precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

thaipusamClinique

Douleur

Elle est la plainte la plus fréquente, exprimée par le patient au cours du transport.
Elle est difficile de l'évaluer car très subjective.
Même sans médicaments, l'ambulancier peut aider.
Selon les circonstances, elle est aigue ou chronique.
Aigue, elle est sentinelle et permet d'avertir qu'il y a un problème.
Chronique, elle est invalidante et perturbe la vie du malade.
Calmer la douleur, non seulement soulage mais évite un retentissement sur les fonctions vitales.(malaise vagal)


 

Définition

moelleC'est une expérience sensorielle et émotionnelle désagréable.
La douleur est subjective, c'est-à-dire difficilement mesurable et très variable d'un malade à l'autre pour la même lésion.


Comment l'ambulancier peut-il savoir ce que ressent le patient, ce qu'il peut supporter ?
moelleUne douleur acceptable pour l'un sera atroce pour l'autre, elle ne se partage pas, elle ne se communique pas comme une émotion.
Mais surtout si elle est chronique et quotidienne, elle est souvent vécue avec fatalisme.
Elle devient invalidante.
Il existe pourtant de nombreux médicaments et différentes techniques comportementales qui permettent de la soulager.

Type de douleur

La douleur est la traduction d'un message nerveux transmis par des récepteurs, puis véhiculée le long des nerfs par un courant électrique, des relais et des hormones.
Il gagne le cerveau où elle est analysée, interprétée et localisée.
Donc l'information part de la périphérie pour remonter au cerveau qui est averti.
Mais la sensation de douleur est variable d'un individu à l'autre surtout qu'il existe dans le corps des filtres et que nous secrétons notre propre morphine, les endomorphines!

◁ Revoir anatomie du système nerveux

Douleur aiguë

angorpanarisC'est un symptôme utile en tant qu'alarme et qui souvent disparaît avec le traitement de la cause.
Elle a un rôle de défense.
Elle oblige l'organisme à réagir lorsqu'il y a un danger.
Elle est utile lorsqu'elle permet la mise en place immédiate d'une réaction de protection.
(Exemple : éviter une brûlure grave en retirant la main du feu).
Elle permet de découvrir une maladie comme un infarctus du myocarde ou un panaris (infection du doigt)
En effet devant la douleur, le patient va consulter un médecin.

Douleur chronique

C'est l'état dans lequel une personne subit une souffrance qui persiste.
Elle est associée à plusieurs autres éléments perturbant la vie du malade comme la difficulté à s'alimenter, à marcher, à effectuer ses soins d'hygiène, à se vêtir…
Elle n'a plus le rôle d'alerte mais devient un élément négatif qui s'impose au malade, à sa famille et aux soignants.
Le malade passe de la douleur à la souffrance totale.
La personne doit être prise en charge par une équipe multidisciplinaire (rhumatolgue, neurologue, psychologie, anesthésiste...).
La première étape est la consultation de la douleur qui se développe dans de nombreux établissements.

Conséquences

Douleur Tabou

douleur tagElle peut encore apparaître comme un sujet tabou dont on évite de parler.
Il faut l'identifier, l'évaluer, la traiter et accepter d'en parler avec celui qui souffre, aller vers lui, être présent, parler, rompre son isolement.
La présence et l'écoute ont à elles seules, auprès de celui qui souffre une fonction de soulagement.


L'âge, les facteurs ethniques, sociaux, culturels, conditionnent le vécu de la douleur, et modulent son expression.
La profession, le mode de vie, l'éducation reçue, l'entourage familial rendent plus ou moins tolérant au phénomène douloureux et là aussi en modifient l'expression.


Pourquoi calmer ?

En urgence

L'intensité de la douleur (traumatisme) peut retentir sur:

la fonction cardiaque


- Tachycardie (Pouls rapide)
- Bradycardie (Pouls lent)
Elle peut se transformer en un arrêt (heureusement provisoire, le coeur repart tout seul rapidement). C'est le malaise vagal.

▷ Voir cours sur les malaises

la fonction circulatoire


- Hypertension
- Hypotension

Info

  • Une forte douleur peut être à l'origine d'un malaise

 

Pour la douleur chronique

Son traitement permet de traiter le manque de sommeil (insomnie), la perte de l'appétit (anorexie), la diminution de l'activité et la dépression nerveuse.
Mais certains patients vont refuser d'être soulagés, parce que "sentir" c'est encore vivre en gardant la sensation du corps, parce que résister à la douleur c'est être fort ou par conviction religieuse (douleur rédemptrice en parallèle avec la souffrance du Christ).
Soulager le patient en fin de vie, lui permettra de mieux dormir et ainsi d'économiser ses forces, de récupérer un peu d'appétit.

 

Points clefs

  • Information part de la périphérie pour remonter au cerveau qui est averti.
  • Douleur aigue = douleur sentinelle (alerte)
    • signale qu'un organe est lésé
    • ne pas négliger
  • Douleur chronique
    • invalidante
    • élement négatif, souffrance
  • Calmer la douleur
  • Douleur vive peut entraîner un malaise vagal
    • tachycardie (pouls rapide), bradycardie (pouls lent) -> rechercher douleur
    • hypertension, hypotension -> rechercher douleur

Conseil




△ Retour début page Suite douleur ▷
◁ Retour choix module 2  

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim