precedent
Menu
Menu
Cours
Cours
telechargement
Téléchargement
exercices
Exercices
fiche
Fiches
suivant

Comprendre les détresses

Coeur

coeurL'inefficacite circulatoire est la détresse la plus grave. Le plus souvent on l'appelle "arrêt cardio-respiratoire" ou tout simplement "arrêt cardiaque" ou "état de mort apparente".
Le signe majeur est l'abolition du pouls carotidien associé à une inconscience.
La défaillance cardiaque se traduit par une insuffisance cardiaque aigue avec ou sans oedeme du poumon ou O.A.P.
Le principal signe est une détresse respiratoire.
Le malaise est une situation floue. Le plus classique est le malaise vagal avec un pouls très lent.
L'infarctus du myocarde entraîne une violente douleur thoracique en barre. A tout moment le coeur peut lacher.
Autre détresse mixte cardiaque et respiratoire, l'embolie pulmonaire.

Avertissement


 

Inefficacité circulatoire

C'est l'urgence absolue.

Elle associe une

Explications

Tous les organes vitaux sont défaillants puisqu'ils ne reçoivent plus d'oxygène et de sucre.

Le coeur est-il vraiment en arrêt ?

Pas toujours, Le coeur est soit en :

Arrêt cardiaque

Il n'y a plus de contraction ventriculaire (systole) d'où le nom d'asystolie.

Fibrillation ventriculaire

Il y a des mini-contractions des fibres musculaires du cœur (myocarde) mais elles ne se font pas en même temps et la systole ne se fait pas.
Le cœur n'est pas arrêté mais le résultat est le même : la circulation est stoppée.
Si on voyait le coeur: à sa surface les muscles bougeraient comme des vers mais sans véritable contraction.

▷ Savoir + : cours sur la fibrillation

Conseil

  • Plutôt que d'évoquer un arrêt cardiaque ou arrêt cardio-respiratoire (puisque la respiration est arrêtée), il est plus logique de parler d'inefficacité circulatoire ou d'état de mort apparente, jusqu'à l'arrivée d'un défibrillateur qui analysera l'activité électrique du cœur.
  • Pas de panique, tout cela sera vu en détail au chapitre suivant

Conséquences

mortLa vie d'une victime en arrêt cardiaque (AC) est à brève échéance menacée.

Si aucun geste de premiers secours n'est réalisé, la mort de la personne surviendra.

Quand il n'y a plus de respiration et que la circulation est arrêtée, l'air n'arrive plus au niveau des poumons, le sang cesse de circuler et l'alimentation en oxygène du corps entier est arrêtée.

Très rapidement les organes et les cellules vont souffrir.

Le cerveau est l'organe le plus sensible de l'organisme à un manque d'oxygène.

Si aucun geste de secours n'est réalisé, des lésions cérébrales apparaissent en quelques minutes.
Progressivement, elles deviennent irréversibles rendant les chances de survie quasiment nulles au-delà de la 8ème minute.

Circonstances

Début brutal

Sans aucun signe préalable, la personne s'écroule : il est en état de mort apparente,sans vie .

On parle de "mort subite".

Il s'agit soit:

A noter que parmi toutes ces possibilités, "la plus récupérable" est la fibrillation ventriculaire par infarctus du myocarde puisque l'usage d'un défibrillateur permet de faire SOUVENT repartir le cœur.
Savoir +
Après 45 ans , la mort subite est le plus souvent d'origine coronarienne (infarctus).
Dans 50 % de ces s cas il y avait des signes précurseurs.
Il s’agissait de douleur thoracique en étau mais intermittentes (56%) de 4 semaines à 1 h avant, de dyspnée (essoufflement) continue depuis quelques jours (13%), malaise ou palpitations (4%).
10 % ont pensé qu’il s’agissait d’un banal rhume.

D'où l'intêret de développer les défibrillateurs automatiques dans les lieux publics.

Début progressif

Si une douleur thoracique en barre, irradiant dans les machoires et le bras gauche a précédé l'arrêt, il est fort probable que la cause est un infarctus du myocarde.

Une détresse respiratoire (anoxie) peut mal de terminer.
Même un cœur sain ne résistera pas longtemps à une asphyxie totale ou à un saignement dramatique.

Citons pour exemple 2 circonstances dramatiques :

Attention

  • Devant un arrêt cardiaque on doit toujours rechercher une origine respiratoire ou circulatoire
  • Hémorragie grave : pas de changement brusque de position
  • Elles sont peu sensibles à la défibrillation

Signes

puisque la circulation est arrêtée, il n'y a pas d'onde qui part du coeur.

Important

  • Le seul signe à rechercher immédiatement est l'abolition du pouls carotidien ou fémoral
  • Cela pour un professionnel, le grand public ne le recherche pas

Les autres signes seront recherchés en quelques secondes (<10 s.) afin de confirmer l'inefficacité circulatoire :

La peau ne reçoit plus de sang coloré.

Attention

  • Il est inutile de rechercher le pouls radial, et encore moins d'écouter le cœur au stéthoscope ou de prendre la tension artérielle.
  • La réanimation sera immédiatement entreprise.
  • Ne pas oublier l'alerte précoce au centre 15.

Notes

  • On rappelle que pour le grand public, on se contente de l'inconscience et de l'arrêt respiratoire. Le pouls carotidien n'est pas recherché (trop compliqué et trop long).
  • En résumé, le diagnostic est donc simple et repose sur l'absence de signe de vie:
    • Victime inconsciente
    • Ne bougeant pas
    • Ne réagissant pas
    • Ne respirant pas

CHRONO

Le bilan doit être le plus bref possible.

 

Défaillance cardiaque

Nous abordons un sujet complexe. Il est donné à titre d'information. Il faut simplement savoir que la défaillance cardiaque entraine une détresse respiratoire.

 

Insuffisance cardiaque aigue

Le cœur peut être défaillant dit "insuffisant".

Rappelons que le cœur est une pompe qui envoie de la pression dans les vaisseaux.
Le coeur gauche s'use plus vite que le coeur droit car il travaille plus (la pression est plus forte).

Si la contraction (systole) est faible, le corps recevra mal son énergie.
La personne est vite essoufflée, ses jambes gonflent…

Le cœur s'use (insuffisance cardiaque chronique) avec l'âge ou à la suite de maladies (infarctus, diabète, HTA…) mais dans de rares cas (virus par ex.), le cœur peut devenir défaillant en peu de temps même chez un sujet jeune.

▷Savoir + : Voir le chapitre maladies: insuffisance cardiaque. (Module 2)

Astuce

  • C'est comme l'usure d'un moteur.
  • A 300 000 Kms le cœur est fatigué.
  • Mais si la voiture est mal entretenue, en surcharge permanente (obésité) ou avec les freins toujours serrés (HTA) le moteur va s'user prématurément.
  • Parfois le moteur "lâche" à 50 000 kms (c'est comme l'insuffisance cardiaque aigue)

Œdème Aigu du Poumon ou O.A.P.

Sujet difficile à la limite du programme

C'est la forme ultime de l'insuffisance cardiaque.

La pompe cardiaque fonctionne mal surtout la pompe gauche. La pompe droite (qui travaille moins) envoie le sang dans la petite circulation mais la pompe gauche a du mal à le récupérer .Le sang stagne et engorge les poumons. La pression monte et le plasma peut filtrer vers les alvéoles.
D'où la présence de mousse rosée aérée (mélangée à l'air) .
Mais il y a aussi d'autres mécanismes pour compliquer le tout ! : infection respiratoire sévère (grippe maligne), inhalation vapeurs toxiques....

Explication

  • L'O.A.P est la présence de plasma dans les alvéoles qui vient de la circulation

Le malade respire mal, il est encombré avec de la mousse rosée qui sort par la bouche.
La présence de mousse est devenu rare car le cardiaque se soigne et la crise d'OAP est moins spectaculaire: seulement une dyspnée (respire mal) "gragouillante".

Le cœur est rapide, la tension artérielle est variable.

Attention

  • Il est parfois difficile de faire la différence entre une détresse respiratoire d'origine cardiaque, respiratoire ou infectieuse.
  • La présence rapide d'un médecin est indispensable

▷ Savoir + : Voir le chapitre maladies: O.A.P. (Module 2)

Malaise cardiaque

Le malaise est en fait d'origine très variable et pas forcement cardiaque !.
D'un sauveteur à l'autre sa signification diffère.
C'est donc un terme peu fiable, souvent employé pour toute personne qui "se sent pas bien".

La prise de la tension artérielle et du pouls permettent d'orienter vers le cœur et de dépister :

▷ Savoir + : voir chapitre maladies -> perte de connaissance et malaise (module 2)

Infarctus du myocarde

infarctus infarctusLes muscles du coeur (myocarde) sont alimentés en oxygène par les artères coronaires.

Si une de ces branches se bouche, la zone d'irrigation en dessous n'est plus alimentée.
Elle souffre. Les cellules meurent. Le muscle se nécrose ou "s'infarcit".
Il faut déboucher au plus vite.

La douleur est typique : violente douleur thoracique en barre, qui "broie", irradiant parfois dans le cou ou dans les épaules et les bras.

A tout moment le cœur peut brutalement s'arrêter ou fibriller.

D'autres signes sont parfois associés:

▷Savoir +: voir chapitre maladies -> infarctus du myocarde (module 2)

Embolie pulmonaire

Après une intervention, un alitement ou un plâtre, un caillot de sang peut se former dans les veines des membres inférieurs ou phlébite.
Celui ci risque de se détacher et gagner la petite circulation sanguine où il se bloque dans un vaisseau pulmonaire.

L'embolie pulmonaire se traduit par un tableau clinique très variable selon la taille du caillot de la mort subite au simple point de côté en passant par une détresse respiratoire.

▷Savoir +: voir chapitre maladies -> embolie pulmonaire (module 2)

 

Définitions

  • I.C. = Insuffisance cardiaque
  • I.V.G.= Insuffisance cardiaque aigue ( mais aussi Interuption volontaire de grossesse)
  • Myocarde = muscle du coeur
  • Infarctus du myocarde
  • O.A.P.= Œdème Aigu du Poumon = détresse respiratoire
  • Tachycardie : Pouls rapide
  • Bradycardie: Pouls lent
  • Fibrillation ventriculaire

Répertoire

  • Malaise, malaise vagal, tachycardie, bradycardie, OAP, infarctus, embolie, phlébite

 


△ Retour début page Suite détresse circulatoire ▷
◁ Retour choix module 1  

Menu | Cours | Aux | Téléchargement | Fiches | Exercices | Définitions | Savoir+ | Liens | Bonus | Ambulancier | Bienvenue | Contact | Plan |

Dr Pierre BLOT chim