precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Module 8 : Règles et valeurs professionnelles

catastrophePlans de secours : Organisation

Le plan de secours est une organisation prévue à l'avance pour faire face à une situation exceptionnelle avec un risque potentiel de nombreuses victimes, avec des exercices.
Un poste médical avançé (PMA) est mis en place dans une zone protégée afin de faire le tri et d'effectuer les premiers gestes de secours. En amont, la zone de ramassage n'est pas accessible aux ambulanciers. Ils attendent dans un parking désigné ou point de rassemblement des moyens (PRM), afin de transporter les blessés légers ou stabilisés.
Les blessés sont triés en urgence absolue (U.A.) ou relative (U.R.)


 

Principes d'organisation

Quel que soit le type de plan, l'organisation est toujours la même.

Alerte

alertepompiersLes témoins préviennent les secours habituels, le plus souvent le 18.
Le nombre d'appel, la nature de la catastrophe ou les premiers secours sur place font rapidement prendre conscience de la gravité.
Des renforts sont vite envoyés.

Mise en sécurité du sinistre

La zone de la catastrophe est délimitée par l'autorité de police.
En cas de danger pour la population, celle-ci est averti et si besoin rapidement évacué. Ceci est particulièrement important pour le risque N.R.B.C.

◁ Revoir : risques N.R.B.C. (Module 1)

Sirènes d'alerte

Pour avertir, le moyen le plus efficace est la sirène. Il existe un maillage national. Chaque premier mercredi du mois, elle est essayée.
Le code est peu connu du grand public:
- danger : 3 émissions d'une minute et 41 sec chacune et séparées par des intervalles de 5 secondes, d'un son modulé en amplitude et en fréquence.(montant et descendant)
- fin du danger : signal continu de 30 secondes

Ce signal national d'alerte a volontairement ces caractéristiques pour qu'il ne soit pas confondu avec les signaux d'appel, en particulier des sapeurs-pompiers, beaucoup plus brefs. Il annonce un danger imminent (nuage toxique, tornade...).

Il faut immédiatement :
- se mettre à l'abri en se rendant dans un local calfeutré : portes et fenêtres fermées
- écouter la radio, réseau France Bleu ou, à défaut, une autre station de Radio France (France Info, France Inter,…), sur un poste alimenté par des piles, en ayant soin d'avoir des batteries de réserve ou regarder la télévision (France 3) si le courant n'est pas interrompu.
- ne pas aller chercher ses enfants à l'école.
- ne pas fumer, éviter toute flamme ou étincelle et fermer le gaz (de ville, butane ou propane).
- ne pas téléphoner pour ne pas encombrer le réseau qui doit rester libre pour les services de secours.
- s'assurer que l'entourage a reçu et exécuté ces consignes (par la suite, des consignes complémentaires peuvent être données par haut-parleur).

Alertes particulières

Lorsqu'il existe des risques particuliers (chimique, radioactif...), des systèmes d'alerte adaptés existent pour prévenir les populations concernées.
Ces systèmes diffusent des signaux national d'alerte, à l'exception des dispositifs propres aux aménagements hydrauliques qui émettent des signaux spécifique d'alerte (type corne de brume).
La diffusion préventive des consignes à suivre en cas d'alerte est réalisée directement auprès de cette population.


▽△ Les sirènes d'alerte: détails (Communiqué Ministère intérieur) ▽△

Le réseau national d'alerte (RNA), constitué d'environ 4 500 sirènes, a pour but d'alerter la population en cas de danger immédiat. Les sirènes émettent alors un signal composé de trois séquences d'une minute 41 secondes, séparées par un silence de cinq secondes.
Les essais de sirènes du réseau national d'alerte se déroulent le premier mercredi de chaque mois, à midi

Sirènes : pour quoi faire ?

Ce réseau, hérité de la seconde guerre mondiale, conçu au départ pour alerter les populations d'une menace aérienne (bombardement classique ou nucléaire), peut être utilisé pour faire face à la montée des risques technologiques ou naturels sans pour autant méconnaître les menaces militaires ou terroristes.
Lors d'un accident majeur ou d'une grande catastrophe (nuage toxique, accident nucléaire...), les sirènes du RNA permettent, de jour comme de nuit, d'attirer rapidement l'attention des populations pour qu'elles prennent les mesures de sauvegarde appropriées.
L'alerte des populations au moyen des sirènes peut être complétée par d'autres dispositifs comme par exemple, les sirènes ou haut-parleurs montées sur des véhicules, très utiles dans les zones rurales ou isolées.

Comment reconnaître le signal ?

La France a défini un signal unique au plan national (décret du 11 mai 1990). Il se compose d'un son modulé, montant et descendant, de trois séquences d'une minute séparées par un silence de cinq secondes. Il ne peut donc pas être confondu avec le signal d'essai d'une minute seulement, diffusé à midi le premier mercredi de chaque mois ou avec les déclenchements brefs utilisés par certaines communes pour l'appel des pompiers. La fin de l'alerte est annoncée par un signal continu de 30 secondes.

Ce qu'il faut faire

La mise à l'abri est la protection immédiate la plus efficace. Elle permet d'attendre dans les meilleures conditions possibles l'arrivée des secours.
Au signal, il faut :
- rejoindre sans délai un local clos, de préférence sans fenêtre, en bouchant si possible soigneusement les ouvertures (fentes, portes, aérations, cheminées…)
-arrêter climatisation, chauffage et ventilation
- se mettre à l'écoute de la radio : France Inter, France Info ou des radios locales.

Ce qu'il ne faut pas faire

- rester dans un véhicule
-aller chercher ses enfants à l'école (les enseignants se chargent de leur sécurité)
- téléphoner (les réseaux doivent rester disponibles pour les secours)
- rester près des vitres.
- ouvrir les fenêtres pour savoir ce qui se passe dehors.
- allumer une quelconque flamme (risque d'explosion).
- quitter l'abri sans consigne des autorités.

La sécurité est l'affaire de chacun, il est normal de s'y préparer.
L'alerte est destinée à prévenir de l'imminence d'une situation mettant en jeu la sécurité de la population et permet de prendre immédiatement les mesures de protection.
Elle peut être donnée pour signaler un nuage toxique ou explosif, un risque radioactif, une menace d'agression aérienne, certains risques naturels.

Une seule source d'information : la radio

Mettez-vous immédiatement à l'écoute de France Inter ou de France Info. C'est par ce moyen que vous recevrez les informations sur la nature du risque, ainsi que les premières consignes. Le cas échéant, ces informations seront également diffusées sur les radios locales



ministere▷ Voir signal alerte (Site secourisme.net)

▷ Ecoutez le signal d'alerte audio


Information radio

Elle demande à la population de se mettre à l'abri dans un lieu protégé et confiné ( menace aérienne) et d'écouter la radio nationale France Inter sur 162 Khz GO.
D'où l'intérêt d'avoir chez soi : poste de radio, piles, bougies et lampe de poche...

SMS

A l'étude et en expérimentation, l'envoi massif et automatique de SMS est une solution d'avenir.

Mise en place d'un premier Poste Médical Avancé (P.M.A.)

Les premiers secouristes, puis les médecins du SAMU établissent le bilan des victimes, fond les premiers soins sur place puis recherche un lieu à l'abri pour établir un poste médical avancé où seront transportées les victimes stabilisés.
Selon le nombre de victimes, le plan rouge est déclenché puis le plan ORSEC (pour ses puissants moyens) si la catastrophe est de grande ampleur.
Les hôpitaux sont prévenus et leur plan blanc est déclenché.


△ Retour début page Suite Différents plans de secours ▷
◁ Retour choix module 8  

 

Organisation finale du plan de secours sur place

Du matériel mobile et montable arrive sur place et si besoin le poste médical avancé est transféré dans cette tente conçu à cet effet à distance de la zone du danger.
Il y a alors 3 phases de soins des victimes :

Zone de ramassage

brancardageavec réanimation vitale puis relevage et transport par les professionnels.
Chaque victime reçoit une fiche médicale qui sera complétée tout au long du parcours et attachée autour du cou.

Attention

  • Les ambulanciers n'interviennent pas dans cette zone

Poste Médical Avancé (P.M.A.)

tenteLes blessés graves et moyens y séjournent afin de continuer les soins et rechercher une place dans un hôpital.
Il est situé à proximité de la zone du sinistre mais en dehors de la zone à risque. (Attention au sens du vent, pour les accidents industriels)
C'est un hall réquisitionné en zone urbaine ou une tente gonflable.
Après examen médical plus approfondie que sur place les blessés sont triés en:

Urgences Absolues (U.A.)

uaLa réanimation est poursuivie puis le patient est transféré par les ambulances médicalisés directement en réanimation, bloc opératoire, salle de réveil (SSPI) ou de déchocage ou dans un service spécialisé ( service de brûlés, neurochirurgie...).

Urgences relatives (U.R.)

La fiche médicale est complétée, des soins sont faits : pansement, perfusion, antidouleur...
A tout moment le blessé peut s'aggraver et passer en catégorie U.A.
Ces patients seront confiés aux ambulances privés réquisionnés et aux V.S.A.V.

Morts

Ils sont dirigés vers un dépôt mortuaire.

Impliqués et éclopés

Leur identité est prise et sont immédiatement dirigés vers une zone d'attente avant leur transport vers une zone d'hébergement.
Ils sont souvent angoissés et une prise en charge psychologique est nécessaire.
Les autorités recueillent les renseignements nécessaires à l'enquête judiciaire.

Phase d'évacuation vers structure hospitalière

L'ambulancier appelé ou réquisitionné doit garer son véhicule au point de rassemblement des moyens (PRM) et prendre contact avec l'officier responsable ( chasuble bleu).
Il restera en attente dans son véhicule puis sera appelé à la sortie du PMA pour prendre en charge un blessé.
L'ambulancier prendra connaissance de sa fiche médicale et du lieu de transport.
il suivra l'itinéraire qu'il lui sera imposé.


▽△ Organigramme d'un plan de secours ▽△

 

orsec


 

 

Résumé

 

Points clefs

  • Zone de sécurité non accessible aux ambulanciers

Répertoire

  • Recopier et définir les mots suivants :
    • PMA
    • UA / UR

Compétences à acquérir

Savoirs associés

  • L'organisation du système de santé : les établissements de soins, les services d'urgence, les alternatives à l'hospitalisation.
  • La chaîne des secours au quotidien et en cas d'urgence. Les plans de secours.
  • L'organisation de l'aide médicale d'urgence/visite d'un centre de réception et de régulation des appels : rôle et missions des SAMU et SMUR..
  • La définition de l'équipe de soins et les responsabilités de chaque acteur.
  • Le dossier de transport

Conseil

 


△ Retour début page Suite différents plans de secours ▷
◁ Retour choix module 8  
   

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim