precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Ergonomie

brancardageBrancardage

Le brancard le plus utilisé est à 4 pieds pliables avec roulettes. En situation d'urgence, le matelas coquille permet de positionner correctement la victime et de circuler dans un environnement difficile. Si le patient supporte la position assise, on peut, dans les escaliers étroits, utiliser provisoirement une chaise pliante.
Lors de l'installation ou déchargement de l'ambulance on veillera de respecter la position horizontale (surtout chez un cardiaque ou un état circulatoire instable).
Une perfusion ne sera jamais clampée et positionnée en hauteur. Une poche à urine sera arrimée en dessous du brancard sans traction sur la sonde.

◁ Revoir : immobilisation traumatisé (Module 1)

 

Matériel

Brancard

On utilise un modèle normalisé répondant aux normes de l'AFNOR.

Composition

brancardIl est formé de 2 parties

- le chariot lui même dit "portoir"
- la civière ou brancard portable

Structure

Elle est en métal léger, résistant et facilement lavable.
La civière est détachable.

brancardAccessoires

Il est possible d'utiliser des roulettes qui glissent dans des rails dans l'ambulance.
Les accessoires sont : brancard 2

brancardBon fonctionnement

A la prise de service il faut vérifier :

Il y a 4 pieds avec roulettes pour le roulement
Ils sont repliés lorsque le brancard est installé dans les glissières.
Le brancard est toujours fixé avant le transport.
hygieneLa partie avant de la civière est relevable pour installation en position 1/2 assise.
La civière est détachable pour le relevage.

Ne pas oublier la désinfection. (Revoir)

Chaise de transport

chaise 2chaise 1C'est une chaise pliable avec surtout des poignets de portage en haut et au niveau des pieds.
Matériel d'appoint pour transporter provisoirement un patient lorsque la personne ne peut pas se déplacer debout et que l'environnement ne permet pas le brancardage comme un escalier.

Il existe deux modèles répondant à la norme NF EN 1865, pliant ou non pliant. Elles sont équipées de poignées sur le cadre supérieur (dans le dos) et sur la barre inférieure (aux pieds).
La chaise repliée ne prend pas beaucoup de place dans l'ambulance.
Le dépliage se fait par les montants latéraux puis en relevant le siège puis le dossier.

 

Fauteuil roulant

Le malade peut se déplacer seul ou être poussé par l'ambulancier.
Il existe de nombreux modèles. Le plus courant est le pliant .

Brancards simples (pour secourisme)

▽△ Détails des diiférents brancards (Ref PSE2)▽△

 

Le brancard pliant à compas sans têtière


brancard 1C'est un brancard plat dont le fond est en toile ou toile plastifiée. Les hampes sont de bois ou de métal, munies de pieds fixes et réunies par des compas métalliques permettant de plier le brancard dans le sens de largeur (transport à vide et stockage). Il n'est pas muni de têtière. II peut être muni de bretelles pour le brancardage à 3.
Il est en toile pliable avec des hampes en bois ou de métal.
Les pieds sont fixes ou à roulettes.
Il est facilement stockable, notamment en grand nombre.
Il est très pratique pour le tout terrain et les situations de catastrophes.

Le brancard dit « principal »

brancard 2Ce brancard, qui existait déjà sous diverses formes, a été redéfini par la norme NF EN 1865.
II est muni de roues et peut être utilisé séparément ou combiné à un chariot de transport .
Muni d'un dossier (appelé appui-tête), il permet la position demi-assise, et peut être complété d'un repose-pied (brancard articulé).
La zone du thorax est rigide pour permettre de réaliser une RCP, il est recouvert d'un matelas de transport et parfois d'appuis latéraux rabattables.

Les brancards dits « de catastrophe »

II s'agit de brancards plats, rigides, aisément empilables, dont le stockage et le transport à vide peuvent être faits sous faible volume ..

brancard 3

PiguilemBrancard "Piguilem"

Il est formé par un cadre tubulaire métallique, monté sur patins.
Sur le devant, est fixée une plaque en matière plastique assurant la protection de la toile et de la victime et facilitant le glissement. Léger, il est adapté au treuillage ou au mouflage (glissage), sur neige par exemple.

barquetteLa barquette

La barquette est un dispositif rigide de transport de victime, muni de bords sur ses quatre côtés et de sangles d'immobilisation.
Elle présente quatre anneaux de fixation pour les élingues de treuillage ou d'hélitreuillage.
Certains modèles sont constitués de deux parties détachables, pour faciliter leur portage à vide.

Portoir de MANS et SICARD

Il est constitué de lamelles qui se glissent sous le corps, puis ces dernières sont reliées entre elles par 2 longs portoirs.

Simple planche

C'est un procédé rustique mais très efficace lors d'une fracture du rachis, faute de matelas coquille.
Elle est indispensable lors d'un massage cardiaque et doit être intercalée entre le malade et le brancard. (sauf brancard à zone rigide).

Brancard cuillère (ou à aube)

brancard cuillerCe dispositif est constitué de deux parties qu'on glisse latéralement sous le blessé, puis qu'on réunit pour constituer un brancard rigide..
Le matériel, en métal inoxydable ou en PVC, est constitué :
- d'un cadre tubulaire, large de 43 cm au niveau du tronc, dont les montants permettent le portage ;
- de lames pleines, légèrement incurvées, inclinées vers l'intérieur, permettant la « cueillette » de la victime.
Le cadre tubulaire est réglable en longueur et permet, par deux systèmes encliquetables et articulés, l'ouverture en éventail ou la dissociation du brancard en deux parties.
Trois sangles permettent l'arrimage de la victime.
La forme « en auge » et les possibilités d'ouverture permettent de glisser les lames sous la victime sans la soulever.
Le stockage peut s'effectuer en position repliée.
Ce dispositif est surtout utilisé pour relever une victime et la transférer sur un autre moyen de transport.
il est utilisable avec 2 secouristes et aussi dans des lieux étroits.


Matériel divers

Alèze portoir

aleze portoirIl s'agit d'une simple toile solide plastifiée, radio-transparente, dont la dimension correspond à la surface utile du brancard.
Elle est munie de poignées latérales renforcées de sangles de toile, dans le sens transversal et parfois longitudinal. Les poignées sont au nombre de 6 ou 8 symétriques ou dissymétriques.
Placée à l'avance sur le brancard, sous la couverture, elle permet, avec des risques moindres de faire :
- glisser le blessé d'un brancard sur un autre ;
- passer le blessé du brancard sur un lit, une table d'examen ou de radiologie.
Elle est utilisée isolément et de façon transitoire, en l'absence de lésion traumatique, pour soulever la victime et la transporter jusqu'au brancard, si on ne peut amener ce dernier à la victime.
Elle est lavable et stockable sous un faible volume, mais ne constitue pas un plan dur rigide, même quand les porteurs ont soin de bien tirer sur les poignées pendant le portage et les manœuvres.
C'est plutôt un accessoire au brancard.
Il sert de méthode d'appoint pour les passages difficiles, comme un escalier.
Attention, il n'est pas utilisable en cas de suspicion de fracture du rachis

Matelas coquille

matelas coquilleLe matelas immobilisateur dit matelas coquille est un sac plastique contenant des billes.
En faisant le vide les billes se rapprochent, le matelas moule alors le corps du blessé (comme un paquet de cacahouète emballé sous vide).
Il est étendu sur un sol propre, sans morceau de verre protégé par une housse plastique solide.
Puis la pompe à vide est branchée et un léger vide est obtenu. Un drap en aluminium protège du froid puis un drap propre en papier solide jetable lutte contre les souillures. Le blessé est étendu sur le matelas par les méthodes habituelles de manipulation, puis les bords du matelas sont rapprochés au maximum afin de bien recouvrir tout le corps. Le vide est alors pratiqué tout en maintenant cette position, jusqu'à obtention d'une dureté importante

▷ Voir fiche technique


 ▽△ Résumé de la technique d'utilisation  ▽△
 
Indications

Il est utilisé pour immobiliser le corps entier d'une victime, suspectée de:

  • traumatisme de la tête
  • colonne vertébrale
  • bassin
  • cuisse (fémur)
matelas4Matériel

Le matelas immobilisateur à dépression est constitué :

  • D'une enveloppe souple et étanche contenant des billes de polystyrène expansé
  • D'un robinet permettant la sortie et l'entrée de l'air
  • D'un dispositif de saisie (poignées)
  • De sangles de maintien.

Il ne peut être utilisé qu'avec une pompe d'aspiration manuelle ou électrique (aspirateur de mucosités)

Réalisation

Dès que la mise en place du matelas immobilisateur à dépression est ordonnée, la conduite à tenir est la suivante :

  • Préparer le matelas immobilisateur à dépression en l'étalant au sol (surface plane), éventuellement sur une bâche de protection (valve située aux pieds de la victime)
  • Ouvrir le robinet et répartir les billes
  • Mettre en place une couverture de survie
  • Puis un drap en papier à usage unique
  • On peut préformé le matelas avec un léger vide
  • Déposer la victime sur le matelas, en utilisant une technique de relevage adaptée, et retirer le dispositif de portage, si nécessaire
  • Pendant toute la manoeuvre, la victime est munie d'un collier cervical et sa tête est maintenue par un équipier secouriste jusqu'à ce qu'elle soit immobilisée dans le matelas
  • Mettre en forme le matelas autour du corps de la victime
  • Rapprochent et maintiennent les bords latéraux le long du tronc et du bassin  et des membres inférieurs
  • Faire le vide à l'intérieur du matelas, en aspirant l'air avec un dispositif d'aspiration, jusqu'à ce que le matelas devienne dur
  • Fermer le robinet et déconnecter le dispositif d'aspiration
  • Ajuster les sangles de maintien


Drap

Il évite les souillures.
C'est donc une source de propreté et d'hygiène. Il est facilement lavable.
Le drap enveloppe le malade mais ne doit pas servir de support au déchargement du malade, comme on le voit si souvent faire.
L'inconvénient majeur: il suit le malade à l'arrivée, il faut donc faire un échange. Il est mal vu d'avoir en sa possession des draps marqués au nom d'un hôpital.
On utilise de plus en plus de linge non tissé à usage unique, mais il ne peut servir d'alèze portoir.
Pour un brûlé il faut obligatoirement envelopper avec un drap stérile.

Le drap ne doit jamais servir de portoir et de solution de transfert (chute, déchirure, dos rond...)

Couverture

couverture metalliqueElle lutte contre le froid. (N'oubliez pas que si vous avez chaud, la victime elle a froid).
La couverture de laine ne répond pas aux critères d'hygiène (réutilisation immédiate même si elle est lavée souvent).

La couverture en aluminium est préférable car à usage unique et certaines stériles.
Cette couverture de survie est une couverture isolante. Elle a la forme d'un film plastique métallisé (une face argentée et une face dorée) de dimension 1,80 X 2,20 m. Elle est conditionnée dans un sachet plastique.
Elle est utilisée pour protéger du froid (face argentée contre le corps de la victime), de la chaleur extérieure (face dorée contre le corps de la victime), mais aussi de la pluie ou du vent.

Préparation du brancard

desinfectionIl sera stabilisé, les freins bloqués.
Une désinfection est nécessaire si un autre transport a été effectué au préalable.
Un drap tissé est déplié, au besoin une couche est mise en place au bon niveau.
Si la position demi-assise est requise, on vérifiera la bonne fixation de la têtière.

Nettoyage des mains par friction
Désinfection au gel hydroalcoolique
Mettre des gants à usage unique


 ▽△ Montage brancard standardisé PSE2 ▽△

 

Le matériel décrit ici est le brancard pliant à compas, sans têtière.
Le montage
-Tenir le brancard vertical et déboucler les courroies de fixation ;
- Ecarter les 2 hampes et dérouler la toile ;
- Ouvrir successivement chaque compas avec le pied;
- Retourner le brancard à l'endroit, le poser à terre ;
- Vérifier la solidité des hampes et de la toile et enrouler les courroies de fixation sur
elles-mêmes.
Le démontage
Après avoir nettoyé et vérifié le brancard :
- Placer le brancard verticalement ;
- Repousser successivement les branches de chaque compas avec le pied ;
- Retourner le brancard et rapprocher les hampes ;
- Rouler la toile et la fixer avec les courroies.


 

Transfert sur le brancard

Passage lit brancard

Il se fera avec l'aide du malade si possible, en se faisant aider par d'autres personnes et en utilisant du matériel, tout en respectant les principes de manutention:

S'il s'agit d'un lit électrique, il est réglé à la hauteur du brancard.
On peut se servir d'aides: alèze, drap permettant de faire glisser le patient

◁ Revoir page précedente (transfert)

Relève d'un blessé

◁ Revoir page précedente (relevage)

Il faut remuer le moins possible le malade, avec des mouvements en douceur sans précipitation, non saccadés, doux, bien coordonnés par un chef d'équipe.
L'accidenté doit toujours être immobilisé au préalable si possible par un matelas coquille.

Suspicion d'une fracture du rachis

matelas4Il ne faut jamais plier la colonne en avant et transporter en saisissant sous les aisselles et les genoux.
Il faut un nombre suffisant de personnes pour mobiliser le blessé (à priori au moins 4).
La mobilisation doit se faire toujours en traction (tête-pieds ou tête-bassin) pour garder le rachis en rectitude (la tête, le cou et le tronc doivent être dans un même axe) avec en plus une légère traction de la tête par prise occipitale et mentonnière.
Après avoir maintenu le rachis par une légère traction, la coque arrière de la minerve est glissée sous le cou, puis la partie avant est fixée par des velcros ou des sangles.
Le matelas coquille est moulé et installé sur un brancard ou un plan dur.

◁ Revoir traumatisme du rachis (M1)

▷ Voir fiche technique matelas

sangles▷ Voir fiche technique plan dur et immobilisateur tête

Arrimage d'une victime sur un brancard (Sanglage)

Dans les situations d'urgence et/ou les brancardages difficiles, des sangles de fixations sont utilisées.
Le sanglage doit rester exceptionnel.
ATTENTION : Les sangles ne doivent pas se trouver au niveau du thorax ni de l'abdomen et encore moins sur une lésion, une plaie. Les sangles ne doivent pas être trop serrées, elles servent uniquement au maintien de la victime sur le brancard.


 ▽△ Arrimage d'une victime PSE2 ▽△

 

arrimageinterieurRefermer le drap, la ou les couverture(s) sur la victime ;
Arrimer la victime au brancard par 3 sangles passant au niveau:
- de la partie supérieure du thorax (en passant au-dessus d'un bras et en dessous de l'autre) ;
- du bassin ;
- des cuisses, juste au-dessus des genoux.
Aucune sangle ne doit appuyer sur une blessure, sur le cou, sur la partie inférieure du thorax ou la partie supérieure de l'abdomen (ce qui gênerait la ventilation).

 






Installation et position

Elle est variable, fonction de la maladie et de l'état de conscience. Mais en général repose sur 3 attitudes:

▷ Voir installation (page suivante)

Brancardage

Brancardage simple

Il ne pose pas de problème particulier, puisque le brancard est muni de 4 pieds à roulette.
Néanmoins il faut faire attention aux obstacles sur le parcours même minime comme une bande entre 2 dalles au sol . Cette vibration peut être douloureuse chez certains malades ou blessés.

Transport en chaise provisoire

En cas de difficultés et d'obstacles importants notamment en zone très étroite, escalier étroit ou ascenseur exigu.
Le patient DOIT supporter la position assise et UNIQUEMENT dans ce cas, on peut utiliser la chaise pliante.
La chaise est prise par ses poignets et il faut prévenir le malade du léger basculement de celle-ci.


 ▽△ Technique transport sur une chaise PSE2 ▽△

 

interieurPSE2
chaise transport- Envelopper la victime dans le drap et/ou la couverture et fixer les sangles de maintien ;
- Demander à la victime de garder ses mains croisées sur sa poitrine et de ne pas essayer de s'agripper ;
- Saisir la chaise de transport par ses poignées ; un équipier se place derrière la victime et l'autre face à lui au niveau des pieds ;
- Basculer la chaise légèrement en arrière après avoir prévenu la victime ;
- Faire rouler la chaise au sol si elle est équipée de roulettes arrière ;
- Lorsque c'est nécessaire, le troisième équipier secouriste précède les déplacements de la chaise pour ouvrir les portes, enlever les objets qui pourraient gêner le passage ou sécuriser l'équipier secouriste des pieds en le tenant par la ceinture lors de la descente d'escaliers (fig. 10.11) ;
- Dés que possible, la chaise est placée au coté du brancard pour y transférer la victime

Risques:
L'arrimage de la victime doit toujours être vérifié avant la manœuvre pour éviter toute chute de la victime.
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers doivent garder le dos droit et travailler en fléchissant les genoux et les hanches.
Le respect des ordres permet une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute de la victime.

Points clefs
L'état de la victime supporte la position assise sans risque.
La victime est correctement maintenue sur la chaise.
Les ordres sont audibles, clairs et justes.
Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.



Brancardage à 4

brancardageBrancardage dans un escalier

escalierLe principe est de maintenir le brancard en position horizontale. Car des variations de hauteur peuvent devenir dangereuses chez certains malades en détresse circulatoire.
En épaulant le brancard pour les porteurs dans la descente, on peut ainsi élever peu à peu le brancard.
Le patient doit être bien sanglé.
Une bonne coordination s'impose.

Passage d'un obstacle ou zone étroite

C'est le même principe

Passage d'une zone étroite

brancardage pompiers2 personnes se mettent à l'intérieur des hampes du brancard dos à dos

Autre passage difficile

Le mieux est l'utilisation d'un matelas coquille.
Si la position n'est pas horizontale, l'état circulatoire doit être parfait sinon on risque alors un arrêt du cœur par désamorçage de la pompe cardiaque.

Des moyens exceptionnels sont parfois nécessaires.

 


 ▽△ Détail des techniques de brancardage secouristes PSE2 ▽△

 

interieurPSE2

Les règles de base

1. Les équipiers secouristes travaillent en équipe, sous la conduite d'un chef.
2. La victime doit obligatoirement être sanglée ou arrimée sur le brancard avant tout déplacement.
3. Le chef place les équipiers secouristes en fonction de leur taille et de leur force.
4. Les commandements d'exécution sont, le plus souvent, précédés de commandements préparatoires et doivent être entendus de tous les équipiers secouristes.
5. Les mouvements doivent être doux et synchronisés.
6. Le déplacement se fait en marchant.
7. La marche doit être souple, sans secousse ni balancement ; de ce fait les équipiers secouristes ne doivent pas marcher au pas.
8. Le brancard doit rester le plus possible horizontal.
9. Le blessé est brancardé, en général, tête en avant.
10. Le chef surveille en permanence la victime et la position du brancard.

Départ, marche et arrêt du brancardage

Le chef est placé le plus souvent aux pieds ce qui permet la surveillance de la victime et des équipiers.
About de bras en utilisant un brancard sans chariot
Après avoir sanglé et couvert correctement la victime, le chef commande Pour le brancardage,... en position ! .
Au commandement Etes vous prêts ? , les équipiers secouristes s'accroupissent devant leur poignée, faisant face au brancard, cuisses écartées, le dos plat.
Ils saisissent la poignée à deux mains . En position, ils répondent Prêts ! .
Au commandement Attention pour lever...levez ! , les équipiers se relèvent le dos plat.
Au commandement Attention pour avancer ! , les équipiers secouristes pivotent d'un quart de tour vers l'avant (sens de la marche) une main tenant la poignée, l'autre libre (sauf pour l'équipier arrière dans le brancardage à 3) ; Avancez ! , les équipiers secouristes et le brancard avancent.
En cours de marche, les équipiers secouristes de l'avant annoncent tout obstacle dès qu'ils l'aperçoivent.
Pour arrêter le brancard, le chef commande Attention pour arrêter...arrêtez !
Pour reposer le brancard sur le sol, le chef commande « Attention pour poser !» ; les équipiers secouristes font face au brancard et reposent la main libre sur la poignée (sauf pour l'équipier secouriste arrière dans le brancardage à 3) ; « Posez ! » le brancard est descendu horizontalement et posé doucement au sol.
En utilisant un chariot brancard
Le brancardage d'une victime à 3 équipiers secouristes est plus facile en terrain plat avec un chariot brancard après avoir soulevé le chariot et déployé ses pieds.
Un équipier secouriste se place à l'arrière entre les hampes du chariot et le pousse tout en le dirigeant. Cette action est facilitée par la présence de roues pivotantes, au minimum à l'arrière du chariot. Les deux autres équipiers secouristes saisissent le chariot par les hampes avant pour faciliter sa progression et le maintenir..

Risques
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers doivent garder le dos plat et travailler avec les cuisses.
Le respect des ordres de brancardage permet une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute du brancard et de la victime.

Points clefs
- Le chef de brancard surveille la victime et les autres équipiers secouristes.
- Les ordres de brancardage sont audibles, clairs et justes.
- Le brancard doit être maintenu en position horizontale.
- Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.

brancardage 1 brancardage 2 brancadage 3

brancardage 4 brancardage 5

Franchir un obstacle à 3 équipiers

Le brancard est amené perpendiculairement à l'obstacle, tout contre celui-ci
Au commandement « Face au brancard ! », les deux équipiers secouristes avant font face au brancard en pivotant d'un quart de tour ;
L'avant du brancard est posé sur l'obstacle, l'arrière étant maintenu par le chef
Les deux équipiers secouristes avant franchissent, l'un après l'autre, l'obstacle puis, saisissent les poignées avant du brancard.
Au commandement « Envoyez ! » ils le font progresser jusqu'à ce que l'arrière du brancard touche l'obstacle;
L'arrière du brancard est posé sur l'obstacle, l'avant étant maintenu par les 2 équipiers secouristes ;
Le chef de brancard franchit à son tour l'obstacle, et vient saisir les poignées avant ;
Les 2 équipiers secouristes, sans lâcher le brancard, coulissent le long des hampes jusqu'au contact de l'obstacle ;
Au commandement « Envoyez ! », l'équipe dégage le brancard de l'obstacle ;
Au commandement « Attention pour poser...posez ! », le brancard est posé au sol ;
Chacun reprend sa place.
Risques
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers doivent garder le dos droit et travailler en fléchissant les genoux et les hanches.
Le respect des ordres de brancardage permet une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute du brancard et de la victime.
Points clefs
Le chef de brancard surveille la victime et les autres équipiers secouristes.
Les ordres de brancardage sont audibles, clairs et justes.
Le brancard doit être maintenu en position horizontale.
Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.

obstacle 1 obstacle 2

obstacle 3 obstacle 4

Franchir un obstacle à 4 équipiers

Dés qu'un des équipiers secouristes aperçoit un obstacle, il le signale.
Le brancard est amené perpendiculairement à l'obstacle, tout contre celui-ci
Au commandement « Face au brancard ! », les deux équipiers secouristes avant font face au brancard en pivotant d'un quart de tour ;
L'équipier secouriste arrière gauche passe entre les poignées et les soutient
Le chef de brancard qui était à l'arrière droit, reconnaît et franchit l'obstacle et se place de l'autre côté, face à l'avant du brancard. Les deux équipiers secouristes de l'avant restent sur place, tout contre l'obstacle;
Au commandement Envoyer ! , les deux équipiers secouristes avant font coulisser le brancard, soutenu par l'équipier secouriste arrière jusqu'à ce que le chef puisse saisir les poignées avant;
Les deux équipiers secouristes avant continuent à faire coulisser le brancard jusqu'au commandement « Halte ! donné lorsque la moitié du brancard a passé l'obstacle ;
Le brancard étant soutenu à l'avant et à l'arrière, les équipiers secouristes avant passent rapidement l'obstacle et se replacent contre lui de l'autre côté ;
Au commandement Envoyer ! , les brancardiers avant font coulisser le brancard jusqu'à ce que le brancardier arrière soit au contact de l'obstacle ;
Le brancard achève de franchir l'obstacle, soutenu par le chef à l'avant, et par les deux équipiers secouristes de côté. Il est arrêté à distance de l'obstacle ce qui permet au brancardier arrière de franchir l'obstacle à son tour et de venir se replacer entre les poignées arrière ;
Les brancardiers de côté reprennent leur place à l'avant ;
Le chef reprend alors sa place à l'arrière .
Même risques et points clefs qu'à 3 équipiers

brancardage-1brancardage-2brancardage-3brancardage-5

brancardage-6brancardage-7brancardage-8

Brancarder à travers un passage étroit

A proximité du passage étroit, le chef de brancard fait arrêter la progression du brancard;
Le chef de brancard demande aux équipiers secouristes de passer les uns après les autres à l'intérieur de la hampe du brancard sans la lâcher ;
A l'issue de cette manœuvre, les équipiers secouristes se retrouvent dos à dos à l'intérieur des hampes du brancard ;
Au commandement Avancez ! , les équipiers secouristes progressent en « pas chassés » au travers du passage ;
Une fois le passage étroit franchi, le brancard est à nouveau arrêté pour permettre à chaque équipier secouriste de reprendre sa position initiale.
Risques
Le brancard ne sera qu'exceptionnellement incliné sur le côté ; l'arrimage de la victime aura alors été vérifié.
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers doivent garder le dos droit et travailler en fléchissant les genoux et les hanches.
Le respect des ordres de brancardage permet une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute du brancard et de la victime.
Points clefs
Le chef de brancard surveille la victime et les autres équipiers secouristes.
Les ordres de brancardage sont audibles, clairs et justes.
Le brancard doit être maintenu en position horizontale.
Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.

passage-1 passage-2

Brancarder dans une pente ou un escalier

Dans une pente ou un escalier, le chef de brancard, après s'être assuré de l'arrimage de la victime au brancard, demande aux équipiers secouristes qui sont vers le bas de tenir les poignées à deux mains et de les relever jusqu'à la ceinture, la poitrine ou l'épaule de façon à maintenir le brancard en position horizontale.
A trois équipiers, il est nécessaire :
- Pour monter de mettre un équipier secouriste à l'avant et deux équipiers secouristes à l'arrière du brancard;
- Pour descendre de mettre deux équipiers secouristes à l'avant et un équipier secouriste à l'arrière du brancard
Risques
L'arrimage de la victime doit toujours être vérifié avant la manœuvre pour éviter toute chute de la victime.
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers secouristes doivent garder le dos droit et travailler en fléchissant les genoux et les hanches.
Le respect des ordres de brancardage permettent une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute du brancard et de la victime.
Points clefs
Le chef de brancard surveille la victime et les autres équipiers secouristes.
Les ordres de brancardage sont audibles, clairs et justes.
La position d'attente de la victime doit être respectée.
Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.

escalier-1 escalier-2

▷ Voir vidéo montée escalier (Pompiers 63)

▷ Voir vidéo descente escalier (Pompiers 63)




Dans l'ambulance

Préparation

Il faut vérifier que tout est prêt pour accueillir le patient:

Installation

installationEn général le brancard coulisse le long de tringles horizontales, ce qui permet d'entrer facilement dans la cellule sanitaire.
Mais le malade ne doit pas être trop penché lors de l'introduction dans les rainures.
Le brancard est alors fixé, afin d'éviter les amplifications des défauts de suspension du véhicule.
La position idéale du brancard est centrale, permettant de tourner facilement autour du malade afin de le surveiller et de réaliser des gestes.
La mise en route est faite par le chef d'équipe avec ordre du type : " êtes-vous prêt" réponse des coéquipiers: "Prêt", puis tous les ordres se font sur le principe: " attention pour....Lever, Lever!
La plupart des brancards d'ambulance sont munis de roulettes. Le brancardage classique sera réduit donc au minimum.


 ▽△ Détail chargement victime dans une ambulance PSE2 ▽△

 

interieurPSE2

En utilisant un brancard sans chariot

Le brancard est chargé dans le véhicule :
- soit directement sur des rails placés au sol du véhicule ;
- soit sur un porte brancard fixe ou mobile.
Le brancard doit être verrouillé au sol ou au porte brancard.
La responsabilité de l'arrimage de la victime dans le moyen de transport et la fermeture des portes incombe au conducteur du véhicule.
Dans les ambulances dotées de deux brancards, le blessé le plus grave doit être le plus facilement accessible par les personnels d'accompagnement.

En utilisant un chariot brancard

Le chariot est chargé dans l'ambulance à 3 ou 4 équipiers.
A 3 équipiers secouristes, les 2 brancardiers qui maintiennent le chariot à la tête de la victime (équipiers « avant ») guident les roulettes de guidage dans les rails de l'ambulance.
Dés que le brancard repose en avant, l'équipier secouriste placé au pied libère les pieds avant du brancard en appuyant sur la poignée de commande.
Les équipiers secouristes avant aident les pieds avant du chariot à se replier et guident le chariot alors que l'équipier secouriste disposé aux pieds (équipier « arrière ») le pousse à l'intérieur de l'ambulance.
Lorsque le chariot est rentré des deux tiers dans l'ambulance, les équipiers secouristes « avant » soutiennent le chariot, alors que l'équipier secouriste « arrière » libère les pieds arrière du chariot et les replie pour terminer la manœuvre.
Une fois rentrée dans l'ambulance, les équipiers secouristes vérifient que le système de fixation du chariot est verrouillé et immobilisé.
En aucun cas, la manœuvre ne doit être réalisée à un seul équipier secouriste.
Le déchargement d'une victime d'une ambulance se fait exactement de manière inverse au chargement.

Risques

L'arrimage de la victime doit toujours être vérifié avant la manœuvre pour éviter toute chute.
Afin de limiter les lésions dorsales, les équipiers secouristes doivent garder le dos droit et travailler en fléchissant les genoux et les hanches.
Le respect des ordres de brancardage permettent une parfaite synchronisation des gestes et évite ainsi toute chute du brancard et de la victime.

Points clefs

Le chef de brancard est placé au pied du brancard pour surveiller les autres équipiers et la victime.
Les ordres sont audibles, clairs et justes.
Le brancard doit être maintenu le plus possible en position horizontale.
Le déplacement de la victime est souple, sans secousse ni balancement.

transfert 1 transfert 2

transfert 3 transfert 4

 

 

Patient appareillé

poche urineSonde urinaire

La poche à urine n'est pas posée entre les jambes du patient mais attachée en position basse (en dessous du malade) .
perfusionOn veillera à ce qu'elle ne tire pas sur la sonde.
On n'oubliera pas de rouvrir la sonde urinaire si elle a été clampée pendant le transfert.
Si possible, par pudeur, on recouvrera le tout d'un drap.

◁ Revoir sonde urinaire (M2)

Perfusion

Elle est accrochée au "porte-sérum" à hauteur suffisante pour qu'elle coule correctement et que le sang ne remonte pas dans la tubulure.
On vérifiera que l'emplacement du cathéter est bien dégagé, sans articulation pliée.

◁ Revoir perfusion (M2)

Surveillance

Le brancard est maintenu toujours horizontal, transport tête en avant, le chef est situé à l'arrière.
Il surveille le visage du malade et peut donc intervenir à tout moment.

Répercussion du transport

Le transport (vitesse, vibrations, bruits...) retentit sur l'organisme.
Si on ne fait pas attention, il risque d'aggraver la situation clinique surtout en cas de détresse circulatoire.
Le matériel de secours qui est utilisé, ou susceptible d'être utilisé, pendant le transport doit être correctement fixé pour ne pas chuter ou devenir un projectile dangereux en cas de décélération brutale.

◁ Revoir répercussion du transport (M1)

Déchargement

brancardagePour les accidentés, le mieux est d'installer le blessé sur le lit ou chariot d'urgence sans défaire le matelas coquille. Celui ci sera repris ultérieurement.
Les radiographies sont réalisées avec le matelas sans problème.
Sinon les mêmes techniques de ramassage seront employées en privilégiant la méthode à la cuiller: pendant que le malade est soulevé le brancard est retiré et remplacé par le lit.
Hélas le plus souvent le malade est brutalement déchargé à l'aide du drap s'il est solide Cette méthode n'offre pas toutes les garanties nécessaires et est à rejeter. On peut aussi utiliser une planche de transfert très pratique.
La manipulation des malades à l'hôpital est en général très mal réalisée. Il ne faut donc pas prendre exemple lors des stages.

Position couchée à la position debout

Si le malade peut marcher, il faut néanmoins faire attention, surtout chez les personnes âgées à la stabilité de son système cardio-vasculaire.
En effet le sang a brutalement du mal à remonter au coeur du fait de la pesanteur. Le système nerveux régule instantanément la tension artérielle.
il y a risque de malaise, flou visuel, vertiges, bradycardie voire brève perte de connaissance.
Chez une personne âgée, déshydratée, sous traitement anti hypertenseur ou autre traitement (sédatif, tranquillisant, somnifère...) la tension peut chuter brutalement entraînant un malaise.
Attention au patient longtemps alité
On parle d'hypotension orthostatique.

Le passage de la position couchée à la position debout doit se faire progressivement voire pas du tout au moindre doute.

Attention

  • à l'hypotension orthostatique de la personne âgée

Brancard à l'hôpital

brancardIl existe de nombreux modèles: de la simple table d'examen au brancard de réanimation.
Souvent le parc de brancards est hétéroclite...

Le brancard de réanimation doit être large, radiotransparent (pour faire des radiographies sans bouger le malade) et facilement inclinable en proclive et déclive.

 

Résumé

 

Points clefs

  • Toujours fixer le brancard avant le transport
  • Pas de matériel souple pour les suspicions de fracture du rachis
  • Si l'état circulatoire n'est pas bon, le fait de pencher le brancard est dangereux
  • Maintenir toujours la position horizontale chez une personne qui saigne
  • Matelas coquille dans un environnement difficiel
  • Perfusion en hauteur, jamais clampée
  • Poche urinaire arrimée en dessous, sans traction
  • Chaise transport
    • uniquement passage difficile
    • personne doit supporter position assise

Répertoire

  • Recopier et définir les mots suivants :
    • hypotension orthostatique
    • Proclive: Tête en haut, pieds en bas
    • Déclive : Tête en bas, pieds en haut
    • Décubitus ventral, dorsal
    • Brancard , civière

 

Conseil

 

 


△ Retour début page Suite aide à la marche ▷
◁ Retour choix module 4  
   

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim