurk...)
Il existe un ensemble à usage unique  comprenant :
- une sonde d'aspiration,
- un petit bocal
- une sonde pour le sauveteur.

Ce système est peu efficace pour aspirer rapidement !!!
Il peut à la rigueur "dépanner" pour aspirer la bouche d'un nouveau né lors d'un accouchement inopiné et en l'absence d'un vrai aspirateur.

aspirateur a piedAspirateur à pied

 La pression du pied ou de la main comprime un accordéon, comme un gonfleur de camping !
Le Twin pomp de la marque Ambu® est un exemple.
Il possède un réservoir de 600 ml avec un débit maximum de 70 l/mn et un vide maximum de 800 mbar (soit 600 mm Hg)

venturiTrompe à vide

 Si un jet de gaz passe rapidement dans un tuyau percé, par le trou le vide se constitue.

C'est l'effet Venturi.

On utilise comme gaz l'oxygène, mais la consommation est importante ! (40 l/mn).
La trompe à vide est couplée à un manodétendeur et un débitlitre .
Ce modèle tend à disparaître au profil des bouteilles présence.

aspirateur 4Moteur électrique sur batterie

aspirateur 2aspirateur 2Elle est rechargée sur du 220 V ou le 12 V de l'ambulance.
Cet aspirateur est ainsi mobile jusqu'au lieu de la détresse.
C'est le modèle utiliser dans une ambulance.

▷ Voir Société Laerdal
▷ Voir aspirateur Laerdal LSU

   

 Note

  • Il est important de vérifier l'état de la batterie de l'aspirateur avant le transport.
Installation de vide à l'hôpital

videvide hopitalbocal aspirationIl existe une installation centrale avec des compresseurs.
A la tête du lit et dans les blocs opératoires arrive le vide.

Il y a une prise murale spécifique à côté d'autres fluides comme l'oxygène.

La prise femelle est différente des autres.On ne peut pas la confondre avec celle de l'oxygène.

Le dispositif collecteur est en plastique à usage unique avec une poche à l'intérieur.Il ne faut pas oublier de rendre l'ensemble étanche et d'obstruer les ouvertures.


Savoir + :

▷ Aspirateurs (Niveau DEAmbulancier)
▷ LVA (Niveau DEAmbulancier)

Aide

L'auxiliaire aide l'ambulancier dans les gestes de secours.
Il doit pouvoir connaître le matériel nécessaire, son emplacement et anticiper les besoins de son collègue

Résumé

Points clefs

  • Pouls carotidien= 0
  • MCE
    • C = "Circulation "
    • MCE toujours en premier
    • Perpendiculairement à l'axe du sternum
    • Les épaules transmettent la force principale avec appui ferme
    • Phases de compression et de relaxation de même durée
    • Rythme compressions entre 100 et 120 /mn
    • Ratio compressions/ventilation de 30/2
  • Défibrillation
    • D = "défibrillation"
    • Défibrillation avant 5 mn
    • MCE en attente de l'appareil
    • Utilisation d'un DAE ou DSA
    • Courant doit passer par le coeur
    • Electrodes épaule dr- aisselle g ou avant et arrière thorax
    • Ne pas toucher le malade pendant le choc
    • être la plus précoce possible
    • interrompre le moins possible la pratique des compressions
    • reprendre MCE 2 mn
  • LVA
    • A = Airway
    • Bascule de la tête en arrière (sauf nourrsisson)
    • Absence de coprs étranger
    • Etancheité du masque sur la face en maintenant la LVA
    • Secondairement
      • Aapiration de mucosité
      • canule oro-pharyngée
  • Insufflation
    • B = "Breathing"
    • Toujours LVA au préalable
    • Si inefficacité circulatoire, MCE et défibrillation sont prioritaires (sauf enfant)
    • étancheité parfaite entre masque et face
    • Le thorax doit se soulever à l'insufflation
    • Maintenir la tête en hyperextension à l'expiration
    • Fréquence basse de 10 à 12 /mn
    • Chaque insufflation doit durer 1 seconde
    • Vider la moitié du ballon

Répertoire

  • Recopier et définir les mots ou abréviations suivantes :
    • MCE,LVA, DAE
    • Sternum, insufflation

Conseil

  • Exercez-vous sur mannequin en travaux pratiques

 


△ Retour début page Suite Gestes de Secours ▷
◁ Retour vers menu cours aux Direct vers accueil ▷
◁ Retour vers menu cours DEA  

Menu | Cours AFGSU | Aux | DEA | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim