precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Maladies du cœur

malaiseLe cardiaque

Un évènement cardiaque peut survenir chez une personne sans aucun antécédent ou bien sur un cœur déjà malade.
La manifestation ressentie est très variable du simple malaise à la détresse circulatoire en passant par un thorax douloureux.
Une maladie du cœur peut se traduire par des signes respiratoires.
Le point commun est qu'à tout instant on peut avoir une mort subite, d'où les précautions à prendre.
Chez une personne consciente, les gestes de base sont la position 1/2 assise, l'oxygénation et la surveillance constante.

Ces maladies sont soignées en ville ou à l'hôpital selon le degré de gravité par les médecins généralistes ou par les spécialistes du cœur appelés cardiologues.
Les interventions chirurgicales du cœur sont pratiquées dans un service de chirurgie cardiaque.
Le service d'hospitalisation s'appelle cardiologie.
Les maladies graves (comme un infarctus) sont surveillés dans une Unité de Surveillance Intensive Cardiologique ou U.S.I.C. Ils y sont admis directement par le S.M.U.R. après régulation médicale du S.A.M.U.

Cette page enseigne les points communs à toutes les maladies cardiaques.
Dans les pages suivantes nous détaillerons les principales maladies.

 

Comprendre

"L'enseignement en physiopathologie doit être suffisant pour permettre au candidat d'identifier les signes d'alerte afin de mettre en œuvre les procédures d'urgence adaptées, sans entrer cependant dans un niveau de détails trop important afin de rester dans le cadre des missions de l'ambulancier.

Rappel anatomique

mediastinLe cœur est situé dans le thorax, sensiblement à gauche :

C' est une pompe composée de muscles appelé myocarde.
Il est entouré de 2 feuillets : le péricarde.
A l'intérieur, il y a des cavités :  oreillettes et ventricules

◁ Revoir cours anatomie

Rappel physiologique

coeurLe myocarde travaille en se contractant et consomme de l'oxygène en provenance des artères coronaires.
Il permet la grande et petite circulation
Les battements du coeur sont automatiques grâce à des circuits électriques internes.

◁ Revoir cours physiologie

Physiopathologie (Comment devient-on cardiaque ?)

Urgences sans antécédents

malaiseUne personne peut présenter brutalement, alors qu'elle n'a jamais été malade :

coeurToutes ces circonstances risquent de réduire les performances du muscle cardiaque donc de moins irriguer les différents organes en oxygène, principalement le cerveau.
Si la contraction du ventricule gauche est très mauvaise, la pression artérielle s'effondre.

Maladie cardiaque chronique

La personne se sait cardiaque, elle est suivie par un cardiologue et prend des médicaments.
Son myocarde devient de moins en moins performant. Le coeur est "insuffisant". Il a du mal à faire circuler l'eau du corps, les jambes gonflent et la respiration est difficile surtout à l'effort.
En cours de transport, la situation peut parfois se dégrader.

Une décompensation aigue peut survenir sur un coeur malade comme un oedème aigue du poumon, un troubles du rythme, un infactus...


Signes cliniques

Objectifs : Démarche d'observation d'une situation : signes cliniques, identifier les détresses, changement de l'état clinique.

Il s'agit d'un transport délicat. Car, à tout instant, le cœur peut "lâcher". Certains types de patients doivent être transportés par le SMUR.
Le rôle de l'ambulancier, arrivé le premier sur les lieux, est primordial.
Il doit toujours éliminer une grande détresse et dans ce cas agir vite, tout en alertant le S.A.M.U.

Le malade est cardiaque ou ne le sait pas.
Le bilan recherchera une détresse selon un algorithme appris au module 1 en commençant par le plus grave.

arret cardiaqueInefficacité circulatoire

inconscientEn approchant du patient, on constate une inconscience confirmée par l'absence de réponse à la question "serrez les mains".
Il ne respire plus (aucun souffle d'air ne sort de la bouche à l'expiration, aucun mouvement respiratoire thoracique ou abdominal). (à prendre sur 10 sec.)

Le professionnel porte immédiatement sa main au cou pour conclure sur l'abolition du pouls carotidien.

poulsLe visage est pâle ou cyanosée.

◁ Revoir détresse cardiaque

▷ Fiche technique : mesure fréquence respiratoire

L'examen vital ne doit pas prendre plus de 30 s.
La réanimation sera immédiatement entreprise.

Si la personne s'écroule sans signes préalables, on parle de mort subite.

Détresse circulatoire

La tension artérielle est basse avec agitation, angoisse, pouls filant.
Il n'y a pas que l’hémorragie qui donne une chute de la tension (collapsus)
Elle survient aussi dans les infarctus dramatiques ou les tachycardies graves.
Ces situations sont exceptionnelles.
La pompe cardiaque gauche est plus souvent atteinte que la pompe droite d'où engorgement du sang dans les poumons:
Il y a alors état de choc avec œdème aigu du poumon (O.A.P.)

▷ Fiche technique : mesure de la pression artérielle

Inconscience (Malaise)

La personne respire et son pouls est perçu.
C'est une perte de connaissance passagère ou un malaise.
S'il s'agit d'un problème cardiaque, en général la personne va rapidement reprendre conscience.
Dans la négative, il faut rechercher une autre cause comme un accident vasculaire cérébral (A.V.C.).

▷ Voir détails "malaise" au chapitre maladies neurologiques

Rythme cardiaque extrême

trouble rythme cardiaqueSi le cœur bat anormalement, on parle de troubles du rythme.
Soit il s'agit d'une conséquence d'une détresse, d'une maladie (ex.: f ièvre + pouls rapide) ou cette modification du rythme (parfois brutale) est à elle seule à l'origine du malaise.

- Tachycardie majeure
Le plus souvent il y a eu un "déclic" dans la poitrine. Subitement on ressent son coeur qui"bat vite".
Un pouls supérieur à 140 par minute est très mal supporté par le malade qui est essoufflé et la tension peut chuter.

- Pouls lent ou bradycardie
Un pouls inférieur à 40 par minute après un effort ayant entrainé un malaise doit inquiéter.

▷ Voir détails "troubles du rythme cardiaque" page suivante

Détresse respiratoire

L'origine de cette détresse est parfois d'origine cardiaque comme un œdème aigu du poumon (O.A.P.)
Une détresse circulatoire d'origine cardiaque peut parfaitement s'associer à une détresse respiratoire.
(Par ex: Violente douleur thoracique + état de choc (Tension basse, appelé choc cardiogénique) et O.A.P. = Infarctus massif (La pompe est détruite = Mortalité importante).
Il faudra rechercher : cyanose, toux graillonnante , mousse rosée et aérée aux lèvres (OAP)

▷ Voir détails "insuffisance cardiaque, OAP" page suivante

Douleur thoracique

coeur douleurDans la forme typique, la douleur thoracique d'un infarctus du myocarde est très violente.
C'est un véritable étau qui broye la poitrine, irradiant souvent dans le cou et parfois dans les bras.
Cette douleur n'a rien à voir avec une petite douleur, type "point de côté", d'ailleurs le malade montre sa douleur, non pas avec un doigt mais avec la main entière qui se resserre sur le thorax.

▷ Voir détails "infarctus du myocarde" page suivante

Essoufflement

Appelé dyspnée, la personne a une respiration rapide.
Elle est consciente et surtout elle parle peu car après elle doit reprendre son souffle.
Il s'agit souvent d'une personne âgée sous traitement cardiaque avec parfois des jambes gonflées.
Mais il n'y a pas de signes de gravité : ni cyanose, ni encombrement, ni agitation et pas ou peu de sueurs.

Bilan normal

Le plus souvent, transporté pour diverses raisons, un cardiaque (consultation, examen...) ne pose aucun problème.
Le bilan de départ est normal ou stable d'après la famille ou le patient.
Néanmoins, il est toujours possible que pendant le transport la situation se dégrade voire mort subite d'où l'intérêt de bien connaître les situations précédentes.

◁ Revoir cours bilan

 

Eléments à rechercher (Bilan)

Certains signes ne sont pas évidents. L'interrogatoire recherchera antécédents. Les ordonnances peuvent aussi orienter.

Prise des constantes

bilan cardiaqueMême devant un bilan normal, on prendra toutes les constantes vitales :

Ne pas négliger d'autres plaintes

Il est indispensable de laisser parler le malade et de l'écouter.
S'il ne parle pas spontanément, on lui demande "Qu'est ce qui ne va pas ? "
Les signes suivants peuvent avoir pour origine le cœur (par mauvaise perfusion des organes, surtout le cerveau)

Bilan circonstanciel

Il est important de savoir si les signes sont survenus :

Il faudra préciser, sans influencer, si la personne ressent des signes nouveaux.
Par ex.:

Il faut essayer de retrouver l'heure du déclenchement
Y-a-t-il un facteur déclenchant : effort, peur, angoisse...?

Antécédents

Un interrogatoire simple mais orienté recherchera les maladies antérieures du malade, l'hospitalisation en cardiologie, le suivi par un cardiologue...

Cardiaque appareillé ?

traitementTraitement ?

Prend-t-il des médicaments, notamment des anticoagulants ou aspirine (médicaments fluidisant le sang), des diurétiques, des bétabloquants ?
A-t-il des piqûres tous les jours (Insuline chez le diabétique par exemple).

Assister le patient  dans la prise de son traitement

Le patient qui ressent un symptome comme une douleur thoracique peut de sa propre initiative prendre un médicament.
Le médecin régulateur du 15 peut ordonner après analyse du bilan transmis, la modification du traitement.
Par ex : pastille de trinitrine ou spray sous la langue chez un cardiaque douloureux (angor dit angine de poitrine)

dossierIdentité et dossier

Ce n'est pas, bien sûr, la première chose à rechercher et surtout pas avant le bilan vital !
Il est important de prendre la lettre du médecin, les documents (compte rendu d'hospitalisation, examens de laboratoire, radiographies, échographies, ordonnances) en possession du malade.

◁ Revoir cours bilan complémentaire

 

Critères de gravité

C'est la partie la plus importante de cette page.

C'est l'expérience qui permettra de bien repérer les critères de  gravité qui rendront obligatoire l'alerte au 15.
Au moindre doute, il est préférable de passer un bilan au SAMU.
Encore faut-il qu'il soit exact. La plus grosse erreur serait de minorer le tableau clinique.

Quelques conseils pour débusquer un cas grave :

 

Causes

Chaque maladie cardiaque sera détaillée dans les pages suivantes

 

Gestes à faire

Objectifs : Alerter, pratiquer gestes de survie, installer, améliorer la détresse, rassurer

defibrillationmceMort subite

Sans attendre, le MCE sera pratiqué en premier, en attente d'un défibrillateur.
Rappelons que chez un cardiaque, la priorité est d'utiliser le plus vite possible un défibrillateur.
En plus de la LVA, la réanimation sera complétée par la ventilation artificielle (maintenant recommandée après).
Alerter
alerterPoursuite des gestes de survie jusqu'à l'arrivée des renforts.

◁ Revoir cours complet : arrêt cardiaque / défibrillation / massage cardiaque

▷ Fiches techniques : MCE / Défibrillation / Ventilation artificielle / Réa cardio-pulmonaire

Détresse respiratoire et/ou circulatoire (Conscient)

◁ Revoir gestes de survie

position 1/2 assiseEn l'absence de détresse

Un cardiaque sera transporté ½ assis.
Il faut rassurer, réchauffer surtout qu'une personne âgée à froid.
L'oxygène sera administré si le patient le réclame.
L'idéal est d'avoir le feu vert d'un médecin, avec une ordonnance pour "transport en ambulance" avec une prescription d'oxygène.
Sauf si le patient a l'habitude de marcher, il sera brancardé jusque dans l'ambulance en respectant l'horizontalité le plus possible
En aucun cas il ne descendra les marches de son appartement à pied !
Tout effort est néfaste.

Si le transport est à la demande du 15, trasmettre le bilan et aussi au moindre doute sur une éventuelle détresse.
Il est préférable de pécher par excès que de passer à côté d'une urgence dont les signes n'étaient pas évident.

◁ Revoir installation

Attention
  • Ces malades sont souvent en équilibre précaire
  • Toute agression, froid, douleur, émotion,mobilisation peuvent gravement retentir sur le cœur.

Pendant le transport

coeur relaxL'ambulancier exercera une surveillance visuelle continue avec prise des constantes : TA, pouls, fréquence respiratoire.
La moindre palpitation ou sensation de raté du cœur doit mettre en alerte, car le risque d'arrêt cardiaque brutal est toujours possible.
Il faudra rassurer en permanence ce malade angoissé, en évitant toute précipitation dans le transport, sans à coup, c'est-à-dire sans accélération de décélération brutale, ni bruit par un klaxon intempestif.
La cellule sanitaire sera bien chauffée.
Il faut éviter les mobilisations brutales comme l'inclinaison du brancard au déchargement.

 

Résumé

cardiaque algorithme

 

Points clefs

  • Sauf inconscience, toujours ½ assis
  • Inconscience : recherche fréquence respiratoire puis pouls carotidien
  • Toujours oxygéner
  • Tout effort est néfaste
  • Aggravation brutale de l'état cardiaque toujours possible
  • Alerter si anomalie du bilan et/ou douleur thoracique
  • Mort subite : défibrillateur au plus vite
  • Bien distinguer signes d'apparition brutale ou récente du chronique stable
  • Bien analyser toute douleur thoracique
  • Détresse respiratoire = origine cardiaque possible

Conseil

 


△ Retour début page Suite troubles rythme cardiaque ▷
◁ Retour choix module 2  
◁ Retour choix autre maladie  

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim