precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Bilan, gestes et transport

Protection agité

Une personne agitée sera calmée et isolée. Le mieux est le dialogue. Néanmoins il faut éviter qu'il se blesse et blesse l'entourage.
Avant tout bilan, il faut au préalable protéger la personne, votre équipe et les témoins.


 

Personne agitée

agiteAvant tout bilan, il faut au préalable protéger la personne, votre équipe et les témoins.
Le but est d'éviter que la personne se mutile ou que vous et l'entourage soient blesser.
Dans un deuxième temps il faudra rechercher pourquoi la personne est dans cet état car il ne s’agit pas toujours d’un fou ou d’un alcoolique.
Des erreurs d’aiguillage,  lors de l’hospitalisation, sont parfois commises.

Une maladie grave du cerveau (un manque d’oxygène ou de sucre par ex.) peut se manifester par une agitation.

Une personne agitée sera calmée et isolée. Le mieux est le dialogue.

Enlever autour de l'agité tout objet dangereux
Demander de l'aide
Tenter de rassurer le patient, de le calmer
Essayer discrétement de l'isoler et de l'éloigner des zones dangereuses (fenêtre)
Puis d'amorcer le dialogue.

ambulancierMéfiance

Arriver discrétement sans avertisseur sonore ou lumineux.
Ne pas être un héros, si agression, tir par ex, rester à distance en attendant les forces de police spécialiées.

Attitude

Toujours se présenter. En général, il y a un respect de l'autorité, d'où l'interet de ne pas être en civil mais en tenue compléte d'ambulancier.
Parfois au contraire la blouse blanche est mal vu.
Une attitude rassurante calmera le patient.
Ne pas sourir, ne pas rentrer dans son jeu délirant (de plus peut être manipulateur).
Se tenir face à la personne mais à distance (en dehors de la zone intime de 30 cm) (1 m minimum).
Il faut essayer d'être au même niveau que la personne, par ex. faire asseoir et s'installer à côté de lui.
Dans un premier temps ne pas toucher la personne qui peut le percevoir comme une intrusion dans son corps.

Isoler

L’abord du malade n’est pas toujours simple.
Il faut dédramatiser la situation, en  écartant la famille et les témoins. Le patient est ainsi isolé.
Sans spectateur, sa crise s’arrête parfois.

Tentative de dialogue

colereVotre comportement doit être "neutre".
L’attitude doit être correcte, sans remarque, calme, mais ferme, sans chantage.
On évitera la familiarité, utiliser le vouvoiement, "Monsier, Madame"
Laisser s'exprimer (se sent léser, croit à son histoire) et surtout ne pas le contredire.
L'expression: "Monsieur calmez vous " en haussant le ton n'arrange pas les choses au contraîre.
Et surtout ne pas monter le ton en répondant , dans ce cas on rentre dans une spirale infernale et finalement vous vous énervez !

Ecoute

Il faut de la patience, en essayant de faire parler la personne sans rentrer dans son jeu.
C'est plus une écoute, en ne coupant pas la parole et rester très poli et ne pas monter le ton.
Ne pas relancer le débat et pas de réponse trop longue
Reformuler les questions (Accuser réception du message de détresse : "je vous ai entendu")
Faire comprendre que l'on écoute.
Il ne faut pas juger, rester neutre, garder son opinion pour soi et pas de réflexion à voix basse, d'autant qu'il peut faitement l'entendre.
Toujours rester courtois et calme "zen"
Passer le relais à l'équipier si le "courant" passe mieux avec lui.

Prévenir le passage à un acte suicidaire

Ecarter la personne d'une fenêtre.
Enlever tout objet
Ne jamais laisser la personne seule
Ne jamais lui tourner le dos ( risque d'agression)
Ne pas avoir de foulard, écharpe (risque de strangulation)

contentionContention exceptionnelle

Avant d’utiliser la force, le dialogue est préférable.
Si la situation devient dangereuse, l’intervention en force n’est possible qu’en nombre suffisant, car l’agitation du malade va s’aggraver.
Il faudra alors se résoudre à la contention.

Elle est possible mais uniquement en cas de necessité absolue et en réferer au plus vite au 15 (article 122.7 du code pénal)

Le matériel doit être adapté avec des liens larges
Surtout pas de garrot et risque de compressions vasculaires et nerveuses (chevilles et poignets)

Quelques précuations sont nécessaires :
- vider les poches ( couteau, briquet)
- limiter le risque d'étirement
- surveillance visuele permanente
- urinal à disposition
- attention aux crachats et coup de pied possibles

▷ Voir Détails cours psychiatrie (module 2 DEA)

▷ Savoir + : Violence (module 5 DEA)

▷Vidéo du cours croix rouge française ( Excellent cours de Mr Cadiou d'une heure à voir absolument)

Notes

  • Personne agressive:
    • Calmer
    • Isoler
    • Faire parler
    • Ecouter

Conseil

 


△ Retour début page Suite alerter ▷
◁ Retour choix module 1  

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim