precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

revisionsMaladies et accidents respiratoires

Résumé, Savoirs, Exercices , Téléchargements

▽ Résumé

▽ Savoir

▽ Exercices

▽ Téléchargements


 

L'essentiel pour le DEA

Obstruction totale voies aériennes

Les circonstances et les signes sont en général évidents. Au cours d'un repas, une personne porte sa main à la gorge et ne peut plus parler.
Très rapidement apparait une asphyxie.
Il faut immédiatement pratiquer debout 5 claques dans le dos.

Points clefs

△ Retour début page

Autres obstructions voies aériennes

S'il y a un obstacle entre la face et les alvéoles pulmonaires, l'oxygène ne rentre plus dans le sang et le gaz carbonique ne sort plus.
Il y a asphyxie.
Selon le degré de l'obstacle, la détresse respiratoire (tachypnée, amplitude faible) et ses signes annexes (cyanose, sueurs, tachycardie, somnolence plus tard) seront plus ou moins intenses.
La nature de l'obstacle est à rechercher pour tenter de désobstruer.
Citons les causes curables : pendaison (dépendre), noyade (soustraire), encombrement pharyngé (aspirer), coma (pls, chute langue)
Quel que soit la situation, une oxygénation est indispensable, position 1/2 assise (sauf inconscience) et alerte.

Points clefs

△ Retour début page

Pendaison

La pendaison suicidaire est découverte, le plus souvent au stade de l'arrêt cardiaque.
Après la dépendaison, desserez le noeud et vérifier immédiatement le pouls carotidien. En son absence la réanimation cardio-respiratoire est entreprise.
Elle est poursuivie jusqu'à l'arrivée des secours médicaux alertés.
Si l'obstruction est partielle ou la découverte précoce, le bilan retrouvera une personne inconsciente mais dont le coeur fonctionne encore. PLS, LVA, aspiration et oxygénation sont immédiatement pratiqués.

Points clefs

△ Retour début page

Electrocution

L'électrocution est banale (petite secousse) mais dans certaines circonstances (haut voltage, mauvaise isolation, humidité...) elle tue.
Le dégagement se fera en s'isolant et en coupant le courant tout en évitant la chute de l'électrocuté.
Les conséquences vont de la simple décharge à l'arrêt cardiaque en passant par la contraction musculaire permanente.
Le courant de haut voltage donnent des brûlures internes gravissimes peu visibles à l 'origine d'une détresse circulatoire.

Points clefs

△ Retour début page

Noyade

Après avoir secouru un noyé, le bilan d'urgence vérifiera si la personne est en arrêt cardio-respiratoire. Dans ce cas on pratiquera immédiatement MCE et ventilation.
En présence d'une victime consciente, il ne faut pas négliger le bilan et bien analyser les petits signes de détresse respiratoire d'autant que la cyanose des lèvres et des extrémités peut être mis sur le compte d'une hypothermie.
Le noyé peut dégrader sa fonction respiratoire secondairement d'où l'intervention d'un SMUR.
L'oxygénation avec un masque à haute concentration est appliquée à 9-12 l/mn.
L'ambulancier témoin ne doit pas rompre la chaîne de secours spécialisé.

Points clefs

△ Retour début page

Arrêt respiratoire isolé

Il s'agit d'une situation exceptionnelle dominée par 2 cas cliniques : overdose de drogue ou transition avant l'arrêt cardiaque d'une personne en grande anoxie.
Devant une personne inconsciente ou "absente" il faut avoir comme premier réflexe de regarder si la personne respire. Cela prend 10 secondes.
Surprise la prise du pouls carotidien qui suit est positive.
Désobstruction si nécessaire et ventilation artificielle sans oublier l'alerte.

Points clefs

△ Retour début page

Paralysie respiratoire

Il s'agit de cas exceptionnel.
Plus que les signes cliniques qui ne sont pas évidents, ce sont les circonstances (drogué, traumatisme rachis par ex.) qui doivent attirer l'attention.
Au delà d'une certaine fréquence basse (<6), il faudra mettre en route la ventilation artificielle. Mais attention elle ne pourra plus être arrêtée jusqu'à l'arrivée des secours médicalisés.

Points clefs

△ Retour début page

Maladies respiratoires

Transporter une personne ayant une maladie respiratoire aigue ou chronique est fréquent.
Ce qui importe, c'est de dépister des signes de gravité comme la cyanose, la tachypnée, l'agitation, la désorientation.
il suffit d'écouter, observer et entendre pour reconnaitre la détresse respiratoire.
La personne étouffe et exprime sa difficulté à respirer. Elle respire vite et faiblement.
En attendant les secours médicaux alertés, elle sera installée 1/2 assis, oxygénée et surveillée en permanence.

Points clefs

△ Retour début page

Asthme

L'air entre difficilement dans les alvéoles mais ne peut plus sortir à l'expiration car les petites bronches sont rétrécies voire bouchées.
Souvent le patient a des antécédents d'allergie. La pollution de l'air n'arrange pas les choses.
Des médicaments par aérosol vont dilater les bronchioles et ainsi améliorer la situation.
Exceptionnellement la crise s'aggrave et l'asphyxie devient dramatique nécessitant l'intervention du SAMU.
Il faut donc bien reconnaître les signes d'alerte comme : abus de spray, sueurs et cyanose et surtout somnolence.

Points clefs

△ Retour début page

Insuffisance respiratoire chronique

La destruction des poumons altère définitivement la fonction respiratoire.
Peu à peu le malade respire de moins en moins bien, d'abord à l'effort puis en continue au fil des ans.
La moindre infection respiratoire surtout en hiver entraine une décompensation respiratoire qui nécessite hospitalisation, voire en réanimation.
Le patient a besoin d'oxygène discontinue puis continue.
Certains patients sont sous ventilation artificielle à domicile voire avec une trachéotomie.
L'ambulancier transporte souvent des insuffisants respiratoires chroniques.

Points clefs

△ Retour début page

 

Savoirs

Exercices

Télécharger le cours

Le cours est téléchargable pour usage privé

Que faire maintenant ?

Vous pouvez continuer:

 


△ Retour début page Suite maladies du coeur ▷
◁ Retour choix module 2  

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim