precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Traumatologie

Protéger, Alerter

Le principe est de : Protéger --> Alerter --> Secourir (P.A.S.)
La première action de l'ambulancier est de protéger afin d'éviter le suraccident.
Il gare correctement son véhicule, met une chasuble, et fait baliser l'accident .
Le bilan se fait sur place, mais en cas de danger on procède à un dégagement d'urgence.
Il doit alerter les autorités de secours avec identification, lieu et gravité de l'accident.

 

proteger

 


 

Protéger

accidentLa protection est le premier élément de la chaîne des secours.

Principes

Dès l'approche du sinistre, il faut prévoir la protection de son véhicule et de son équipage puis des accidentés et des témoins.

Le principe est :

Un minimum de matériel est nécessaire comme: gants, chasuble, lunettes, lampe, casque...
On doit éviter le contact avec le sang.

◁ Revoir page "principes de protection "

▷ Voir fiche mémo protéger


 ▽△  Résumé des principes de protection
 
Préalable au bilan vital

Tout en évaluant d’un simple coup d’œil la situation et son environnement, il faut pratiquer un bilan vital de ou des victimes.
Mais rien ne sert de pratiquer des gestes pour préserver les grandes fonctions vitales si, au préalable, on ne  se protège pas soi même, les témoins et l'accidenté

Identifier les dangers

D'un simple coup d'œil on évalue la situation et les dangers:

  • suraccident
  • récidive de l'accident ou de l'attentat
  • électrocution
  • incendie, explosion, chaleur
Matériel

Il faut donc avoir dans son ambulance des accessoires:

  • gants à usage unique et masques faciaux
  • chasuble réfléchissante et triangle d'avertissement
  • gants de manutention pour objets tranchants
  • lunettes de protection
  • lampe de poche ou mieux lampe frontale
  • blouson blanc adapté au froid et à l'humidité
  • casque de protection type chantier
Protection du sauveteur

Se protéger ainsi que ces collègues de travail est la premier réflexe que l'on doit avoir dès l'arrivée sur les lieux quelque soit la gravité de la situation.
La mesure principale est de ne pas contracter une infection. Cela passe par:

  • la vaccination
  • le lavage des mains
  • l'utilisation de gants
  • l'utilisation de masques
Protection des témoins

Les témoins sont souvent inutiles voire gênants. Il faudra donc les éloigner.
Mais tout en les protégeant, on pourra les utiliser pour alerter les secours ou bien effectuer un balisage.
Il ne faut pas séparer enfants et famille
Seuls les sauveteurs indispensables resteront dans la zone de risques.

Protection de la victime

La victime doit  être dégagée rapidement si le danger persiste.

 


 

Protection d'un accident

avpArrivée sur les lieux, le balisage est un impératif, surtout sur les voies à grande vitesse comme les autoroutes.

LE risque est le carambolage.

A l'approche de l'accident, l'ambulancier mettra en route ses feux de détresse et ralentira progressivement tout en regardant dans le rétroviseur afin de voir si un véhicule n'arrive pas à grande vitesse.

On arrêtera l'ambulance après l'accident avec le gyrophare et les feux de détresses allumés.
On sortira avec un extincteur et on portera un gilet jaune réfléchissant.
200 m avant et après l'accident, on balisera la zone.

◁ Revoir page "protection d'un accident "

▷ Voir fiche technique


  ▽△ Résumé des principes de protection avp

 

Stationnement du véhicule

L’ambulancier arrêtera son véhicule après l’accident avec le gyrophare allumé ainsi que les feux de détresse.
Il positionnera son véhicule sur la bande d'arrêt d'urgence, à défaut sur le bas côté en évitant de gêner la circulation.
Il ne faut jamais s'arrêter sur la voie de gauche, ni traverser l'autoroute pour aller dans l'autre sens.
il sortira avec tout le matériel de protection nécessaire dont un extincteur

Se protéger

Il portera un vêtement réfléchissant de type gilet chasuble jaune fluo.

Balisage

En l’absence de la gendarmerie, il faudra immédiatement installer un triangle de présignalisation et mettre une personne à faire des signes, si possible derrière les barrières de sécurité à environ 150-200 m. L'usage du triangle n'est pas obligatoire sur autoroute vu le risque. Ce balisage se fera dans les 2 sens
Dans un virage, le balisage commencera avant la courbe.
L'idéal est d'utiliser les cônes dits de Lubeck.

Protection des passagers indemnes et témoins

Les personnes valides sortiront du véhicule sur le côté opposé à la circulation (sauf autoroute) et seront installées sur le talus ou derrière les glissières de sécurité.

Installation d'une zone de sécurité
  • installation d'une zone de sécurité
  • couper le contact du véhicule
  • serrer le frein à main
  • interdire de fumer
  • interdiction d'approcher

 


 

degagement urgenceDégagement d'urgence

Il faut soustraire la victime d'une zone dangereuse sans s'exposer.
Il faut respecter le bloc tête-cou-jambes en évitant toute flexion, en maintenant la tête  en traction.
On peut tirer la victime sur le sol par les pieds ou les bras.

S'il n'y a pas de danger, le bilan complet et les gestes de secours sont pratiqués sur place.

◁ Revoir page "dégagement "

▷ Voir fiche technique


  ▽ Résumé dégagement d'urgence ▽

 

 L'usage est de pratiquer un bilan vital et traumatique (recherche de fracture du rachis) avant de mobiliser le blessé avec notamment un collier cervical.

Si l'accident ne peut pas être balisé et surtout si un danger grave persiste, il faudra procéder à l'évacuation d'urgence en dégageant rapidement la victime

Principes du dégagement

Il faut respecter le bloc tête-cou-jambes en évitant toute torsion ou flexion, en maintenant la tête  en traction pendant toute la durée du dégagement.
La victime doit être visible, facile à atteindre et aucune entrave ne doit l'immobiliser ou gêner son dégagement.
Il est essentiel que le sauveteur anticipe ce qu'il va faire et qu'il privilégie le chemin le plus sûr et le plus rapide à l'aller comme au retour.
Il faut détacher ou couper la ceinture de sécurité.
On vérifiera que les pieds et les jambes ne sont pas bloqués sous le tableau de bord.
On choisira la technique de dégagement en tenant compte de sa force physique

Traction par les pieds

On tire la personne par les pieds ou les chevilles, les jambes légèrement surélevés.

Technique de portage

S'il est évident pour un enfant, pour l'adulte, il nécessite 2 personnes.
On retrouve le problème de la flexion du rachis (dos rond) qu'il faut éviter, en essayant de maintenir le dos droit.
Les mains saisissent l'épaule et la cuisse opposées. Les avant bras soutiennent le cou, la tête ou le bas des cuisses.

 


 

Incarcération

extractionSi le blessé ne peut pas sortir du véhicule car il est bloqué, on dit qu’il est “incarcéré”.
Il est préférable de le confier aux professionnels (pompiers).
Si l'urgence l'exige, on coupe le contact, vérifie le frein à main, détache ou sectionne la ceinture de sécurité.
On dégage les pieds, puis on met une main dans le dos qui passe au niveau de l'aisselle pour aller chercher en avant le menton.
Ainsi on maintient la tête dans l'axe.

◁ Revoir page "désincarcération "

▷ Voir fiche technique détaillée

retournementRetournement

Si la victime inconscience est allongée sur le ventre, il est indispensable de la retourner sur le dos pour pratiquer le bilan vital.

▷ Voir fiche technique


 ▽△ Détail de la technique de retournement

 

Le retournement se pratique à 2.
Il se pratique du coté opposé au regard de la victime.

1 er temps
- l'un , à la tête de la victime il prend à 2 mains la tête (front-occiput) et exerce une légère traction pour maintenir le cou dans l'axe
- l'autre se place du coté du retournement niveau milieu thorax-abdomen, en gardant une distance correspondant au corps de la victime
- Il met le membre supérieur opposé le long du corps, celui du côté du retournement au-dessus de la tête

2 ème temps
- le premier suit l'axe du cou au moment de la rotation
- le second saisie hanche et épaule du côté opposé et fait basculer le corps vers lui

Un coussin sous l'occiput évite de modifier la flexion-extension du cou.
Si au cours du retournement, on confirme que la victime respire, on peut effectuer un demi-retournement permettant une pls.

Télécharger le réferentiel : Word, pdf , epub

 


Retirer le casque

casqueIl sera enlevé :

▷ Voir fiche technique

▷ Vidéo Retrait casque


 ▽△ Technique de retrait du casque ▽△

 

casqueLe retrait se fait par 2 ambulanciers

1 er temps
- l'un, à la tête du blessé maintient avec ses 2 mains tendues le casque à distance pour pouvoir retirer le casque sans avoir à bouger ses genoux
- l'autre sur le côté releve la visière et dégrafe ou coupe la sangle de la mentonnière

2 ème temps
-
le premier continue de maintenir la tête en légère traction et un peu redressée et avec une main soulage le cou.
- le second pose une main sous la nuque pour la maintenir

3 ème temps
- le premier tire doucement vers le haut le casque jusqu'à mi retrait
- le second glisse peu à peu sa main pour soutenir l'occiput et de l'autre, les doigts de l'autre main maitiennent en crochet le menton

Fin de la manoeuvre
- le casque est retiré et un coussin est glissé sous la tête pour maintenir l'axe tête-cou-tronc.
- un collier cervical est posé.

La nuque et la tête de la victime doivent rester immobiles durant toute la manœuvre jusqu'au moment où on pose doucement la partie arrière de la tête de la victime sur le sol ou sur un coussin.


Dégagement classique

Répétons que sauf urgence, le bilan, ainsi que les premiers gestes d’urgence doivent être pratiqués sur place sans mobilisation du blessé.


  ▽△ Dessin de l'algorithme : danger ou non ?

 

danger accident

 


Installation en position d'attente de sécurité

Ne jamais mobiliser la victime avant la fin du bilan traumatique (sauf dégagement d'urgence).
Immobiliser la tête dans la position où elle se trouve avec les deux mains placées de chaque côté de celle-ci. Le sauveteur est à genoux derrière le blessé.
L'installation du patient en position de sécurité en lien avec sa situation et son état se décide parfois très tôt dans le bilan:

allongerLa position la plus sûre, chez un blessé conscient est à plat dos.
Pour un traumatisme minime, sans douleur du dos, la position 1/2 assise est plus confortable.

Maintien de la tête en position neutre

Elle soulage la tension au niveau du cou et limite les mouvements.
L'aide se place dans l'axe de la victime, à sa tête avec les mains sur les 2 côtés du crane.
Si la victime est inconsciente, maintenir son menton en avant avec 2 doigts (index et majeur) placés sous l'angle de la mandibule pour maintenir les voies aériennes libre .
C'est l'attitude à adopter d'emblée en attendant la fin du bilan traumatique qui va suivre.
En présence d'une douleur cervicale ou d'une inconscience, on posera dans un second temps un collier cervical.

Le maintien de la tête à deux mains en position neutre, dans l'alignement du cou et du tronc :

L'équipier doit maintenir à deux mains la tête du blessé en position neutre :

▷ Voir fiche technique


 ▽△ Résumé technique position neutre ▽△

 

maintien- Se placer à genoux dans l'axe de la victime et placer les deux mains de chaque côté de sa tête ;
- Prendre appui, si possible avec les coudes sur le sol ou sur les genoux, pour diminuer la fatigue

menton- Si la victime est inconsciente, maintenir son menton en avant avec 2 doigts (index et majeur) placés sous l'angle de la mandibule pour maintenir les voies aériennes libres

- Maintenir cette position tant que la tête et la nuque de la victime ne sont pas immobilisées par un collier cervical et tant que le blessé ne repose pas sur un plan dur équipé d'un immobilisateur de tête ou un matelas immobilisateur à dépression.


      

Victime inconsciente : Position latérale de sécurité

pls 2La mise en position latérale de sécurité fait partie des premiers gestes à pratiquer chez un traumatisé inconscient avec pouls carotidien présent
Il faut respecter l'axe tête-cou-dos.
C'est un geste préventif.
En tractant vers le haut  (tête) et vers le bas (pied) on peut à plusieurs, parfaitement réaliser sans danger une P.L.S.

On palpera aussi le thorax et les membres car la personne est retourné du côté des lésions, c'est à dire le corps appuie sur les traumatismes.

▷ Voir fiche technique pls      

maintien

Conscient : Maintien en décubitus dorsal

pls

Inconscient : Maintien en PLS


Victime consciente

Il est important de parler au blessé, de le rassurer et de lui expliquer tous les gestes qui vont être pratiqués
Si elle parle, elle est consciente : poursuivre la surveillance et lui expliquer ce qui se passe pour la réconforter.
Surveiller la victime de manière continue, lui parler régulièrement et l'interroger
Conseiller fermement au blessé de ne faire aucun mouvement, en particulier de la tête
Installation en position neutre et poser par sécurité un collier cervical à la moindre douleur du cou.

à plat dos

(indispensable si traumatisme du bassin), certainement la position la plus sage
(même si elle est angoissante pour le blessé, le rassurer, lui tenir la main, dialoguer en permanence)

 allonger  allonger-jambes

1/2 assis

Chez une personne consciente avec un bilan traumatique normal ou mineur comme une lésion du membre supérieur, c'est la position classique.
Attention au préalable, on a vérifié:

La flexion des cuisses diminue la tension abdominale.

jambes fléchies              demi-assis-cote             demi assis 

Victime avec détresse

Arrêt cardio-respiratoire

Afin de pratiquer les gestes de survie (MCE + ventilation...), la personne est mise à plat dos sur un plan dur.

Détresse respiratoire

Le blessé conscient, sans lésion rachidienne est installée demi-assis.
L'inconscient en pls sur la lésion thoracique (afin de laisser respirer normalement sans l'écraser le côté sain).
Le blessé recevra en inhalation 9 l / mn d'oxygène avec masque à haute concentration.

Détresse circulatoire

allonger-jambesL'oxygénation est la aussi indispensable.
Les jambes sont légérèment surélevées
Si la détresse circulatoire est majeure par hémorragie massive et de crainte d'un arrêt cardiaque, ,on peut surélever les 2 membres inférieurs à 90 °.

position 1  position 2

Attention

  • Si on soulève les membres inférieurs d'un traumatisé
  • Cette position est définitive jusqu'à l'arrivée des secours médicalisés

 

Alerter

appelalerterEn France, il est rare que l'ambulancier soit appelé en première intention sur les lieux d'un accident.
Mais il peut être témoin d'un accident ou appelé pour le transport après bilan négatif du premier secours ou du SMUR.

Porter secours est non seulement un devoir moral mais aussi une obligation juridique. (Article 223-6 du code pénal: non assistance à personne en danger).
Même s'il transporte un patient, il doit s'arrêter puis contacter les organismes de secours : 112, 15 ou 18 (les 3 sont interconnectés).

◁ Revoir détails à la page "alerte "

▷ Voir fiche mémo alerter


 ▽△ Que dire pour le message d'alerte ?

 

S'identifier

Il faut d'abord se présenter (Votre nom  et communiquer le numéro de téléphone d'appel (afin d'être rappeler si besoin).
Par ex: "Bonjour, je m'appelle Pierre DURAND, je suis ambulancier à la société X et mon numéro de portable est le 06..."

Se localiser

On précisera  les lieux de l'accident :

  • en ville : n°, rue, et Ville
  • à la campagne : n° route, entre X et Y, à x km de …
  • sur autoroute : n° borne, sens de la circulation, point kilométrique 

Par ex. : "Je me trouve sur l'autoroute A1, au kilomètre 60, dans le sens Province (Senlis)- Paris (Charles de Gaulle)"

Informer sur la gravité du sinistre

On signalera plusieurs blessés ou malades, adulte ou enfant,

Les problèmes particuliers comme:

  • une désincarcération nécessaire
  • un incendie
  • une explosion

Par ex. : "Je suis en présence de deux adultes .Le chauffeur est incarcéré"

Transmettre un prébilan

Il s'agit d'un bilan provisoire qu repose essentiellement sur l'observation visuelle de la victime en signalant :

  • inconscience
  • détresse respiratoire
  • détresse circulatoire

Par ex. : "Le blessé est inconscient, mais respire normalement".

On signalera la position d'attente et les gestes de réanimation qui ont été pratiqués.

 


 

Points clefs

  • Balise l'accident
  • Identifie les dangers
  • Supprime le danger
  • Protéger prioritaire sur le bilan
  • Utiliser gants
  • Le  dégagement doit rester exceptionnel.
    • Eviter le dos rond en prenant par les aisselles et les pieds
  • Toujours garer son ambulance à l'endroit où on ne risque pas de suraccident
  • Porter une chasuble réfléchissante
  • Baliser les lieux ou faire baliser les lieux
  • Identification, lieu, gravité
  • Respecter chaine de secours
  • Obligation juridique: non assistance à personne en danger
  • 15/112

Conseil

 


△ Retour début page Suite bilan ▷
◁ Retour choix module 1  

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim