precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

psychaitrieRelation et communication

Notions de psychologie

La psychologie s'intéresse aux comportements humains, à l'affectivité, aux relations entre le corps et l'esprit.
Le psychiatre est un médecin, le psychologue un paramédical.
Nous avons en permanence des besoins conscient ou inconscient à satisfaire.
L'angoisse est à prendre au sérieux et bien vérifié qu'il n'y a pas de détresse circulatoire sous-jacente.
Maladie et psychisme sont liés. Une maladie psychosomatique correspond à des troubles fonctionnels sans cause évidente.

Savoir théorique (à lire)

 

Quelques définitions

Psychologie

C'est l'étude de la vie mentale (intelligence), des comportements, pulsions, en résumé des relations du corps et de l'esprit.

psychiatrePsychiatre

C'est le médecin spécialisé dans les maladies mentales.
C'est un médecin spécialiste comme un cardiologue.
Mais il s'occupe du fonctionnement mental, des perturbations et des maladies psychiatriques.
Il cherche avant s'il ne s'agit pas d'une autre maladie dite organique (tumeur au cerveau par ex.).
Il peut prescrire des médicaments sur ordonnance.

◁ Revoir cours maladies mentales (M2)

Psychologue

C'est une personne, non médecin, qui par la parole (psychothérapie) prend en charge le malade ou le personnel de soins qui est "mal dans sa peau".
Il n'utilise pas de médicaments.

Psychanalyse

C'est une méthode qui permet d'étudier et de comprendre son propre psychisme.
L'analyse est faite par un médecin ou non.
Il recherche les phénomènes refoulés dans l'inconscience mais qui interviennent dans le caractère.
Elle repose sur les théories du Dr Freud (ci-dessous).

colerePersonnalité

C'est l'attitude de quelqu'un vis-à-vis de lui-même, de son entourage et de son environnement.
Elle regroupe ses réactions, son comportement.

L'instinct

Ce sont des réflexes archaïques. Nous les avons hérité du monde animal où il faut survivre, se défendre avec la peur.
La socialisation (éducation) a enfoui certains réflexes "pas conformes" à la société en cours.

masturbationLa pulsion

C'est une énergie qui trouve sa source dans une zone du corps où se crée une excitation (bouche, sexe, anus).

kama sutraLa libido

C'est l'énergie de la pulsion sexuelle. Il y a des zones du corps qui sont érogènes. Elle joue un rôle majeur dans le désir, l'amour.

Le désir

A partir de moments agréables antérieurs on construit des rêves imaginaires et on souhaite revivre ses moments heureux.

L'inconscient

On ne parle pas ici du malade dans le coma, inconscient au vrai sens du mot, mais de son "subconscient". C'est la partie cachée de son psychisme qui est stocké dans son cerveau et "refoulé" mais qui peut ressortir dans les rêves ou une séance de psychanalyse.
Une grande part de notre comportement, de nos sentiments font appel d'une manière inconsciente à cette mémoire que nous avons en nous.


△ Retour début page Suite sociologie ▷
◁ Retour choix module 5  


Notre état psychologique

Les conflits

FreudToutes ces pulsions inconscientes rentrent souvent en conflit dans notre corps. Alors nous le ressentons comme l'angoisse.
La théorie du Dr Freud repose sur 3 termes:

- Le ça
C'est là où il y a les instincts, les pulsions

- Le moi
Feud 2C'est le filtre entre le ça et le monde extérieur. Il permet de faire un compromis entre ces pulsions et la réalité sociale. Le moi c'est donc notre caractère, notre personnalité.

- Le surmoi
C'est le censeur moral. Il permet de freiner ces instincts dont certains peuvent être illégaux pour notre société occidentale. Tout au long de l'enfance et de notre éducation, on apprend les interdits, les règles de savoir vivre, l'ordre moral établi.

Le développement psychique de l'enfance

Freud a construit une théorie qui repose sur 3 stades:

bebeLe stade oral

Pendant la première année de vie, on prend du plaisir à manger, à être en phase avec sa maman. On explore le monde extérieur à l'aide de sa bouche, puisqu'on met à sa bouche et on suce tout objet autour de soi.

Le stade anal

L'enfant marche et peut explorer un peu plus loin. Il devient autonome en contrôlant ses sphincters. Il n'a plus besoin de couches. Il découvre la propreté mais aussi les zones érogènes de l'anus.
Il rentre en conflit avec ses parents, puisqu'il peut décider ou non de répondre aux ordres. Il manifeste son insatisfaction en retournant au stade anal (pipi au lit) et trouve un certain plaisir à s'opposer à ses parents.

Le stade phallique

Le phallus, c'est le sexe. A partir de 3 ans, il découvre la différence entre une fille et un garçon.
Il doit faire un choix sur son comportement et imitera son père ou sa mère.

dessin enfantLe conflit œdipien

Naturellement, l'enfant quelque soit son sexe est près de sa mère, mais il découvre qu'il a un concurrent : le père. Il va donc inconsciemment entrer en conflit ou concurrence.
Pour le petit garçon, c'est la concurrence avec séduction de la mère. Il rentre en compétition avec son père mais pour conquérir la mère, il doit le dépasser en imitant le père et devenir plus fort que lui.
Pour la petite fille, elle est conquise par le père et ainsi rentre en rivalité avec l'épouse de son père.Ce conflit est maximum vers 6 ans. Finalement il ou elle accepte de se détacher de la personne du sexe opposé, de répondre à l'autorité du père et découvre les interdits comme pas d'amour physique avec les parents (inceste). Tout ce calme jusqu'à la puberté où tout peut réapparaitre avant de prendre son autonomie.

Les Phénomènes affectifs

Le sentiment

C'est un état plaisant ou déplaisant par rapport à l'environnement

L'humeur

C'est un état affectif qui dure longtemps. Il n'a souvent aucun déclencheur. Il est plus chronique et plus diffus que l'émotion.
Citons la tristesse, la colère.

L'émotion

pleursElle est naturelle et sert d'indicateur du niveau de satisfaction des besoins. C'est donc physiologique.
Mais notre éducation est à l'origine d'interdits qui masquent et censurent nos émotions dont on aurait besoin d'exprimer et de se soulager.
Selon la culture, la religion, le pays d'origine, les réactions varient.
Le Sud (dit "méditerranéen") est classiquement plus expansif que le Nord en se libérant plus facilement.

Le moral , la détresse

Il ne faut pas confondre la détresse morale ou psychologique, mot employé dans le langage courant avec la détresse d'une grande fonction vitale (respiratoire, circulatoire..).
On peut aussi utiliser une phrase qui porte encore plus à confusion: "La personne est en état de choc". Non il ne s'agit pas d'une détresse circulatoire par hémorragie massive mais d'une personne stressée, hébétée après une peur intense comme un accident.
Pour compliquer les choses, il peut même y avoir quelques signes communs avec la détresse circulatoire: angoisse, pouls rapide, pâleur...
Lors de circonstances (accident, décès, problème familial...), le moral est atteint et peut se manifester par :

Pleurs

C'est un trop plein bénéfique qui libère. Il ne faut pas demander d'arrêter.

Peur

Elle est naturelle, lorsqu'il y a un danger.

Stress

stressIl est aussi naturel, utile dans les situations difficiles, afin de maintenir l'attention, d'être dans l'action.
C'est une certaine tension.
Mais il consomme beaucoup d'énergie et donne une "bouffée d'adrénaline" se manifestant par une accélération du pouls (tachycardie), des sueurs, de la chaleur, des coliques.
Ces signes peuvent, chez certaines personnes, devenir exagérer: tremblements, bégaiement...
ou le sujet ne maîtrise plus la situation : paralysie, agitation ou sidération, angoisse, fuites ou comportement automatique anormal.
D'autres personnes ont besoin de cette adrénaline (sports extrêmes)

Anxiété

angoisseC'est une émotion d'insécurité que l'on ressent pour de vrais raisons ou bien sans origine.
Ce sentiment est désagréable, avec une peur indéfinissable.
Elle est souvent incontrôlable.

Angoisse

angoisseC'est le stade suivant de l'anxiété car des signes apparaissen. et sont surtout incontrôlables.
Elle se traduit par une sensation de mal aise avec boule à la gorge, palpitations, tremblements, oppression, sueurs, mains moites.
Contrairement à la peur, la cause est souvent inconnue ou apparaît lorsqu'on est à nouveau dans une situation qui rappelle une scène antérieure.
Puisqu'il y n'y a pas de cause directe, l'imaginaire est important et peut majorer la situation.
On va vite s'épuiser à essayer de lutter contre ce conflit qui nous échappe.
La psychanalyse fait partie des traitements.

siderationSidération ou apathie

La personne est figée, "absente". Elle ne répond pas à vos questions.
Attention une personne en vrai détresse circulatoire peut aussi être trop calme.

Agitation ou actions automatiques

La personne s'exprime sa peine par des gestes, des paroles qui parfois se transforment en agitation.
Parfois elle fait à répétition des mouvements incompréhensibles.

▷ Savoir + : Le stress de l'ambulancier (Module 8)

Info

  • Devant une situation inhabituelle la personne n'enregistrera pas les informations
  • Ne pas hésiter à les répéter ou les communiquer à la famille

Attention

  • Les signes de l'angoisse et de la peur (sueurs, pâleur...) peuvent être confondus avec une détresse physiologique. Bien voir le contexte.
  • L'angoisse est différente de la peur (même si les signes peuvent être communs). Les circonstances ne sont pas les mêmes.

Mécanismes de défense

Refoulement

Les mauvais souvenirs, les pulsions interdites en société sont chassées et stockées dans notre inconscient avec risque d'entraîner un conflit interne.

Rationalisation

On essaye de trouver une explication à cette angoisse vraie ou fausse voire irraisonnée pour son entourage.

Défoulement

La violence et l'agressivité sont des dérivatifs mais aussi le sport.

Les besoins

De nombreux comportements ont pour but de satisfaire ces besoins conscient ou inconscient.
S'ils ne sont pas satisfaits, la personne vit un sentiment désagréable. Elle est frustrée.
Souvent la personne ne sait pas quels sont ces besoins. Ils sont inconscients et refoulés.
On peut les diviser en:

- Besoins physiologiques
se nourrir, se reposer, éliminer les déchets: uriner et aller à la selle, le sexe, avoir chaud, être en sécurité.

- Besoins intellectuels
lire, savoir, s'amuser, orienter sa créativité, le jeu.

- Besoins émotifs
les exprimer, donner ou recevoir de l'affection.

- Besoins sociaux
faire partie d'un groupe, d'une famille, vie professionnelle épanouie, se faire respecter, avoir une bonne image de soi, savoir communiquer.

- Besoins spirituels
trouver un sens à sa vie, croire en certaines valeurs

◁ Revoir observation du patient selon ses besoins


△ Retour début page Suite sociologie ▷
◁ Retour choix module 5  

 

peur

Maladies et psychisme

Définitions

On a l'habitude de séparer en médecine:

- les vraies maladies
qui sont confirmées par un examen complémentaire comme un scanner. La lésion est là, on la voit.

- les fausses maladies
Le bilan de santé ne montre rien, mais le malade continue à se plaindre de quelque chose (signe ou symptôme).

Cette séparation n'est pas bonne car il y a une relation entre les deux quelque soit le cas.
Un cancer a forcément des conséquences sur le psychisme.
Un faux médicament (placebo) a souvent une action sur une vraie maladie (maladie organique puisqu'un organe est malade.)
Comment expliquer que dans un vieux couple de personnes âgées, souvent lorsque l'un meure d'une maladie, le second s'éteint rapidement sans cause évidente ?
Des symptômes étiquetés "fausse maladie" peuvent se révéler une vraie maladie par la suite grâce à de nouvelles découvertes scientifiques

Note

  • Psychisme et maladie sont liés

Maladie psychosomatique

Des troubles fonctionnels (d'une "grande fonction" comme la digestion) ne trouvent souvent aucune cause médicale. Les examens ne montrent rien et pourtant le malade se plaint. Citons comme exemple les douleurs abdominales
Les examens comme la fibroscopie et la colonoscopie sont négatifs. Les spasmes et colites sont pourtant là. On parle de colopathie fonctionnelle.

Maladie psychiatrique

Le psychisme a pris le dessus.
Le comportement du malade devient irraisonné. Dans ce cas on passe dans le domaine de la psychiatrie.

◁ Revoir cours psychiatrie (M2)


▽△ Manifestations psychiatriques ▽△

 

Hystérie

C'est un comportement qui simule une maladie et ses signes comme une paralysie!
Rien à voir avec le comportement "hystérique" dont le mot est trop fort et mal employé avec agitation extrême, pleurs, hurlement.
Dépister cette imposture est difficile et l'ambulancier se fera piéger.
Il peut simuler une inconscience mais les paupières bougent beaucoup et le tonus est conservé.
Par ex. si son bras est flasque, en le portant au niveau du visage et en le lachant...il évite soigneusement le nez.
Le médecin devra rechercher dans l'inconscient du malade où est le conflit psychologique.

Spasmophilie, Tétanie

Ce sont des fourmillements dans les extrémités, autour de la bouche avec en cas de crise, une contraction des mains.
Il s'agit plus d'un conflit psychologique que d'un manque de calcium.
La phase aiguë s'appelle crise de tétanie avec contracture des doigts qui se rejoignent.

Hypochondrie

C'est une personne qui croit avoir une maladie.
Il consulte souvent le médecin et consomme beaucoup d'examens complémentaires.
Néanmoins le médecin est bien obligé de rechercher une vraie maladie. On ne sait jamais.

Névrose d'angoisse

La peur est intense, sans raison.
La crise est impressionnante avec parfois des phobies comme la peur dans un espace clos (ascenseur, avion).

Stress dépassé

En présence d'une situation importante, le stress apparaît, ce qui est naturel pour maintenir vigilantes les grandes fonctions vitales. Cela mobilise beaucoup d'énergie.
Chez certaines personnes, l'organisme réagit trop avec une sidération (paralysie) ou agitation ou fuites ou action automatique irraisonnée.
Il apparaît des sueurs, une opression thoracique, une tachycardie, des coliques, des sueurs, une pâleur et des tremblements.
En résumé :
- sidération
- mutisme
- t achycardie
- tremblements
- agitation
- pleurs et cris

Burn out

Le burning out ou en Français syndrome d'épuisement professionnel s'installe lorsque la fatigue au travail devient excessive.

 


Retentissement psychiatrique d'une vraie maladie

Une grave maladie comme un cancer donne en plus des signes habituels, un changement de caractère et d'autres manifestations psychiques voire des signes psychosomatiques.

Conséquences d'un handicap

Une personne handicapée a une perception de son corps différente.
Certains signes sont humiliants comme l'incontinence urinaire.
Dans la société française, les handicapés sont cachés.
Il faut essayer de le convaincre, que malgré son handicap, il doit vivre comme tout le monde.


Résumé

Points clefs

  • Le psychiatre est un médecin, le psychologue non
  • Angoisse = signal d'alarme
  • Signes de l'angoisse = psychique mais aussi détresse physique possible (par ex détresse circulatoire)
  • Pleurs: bénéfique, respecter
  • Revoir les besoins (M2)
  • Devant une situation inhabituelle, la personne n'enregistrera pas les informations
  • Ne pas hésiter à les répéter ou les communiquer à la famille

Répertoire

  • Recopier et définir les mots suivants :
    • psyché = âme, logos =étude (en grec)
    • psychiatre, psychologue, psychologie, psychothérapie
    • stress, adrénaline
    • psychosomatique
    • placebo

Conseil

 


△ Retour début page Suite sociologie ▷
◁ Retour choix module 5  
   

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim