precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Bilan, gestes et transport

Bilan respiratoire

Recherche urgence respiratoire

respirationLe bilan ayant éliminé un arrêt respiratoire ou cardio-respiratoire, il suffit d'écoutez, observer et entendre pour reconnaitre une détresse d'origine respiratoire.
La personne étouffe et exprime sa difficulté à respirer. La fréquence est en général rapide et l'amplitude respiratoire faible.
La recherche de signes de gravité est le point essentiel de ce bilan: épuisement, agitation ou désorientation. Si rien n'est fait le coeur s'arrétera par absence d'oxygène.
Les gestes de secours consistent en alerter, oxygéner et positionner  1/2 assis si conscient et en PLS avec LVA pour l'inconscient.

Avertissement

  • Au cours de la progresssion du bilan, si une urgence respiratoire est détectée:
    • Le bilan est interrompu pour pratiquer les gestes de secours

 

Comprendre

 

Conseil

 

Préalable

asphyxiePas d'arrêt respiratoire ou apnée

Le bilan vital n'a pas dépisté d'arrêt respiratoire si la personne est inconsciente ou "absente" (drogué).

Note

  • "a" pour a bsence -> apnée.
  • Mais ce terme est plus souvent utilisé pour parler d'apnée volontaire (plongée) si non on dit tout simplement arrêt respiratoire

Pas d'obstruction complète voies aériennes supérieures

La personne peut parler et les circonstantes ne sont pas en faveur de cette asphyxie (repas).

 

Reconnaitre

Les signes de détresse respiratoire sont repérés grâce aux dires de la victime si elle parle, mais aussi à ce qu'il voit et à ce qu'il entend.

Ecoutez, Observez, Entendez

respireEcoutez (plaintes)

Observez (signes)

Chez l'enfant, le battement des ailes du nez et le tirage (creusement au dessus du sternum ou au niveau du creux de l'estomac à l'inspiration) sont des signes de détresse respiratoire.

Entendez

Examen respiratoire

Normalement, le thorax ou l'abdomen se soulève à chaque inspiration et un souffle d'air sort par la bouche à l'expiration.
Une main sur le thorax permet de mesurer la fréquence respiratoire et d'évaluer l'amplitude.

Fréquence respiratoire

 

Attention

  • La prise de la fréquence respiratoire est souvent négligée
  • Chez une personne inconsciente bien vérifier que la fréquence et amplitude ne sont pas faibles
Fréquences respiratoires (mv/mn)

Adulte

12 à 20

Enfant (1 à 8 ans)

20 à 30

Nourrisson <1 an

30 à 60

Nouveau-né < 1 semaine

40 à 60

frequence respiratoireTachypnée

C'est l'augmentation de la fréquence au-dessus de 20 par minute chez l'adulte.

Bradypnée

C'est la baisse de la fréquence au-dessous de 12 par minute.

Dyspnée

C'est une respiration anormale sans précision de mesures

 

Amplitude respiratoire

Polypnée

C'est une augmentation de l'amplitude. Elle est rare.

Oligopnée

C'est une respiration superficielle, véritable "va et vient" peu efficace, donc amplitude faible.

Variations d'amplitude

Certaines personnes inconscientes (AVC par ex) peuvent avoir une respiration en cycle, avec une amplitude qui diminue à chaque respiration jusqu'à la pause respiratoire puis reprise progressive jusqu'au cycle suivant.

Rythme ou régularité

On note si la ventilation est régulière, irrégulière ou avec des pauses respiratoires notamment supérieures à 6 secondes.

▷ Voir fiche technique (Mesure fréquence respiratoire)

Conseils

  • Il ne faut pas confondre fréquence et amplitude
  • Rassurez vous ces termes (tachypnée...)ne sont guère utilisés
  • La prise de la fréquence respiratoire donne un chiffre fiable
  • Par contre l'amplitude n'est pas mesurable. Elle est très subjective
  • Globalement une anomalie importante de la respiration est appelée une dyspnée.

Notes

  • Tachy…quelque chose c'est une ↗ de la fréquence respiratoire
  • Brady… c'est une ↘ de la fréquence respiratoire

Signes annexes

Efforts respiratoires

Si la détresse respiratoire est importante, surtout lors d'un obstacle incomplet au niveau du pharynx ou du larynx, apparaît :

Bruits respiratoires

Sifflement

à l'inspiration il traduit un obstacle au niveau du larynx, à l'expiration une crise d'asthme.

Respiration "gargouillante"

avec émission par la bouche de liquide et de bulles signe la présence de liquide dans le pharynx due à des réflexes de déglutition défaillants.

Mousse rosée aux lèvres

La présence de plasma mélangé à de l'air évoque un oedème aigu du poumon ou OAP

Toux

C'est une contraction saccadée du muscle diaphragme.
Elle chasse l'air des poumons, mais surtout essaye de faire remonter jusqu'au larynx des sécrétions diverses, appelées expectorations, qui sont présentent dans les voies aériennes inférieures des alvéoles à la trachée.
Elle est plutôt "rassurante" puisque le malade a la force de contracter son diaphragme, pour tenter d'éliminer ces liquides. On parle de désencombrement.
Elle est réflexe (quand on a avalé de travers, par exemple) ou volontaire.

Toux sèche et irritante

Elle ne ramène rien et devient vite pénible et épuisante pour le malade. C'est le seul cas où un antitussif est utile.
Une toux réflexe peut devenir épuisante, notamment lors de l'inhalation de vapeurs toxiques lors d'un incendie.

Toux productive

Le malade crache du pus (infection), de la mousse rose (Œdème Aigu du Poumon) ou du sang aéré (Hémoptysie).

Parole

La personne qui "manque d'air" restreint sa parole qui devient brève.
Si le larynx ou l'épiglotte est atteint, la voix change, devient aphone voire absente.

Attitude

La personne consciente adopte la position demie assise, la bouche ouverte pour essayer de mieux respirer.
Souvent il réclame d'ouvrir la fenêtre.

Attention

  • Si une personne refuse de s'allonger
  • RESPECTER ce choix
  • De toute façon sauf inconscience, la personne est installé demi assis
  • à l'enfant fébrile, sans voix, pencher en avant (Voir épiglotitte)

Signes cutanés (peau)

Cyanose

C'est la couleur bleue des lèvres, des oreilles et des mains, notamment des ongles.
Elle traduit un manque d'oxygène ou hypoxie, mais les extrémités sont aussi bleutées et froides lors d'un état de choc ou d'une température basse.
La saturation (SaO2) baisse en dessous de 95 %. (Mesurable par l'oxymétre de pouls)

Note

  • Chez une personne consciente en détresse respiratoire, il faut rapidement mesurer la saturation avant de pratiquer l'oxygénothérapie
Sueurs

Associées à un encombrement et une cyanose, elles traduisent l'accumulation du gaz carbonique ou hypercapnie, due à une asphyxie.
Des sueurs isolées ont une autre origine : violente douleur, émotion, malaise, état de choc, manque de sucre (hypoglycémie) , ou de la fièvre.

Oedeme de la face

sa présence associée à ue détresse respiratoire traduit un oedeme de Quincke du à une réaction allergique ou une piqure d'insecte.

Signes neurologiques

Il est important de rappeler qu'une agitation, une confusion, voire un coma ont souvent pour origine une asphyxie.

Attention

  • Ne pas tomber dans le piège
  • Agitation = éthylisme
  • Pensez TOUJOURS à vérifier l'absence de détresse respiratoire devant tout signe neurologique

Signes cardiaques

Le manque d'oxygène et l'accumulation de gaz carbonique entraînent indirectement des modifications du pouls et de la tension.
Il est d'abord accéléré (tachycardie). Mais attention, lorsque l'hypoxie est très intense, le coeur souffre et va "craquer" avec pouls lent (bradycardie) puis arrêt (asystolie).
Le problème est de savoir quand ? Très rapidement chez le jeune enfant, plus tardivement chez le jeune mais tout dépend du degré de l'asphyxie.

Examen du thorax

Lors d'un accident, l'examen du thorax est obligatoire, bilatéral, comparant le côté droit et gauche.

▷ Savoir + : voir traumatologie -> trauma thorax

stethoscopeAuscultation pulmonaire
A travers la paroi, on peut entendre le bruit des alvéoles qui se déplissent à chaque inspiration.
Pour cela on utilise un stéthoscope.
Son usage est réservé aux médecins

Prise de la SpO2

Si un oxymétre de pouls est disponible, il est préférable de mesurer la SpO2 avant de décider d'oxygéner devant une détresse respiratoire.
La SpO2 doit être supérieure à 95-97 %.
Elle est mesurée au bout du doigt avec une pince appelée oxymètre de pouls

▷ Savoir +: voir oxymètre (M2)

▷ Voir fiche technique (Mesure SpO2)

 Ventilation
 à .........../mn
 SaO2:..........................
 □ irrégulière
 □ pauses
 □ toux
 □normale
 □ superficielle
 □ ample
 □ inefficace
 □ absente
 Bruits
 □ silencieuse
 □ ronflements
 □ sifflante
 □ encombrée
 □ mousse rosée
 Coloration
 □ normale
 □  sueurs
 □ paleur
 □ cyanose

 

En Résumé:

Critères de gravité

C'est l'expérience qui permettra de bien repérer les critères de  gravité qui rendront obligatoire l'alerte au 15.
Au moindre doute, il est préférable de passer un bilan au SAMU.
Encore faut-il qu'il soit exact. La plus grosse erreur serait de minorer le tableau clinique.

Quelques conseils pour débusquer un cas grave :

Attention

  • Le piège :
    • L'épuisement respiratoire masque les signes respiratoires

 

Conclusion

Bilan normal

La fréquence respiratoire est de 12 à 20 par mn, régulière, sans gène ni bruit.


 ▽△ Annotation feuille surveillance
 Ventilation
 à ....14......./mn
 SaO2:.......98...................
 □ irrégulière
 □ pauses
 □ toux
 oknormale
 □ superficielle
 □ ample
 □ inefficace
 □ absente
 Bruits
ok silencieuse
 □ ronflements
 □ sifflante
 □ encombrée
 □ mousse rosée
 Coloration
ok normale
 □  sueurs
 □ paleur
 □ cyanose

Asphyxie

Lors d'une détresse respiratoire, il y a le plus souvent une augmentation de la fréquence avec une amplitude faible.
En terme plus simple, la personne respire vite et superficiellement.

 ▽△ Annotation feuille surveillance
 Ventilation
 à ....22....../mn
 SaO2:.....89..................
 □ irrégulière
 □ pauses
 □ toux
  □ normale
ok superficielle
 □ ample
 □ inefficace
 □ absente
 Bruits
 □ silencieuse
 □ ronflements
 □ sifflante
ok encombrée
 □ mousse rosée
 Coloration
 □ normale
ok sueurs
 □ paleur
ok cyanose

Paralysie respiratoire

Lors d'une paralysie de la respiration fréquence et amplitude sont faibles.
En général elle est associée à une inconscience.
La consommation en oxygène est faible d'où l'absence de cyanose en géneral.

▷ Savoir + : Module 2


 ▽△ Annotation feuille surveillance
 Ventilation
 à ...6...../mn
 SaO2:.......95...............
 □ irrégulière
ok pauses possibles
 □ toux
  □ normale
 ok superficielle
 □ ample
 □ inefficace
 □ absente
 Bruits
ok silencieuse
 □ ronflements
 □ sifflante
 □ encombrée
 □ mousse rosée
 Coloration
ok normale
 □  sueurs
 □ paleur
 □ cyanose

Cas particulier

Fréquence rapide et amplitude forte peuvent surprendre
L'origine est multiple et complexe : de la simple émotion au coma diabétique en passant par un coma traumatique ou une hystérie...


 ▽△ Annotation feuille surveillance
 Ventilation
 à ....22....../mn
 SaO2:.....97................
 □ irrégulière
 □ pauses
 □ toux
  □ normale
 □ superficielle
ok ample
 □ inefficace
 □ absente
 Bruits
ok silencieuse
 □ ronflements
 □ sifflante
 □ encombrée
 □ mousse rosée
 Coloration
 oknormale
 □ sueurs
 □ paleur
 □ cyanose

Autre méthode de synthèse (Source SDIS Calvados) :

 

Pourquoi ?

L'ambulancier n'a pas en théorie à rechercher la cause de la détresse.
Néanmoins certaines asphyxies nécessitent des gestes spécifiques et surtout des gestes à ne pas faire. Il faut donc pourvoir les reconnaitre.

Conseil

  • Les causes sont abordées rapidement.
  • pour en savoir +, se reporter au chapitre maladies qui détaille certaines détresses respiratoires

 

Obstruction partielle des voies aériennes supérieures

Contrairement à l'obstruction totale, la personne respire et parle

Laryngite ou épiglottite

Au cours d'une infection, l'enfant présente une détresse respiratoire avec tirage et changement de la voix.
L'épiglottite est une forme grave de laryngite. Les bactéries se logent dans l'épiglotte qui grossit et risque par son poids de basculer en arrière et de faire clapet.

▷ Savoir + : voir Pédiatrie (M2)

Attention

  • Epiglottite:
    • Ne JAMAIS allongé l'enfant mais toujours en position demi-assise penché en avant
    • Car la mise en position à plat entraîne parfois un arrêt cardiaque

Crise d'asthme

asthmeIl s'agit de toux irritante, de sifflement surtout à l'expiration, d'essoufflement, d'une sensation désagréable de manquer d'air.
L'expiration est plus longue, active.
Au plus fort de la crise, il n'y a pas plus de toux.
La sensation de soif d'air est majeure avec une forte angoisse

▷ Savoir + : voir Maladies respiratoires -> asthme (M2)

Signes de gravité

Il est important de bien reconnaître les critères de gravité:

Dans ce cas la situation est très grave. L'intervention d'un SMUR est indispensable.
Un arrêt cardio-respiratoire, même chez une personne jeune est possible.

Oedeme de Quincke

Le gonflement rapide de la peau de la face peut gagner les voies aériennes supérieures. Elle due à une allergie ou une piqure d'insecte

▷Savoir +

Maladie pulmonaire ou cardiaque

Inutile de savoir faire la différence entre une infection pulmonaire sévère, un oedème aigu du poumon ou une insuffisance cardiaque, ce qui est important c'est de bien repérer les critères de gravité.
Les gestes de secours sont classiques: Alerter - Positon 1/2 assise - Oxygéner - Surveiller

▷ Savoir + : Module 2

Coma

Toute personne inconsciente risque d'associer à la détresse cérébrale une détresse respiratoire.

◁ revoir comprendre coma et détresse respiratoire

 

Quoi faire ?

Personne consciente

Alerter

Toute détresse respiratoire donne lieu à un appel au 15 pour bilan et avis

Position 1/2 assise

masque oxygene-1C'est LA Position.
D'ailleurs le malade la réclame.
Seul exception le traumatisé conscient avec douleur dorsale (rachis)

Oxygéner

Elle ne peut être que bénéfique pour l'asphyxié.
Il s'agit d'une inhalation puisque la personne respire.
La restriction pour l'insuffisant respiratoire chronique (effet paradoxale de l'oxygène) n'est plus d'actualité..
9 litres / mn est largement suffisant voir moins si la personne est mal à l'aise sous son masque.

◁ Revoir Oxygénothérapie

Assister le patient  dans la prise de son traitement

Le patient qui fait une poussée aigue d'une maladie chronique respiratoire prend des médicaments.
Souvent comme l'asthmatique, il a appris à gérer et adapter son traitement.
Il peut donc de sa propre initiative prendre une prise supplémentaire comme un spray bronchodilatateur chez un asthmatique.
Plus délicat, le médecin régulateur du 15 peut ordonner après analyse du bilan transmis la modification du traitement.

Attention

  • Si la détresse respiratoire persiste voire s'aggrave chez un asthmatique
  • Que le spray bronchodilatateur a été utilisé plusieurs fois sans réelle amélioration
  • La situation est grave. L'intervention médicale doit être rapide

Surveiller

Surtout si la détresse respiratoire persiste et l'origine n'a pas été supprimée, il faut rester attentif.
La surveillance visuelle est indispensable et surtout permanente.

A tout instant la situation peut se dégrader:

Attention

  • Le pouls carotidien sera pris en permanence
  • Dès l'absence de pouls la personne est allongée et le massage cardiaque débuté
  • L'inhalation sera remplacée par une insufflation au ballon
  • L'arrêt cardiaque d'origine anoxique (absence d'oxygène)  ne réagit pas ou peu à la défibrillation

En résumé (PSE)

Une victime consciente en détresse respiratoire ne doit jamais être allongée : la position assise ou demi assise libère les mouvements du diaphragme et améliore la respiration

Personne inconsciente

Alerte

Toute personne inconsciente et en détresse respiratoire demande l'intervention d'un SMUR. L'appel au 15 est absolu.

pls 3PLS

Malgré la détresse respiratoire, la personne est mise en position latérale de sécurité.
Cette position est compatible avec la liberté des voies aériennes.

◁ Revoir PLS

LVA

airway 3Il faut vérifier immédiatement qu'un corps étranger ou un obstacle naturel comme la langue n'obstrue pas le pharynx ou le larynx.
canule 5Si le coma est profond un doigt est introduit dans la bouche pour vérifier l'absence de corps étranger.
Un dentier est enlevé.

◁ Revoir LVA

Oxygéner

Une inhalation d'oxygène si possible par masque à haute concentration est mise en place

◁ Revoir Oxygénothérapie

Surveiller

En attendant l'arrivée de l'équipe médicale, la personne sera surveillée en permanence.

Arbre décisionnel

 ▽△ Arbre décisionnel complet du bilan et gestes détresse respiratoire

 

Points clefs

  • Ecoutez:
    la personne parle et dit "j'ai du mal à respirer, j'étouffe"
  • Observez:
    • Respiration en général rapide et superficielle
    • cyanose et sueurs
    • agitation possible
  • Refuse de s'allonger
  • Toux rassurante
  • Attention aux signes respiratoires masqués lors de l'épuisement
  • Conscient + détresse = 1/2 assis
  • Inconscient + détresse = PLS + LVA
  • Toujours oxygéner
  • Alerter
  • Risque d'épuisement et d'arrêt cardiaque
  • Défibrillation peu efficace dans l'arrêt d'origine respiratoire

Conseil

 


△ Retour début page Suite bilan circulatoire ▷
◁ Retour choix module 1  

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim